18212

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 31 octobre 2019
Sa note : 16/20

LINE UP

-Vic
(chant+guitares)

-Robin
(basse)

-Lou
(batterie)

A également participé à l'enregistrement:

-Max Otero 
(chant sur "Betray the Braves")

TRACKLIST

1) Message for the Apathetic
2) Betray the Braves
3) No Justice No Peace
4) Look What You've Done
5) We Strive Against
6) Alone
7)
Martyrs
8) Battlefield
9) No One Talks, Everyone Walks
10) A Perpetual Process
11) Kill the Tyrants (bonus track)

DISCOGRAPHIE


Bloody Alchemy - Reign Of Apathy
(2019) - death metal thrash metal - Label : M&O Music



"S.O.S. d’un eudus en détresse ! Je reçois mon traditionnel promoz du jeudi via M&O Office. Du death/thrash nommé Bloody Alchemy ! Pfiou, pas pour moi. Bon, comme d’hab', je m’engage à l’écouter personnellement au moins une fois avant de le proposer au reste de la team. Hop, Reign of Apathy sur le PC, puis transfert sur le smartphone. Le casque est enfilé. Et là, petite erreur qui va s’avérer déterminante. Le mode aléatoire est activé. "A Perpetual Process", antépénultième piste, résonne. Oh putain, c’est quoi cette intro de folie ? Ce riff de dingues ? Cette voix agressive et parfaitement maîtrisée ? Ne me dites pas que je vais aimer un album de death/thrash ?

La réponse, vous l’aurez deviné au vu de la note, est un grand OUI! Ni une ni deux, je contacte Shamash (expert ès death metal), pour demander de l’aide. En dehors des cantatrices, des nappes de claviers, et tout le touin touin, je n’ai pas de vocabulaire technique pour parler de death/thrash. Il me dit, pour la part death, de me concentrer sur la partie agressive/violente. Pour la partie thrash, de me focaliser sur la vitesse et les riffs. Ok, je saisis, mais ça va être complexe. Il précise également de jouer sur le ressenti. Va pour ce point. Je ne suis pas fan de death, car j’ai tendance à trouver que c’est un concours de b**** permanent, et je n’aime pas trop le thrash pour son manque de subtilité (NdlR : pas taper tout de suite...). Mais chez Bloody Alchemy, tout cela disparait. Le rendu global est puissant, direct, sans chercher midi à quatorze heure.
"Betray the Brave" possède tout ce que j’attends d’un titre violent, sans éléments symphos, ni aériens. La batterie est démentielle, vocalement Vic est puissant. Le solo de mi parcours possède un côté Devildriver (un des rares groupes de thrash US qu’il m’arrive d’écouter). On sent une maturité certaine alors que les membres du trio n'ont tout juste que la vingtaine. Assez phénoménal. Et "No Justice No Brave" va enfoncer le clou. Le riff de départ fait la part belle à la rythmique et le refrain est ultra fédérateur. Typiquement le genre de proposition qui doit haranguer le public en live. Et puis, il y a toujours ce petit solo technique qui fait que j’adhère complétement à ce Reign of Apathy. Les trois français ont clairement l’inspiration, ils jouent sur les changements de rythmes sans que ce soit téléphoné. "Look What You’Ve Done" en rajoute une couche avec son intro presque heavy. Ce trio d’ouverture (la première piste étant une intro) mettra tout amateur de ce style d’accord.
Alors bien sûr, je n’ai pas le recul ni l’expérience nécessaire pour faire des comparaisons avec d’autres formations, mais s’en soucie-t-on vraiment ?  Le reste des œuvres composant Reign of Apathy naviguent entre le subtil ("We Strive Against" et son pont complétement planant), le violent ("Alone", avec un Vic plus acharné), le guerrier ("Martyrs"), le plus direct (les singles "Battlefield" et "Kill the Tyrants") ou l’exceptionnel avec la fameuse "A Perpetual Process" et ses sept minutes démentielles mélangeant influences death/thrash/heavy et quintessence de la symbiose entre un vocaliste sûr de sa force, des parties rythmiques (batterie/guitare) dosées minutieusement et une lead fortement présente, pour mon plus grand bonheur. Pour tout vous dire, seul "No One Talks Everyone Walks" me laisse de marbre, soit une compo sur dix et c’est un exploit.

Vous l’aurez compris, le jeune trio français propose avec son second LP, Reign of Apathy un death/thrash moderne, sans chichis, technique et maîtrisé. Ils ne tombent pas dans le piège du « plus on en met mieux c’est ». Vocalement presque parfaite et musicalement très rythmée, cette œuvre a mis votre serviteur sans dessus dessous. Désormais, c’est à votre tour de foncer écouter ce très bon moment de musique.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7