17409

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 11 juin 2016
Sa note : 16/20

LINE UP

-Mallika Sundaramurthy
(chant)

-Jeremy Henry
(guitare)

-Sam Kirsch
(guitare)

-Josh Staples
(basse)

-Jay Blaisdell
(batterie)

TRACKLIST

1) Swarm
2) Synthetic Pathogenesis
3) Mechanisms of Omniscience
4) Catalyst of Metamorphosis
5) Vigilant Ignorance
6) Irreversible
7) Hopeless Masses
8) Assimilation
9) Cymatic Hallucinations
10) Consuming Infinity

DISCOGRAPHIE


Abnormality - Mechanisms of Omniscience



Abnormality  - Brutal death metal from Massachusetts since 2007. Voilà le genre de slogan simple et efficace permettant rapidemment de situer le contexte. En moyenne tous les trois ans le groupe sort du son en commençant par une démo, puis un EP, puis l'album Contaminating the Hive Mind qui fait office de laisser passer dans le carré VIP des grosses légumes. Autant dire que le présent Mechanisms of Omniscience était attendu pour voir si le groupe confirmerait son parcours quasi parfait, et s'il continuerait à tout broyer sur son passage.

Jusqu’alors la renommée du groupe s'était taillée uniquement sur la capacité à mélanger justement le brutal death et des aspects techniques suffisamment dosés pour ne pas tomber dans le cliché du genre ni se voir labelliser dans les catalogues et autres classages frénétiques tant adorés par l’Étiquette. D'entrée, "Swarm" donne le tempo , très rapide, sur lequel le groupe va se balader durant les quelques quarante minutes et dix titres de l'album. Les quelques mesures précédantl'arrivée du premier chant vont confirmer les moyens de production dont dispose dorénavant le quintet. « Putain ça tabasse d'entrée ! » Inutile de perdre du temps dans le texte pour décrire le rendu : les riffs massifs et rapides vont appuyer tout le long de l'album une section rythmique matraquée sans répit, de la double à la caisse claire. La mère Malika vient régurgiter son chant caverneux parfaitement et puissamment  maîtrisé. Certains se surprendront toujours  de voir une femme évoluer dans ce registre, mais le travail , de qualité, fait qu'ou bien on retienne  à peine ce point, ou bien on ressente  sympathie et respect, puisque ce registre est parfois même difficilement maîtrisé par les nombreux et virils chanteurs metal.
Les accros des comparaison pouront butiner toutes les locos du genre : d'un Cannibal Corpse ou un Suffocation des débuts en passant par les passages musclés et techniques façon  Origin ou Cryptosy. Au delà de la puissance avérée, le groupe parvient malignement à introduire une réelle variété aux compositions évitant l'écueil des titres brutaux photocopies faisant tomber l'album dans le puits sans fonds des sorties d'apparence sympathique et finalement vite consommées tant les compositions s’enchaînent sans variation. Un flanger par ci, un changement de tempo par là en laissant l'accord vivre son death, un groove certain et, appuyée sur plusieurs mesures,  une approche finalement avérée de la mélodie. L'ensemble  donne de l'envergure aux titres et dessine la personnalité du combo. Et si un ou deux titres semble très légèrement en-dessous, on retourne sans arrêt dans la playlist pour ce repasser l'album et se délecter du niveau atteint par le grope, carmême le long "
Vigilant Ignorance" parvient à capter l'attention tout le long de ses six minutes sans jamais essouffler le rythme ni la dynamique. 

Abnormality (Brutal Death Metal from Massachusetts since 2007) confirme avec son nouvel album tout le bien que l'on pouvait penser de lui. De la puissance, de la technique avec même un certain groove permettent de définitivement affirmer le groupe dans sa catégorie. Laisser Malika nous susurrer autant de gentillesse est un plaisir sans fin.  Sans aucun doute l'un des gros albums de cette année. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5