18115

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 04 avril 2019
Sa note : 17/20

LINE UP

-Mark Kloeppel
(chant+guitare)

-Jason Netherton
(chant+basse)

-Darin Morris
(guitare)

-Adam Jarvis
(batterie)

TRACKLIST

1) Universal Untruths
2) Decline and Fall
3) The Choir Invisible
4) New Salem
5) Hammering the Nails

6) Rituals of Power
7) They Always Come Back
8) I Disavow
9) Naysayer

DISCOGRAPHIE


Misery Index - Rituals Of Power
(2019) - death metal - Label : Season Of Mist



Il y a des sorties que l’on attend avec envie. Du genre à vous obséder dès les primes annonces orchestrées par le groupe et le label. Misery Index entre dans ce cas de figure. Les amateurs de death moderne bavaient d’impatience depuis que l’information d’un nouvel album à venir a percé il y a quelques semaines.

Je ne déroge pas à la règle. Tout conformiste que je suis, je comptais les jours qui nous rapprochaient de la date fatidique. Celle où serait publié Rituals Of Power. Les États-Uniens ont en effet su se forger une solide réputation, depuis leurs débuts en 2001, lorsque la plupart des membres originels ont décidé de quitter Dying Fetus pour former cette nouvelle entité. Près de vingt ans plus tard, il ne demeure que Jason Netherton de cette première mouture. Ce dernier s’est bien entouré et avec un line-up stable depuis près de dix ans, Misery Index a pu montrer ses immenses capacités en termes de death moderne teinté de grind. Avec une discographie de qualité, le quartet a toujours été en mesure de proposer quelques changements lui permettant de rester sur le devant de la scène. Votre serviteur n’a cependant pas été pleinement enthousiasmé par The Killing Gods. Trop mélodique, pas assez brutal. Loin d’être mauvais au demeurant, mais pas au niveau attendu. Ce sentiment, partagé par d’autres, avait vite laissé place à un espoir. Celui de voir le groupe de retour avec la hargne qui les caractérise.
Rapidement ces attentes seront comblées. En trente-huit minutes, les brutes de Baltimore ont remis les pendules à l’heure. Ce nouveau disque renoue avec cet aspect virulent qui réconfortera nombre de déçus de la réalisation antérieure. Après l’introductif "Universal Untruths", ça barde sévère comme l’on dit trivialement. Comprenez: vous allez en prendre plein la tronche. Misery Index est revenu pour distribuer des paires de claques et semble prendre un malin plaisir à malmener les auditeurs à grand coup de riffs coups de poing. Les plus fragiles seront vite étourdis, voire K.O. Ça joue vite et fort, ça hurle. Et puis soudain, un riff plus lourd qui termine le travail pour vous achever. "Decline and Fall" est en ce sens un modèle du genre qui prouve le talent de la troupe. Les parties agressives sont légion et viennent mordre l’impudent qui pensait sortir sans dommage de l’écoute de ce sixième album. L’enchaînement "New Salem"-"Hammering The Nails" donne envie de tout casser et d’enfoncer des clous rouillés dans le corps de vos meilleurs ennemis. L’on imagine sans peine les bagarres qui se déclareront dans les pits à travers le monde lorsque ces morceaux seront exécutés.
Le quartet n’est assurément pas revenu en 2019 pour plaisanter. Adam Jarvis est comme à son habitude à l'aise dans son rôle d’homme-poulpe qui maltraite les fûts de sa batterie. Les guitaristes excellent aussi bien sur les parties endiablées que les plus mélodiques. Dans ce fracas émanent en effet des soli et passages mélodieux, qui viennent tempérer quelque peu la furie ambiante. Et une fois encore le duo de vocalistes, Kloeppel et Netherton, fonctionne à merveille. La production donne à l’ensemble un aspect dévastateur supplémentaire. Elle souligne ainsi la lourdeur de "Rituals Of Power", morceau aux forts relents hardcore brutal ou encore la véhémence de "I Disavow". Cet album, aussi impressionnant voire éreintant soit-il, n’en est cependant pas parfait. "They Always Come Back" manque clairement de relief. Rien ne vient épicer ce titre, qui semble fade au regard des autres pièces. Fort heureusement, le groupe a eu la bonne idée de clore les débats par l’enlevé "Naysayer".


Misery Index est de retour en pleine forme en ce début d’année et propose un enregistrement qui figurera assurément parmi les meilleurs du style. Plus incisif, plus violent que son prédécesseur, Rituals Of Power montre au monde entier la meilleure facette du quartet, agressive au possible. Les fanatiques qui ne jurent que par les premières sorties ne seront peut-être pas conquis. Quant aux autres n’hésitez pas et venez vous faire maltraiter. Je sais que vous n’attendez que ça (coquins).


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6