CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 23 février 2015




SETLIST

Badger's Bane 
Even Hell Has Its Heroes 
There is a Serpent Coming 
The Bees Made Honey in the Lion's Skull 
Old Black 
Rooks Across the Gate 
Ouroboros is Broken 
Torn by the Fox of the Crescent Moon 

Rappel:
From the Zodiacal Light

AFFILIÉ

23 janvier 2015 - Paris - La Maroquinerie


Earth_Paris_-_La_Maroquinerie_20150123

Earth: voilà un nom que l'on m'a bien souvent vendu comme exceptionnel en live. Formation culte de la scène drone, le métalleux lambda n'aura cependant peut-être jamais tiqué plus que cela sur ce sobre nom. Qui se cache donc derrière ? Dylan Carlson avant tout, véritable légende de la scène, gourou dont la simple vue impressionne de charme et de mystique. On retrouvera donc ce soir plus volontiers un public « Roadburn friendly », à savoir éclectique entre amoureux de stoner/sludge/doom et fans indépendants sans étiquette. 

Le concert commence à contre-pied sur un duo acoustique, formé du bassiste et du manager de Earth (Don McGreevy & Rogier Smal), respectivement à la guitare sèche et à la batterie. Intimiste au possible, le court set du duo sera l'occasion d'un moment mélodique, psychédélique et un poil jazzy. S'en suit ensuite Black Spirituals, un nouveau duo à la fois noir de peau et empli de spiritualisme comme le nom le suggère assez bien. Définitivement « drone » , le groupe mêle martelage de fûts assez impressionnant de maîtrise et d'énergie avec un brouhaha provoqué par la table de pédales d'effets du comparse guitariste. Tantôt à l'aide d'un e-bow ou simplement d'un mediator, l'usage du petit outil pour faire vibrer les cordes prend dès lors un rôle tout à faire singulier. Plus que des notes, c'est un mur du son que l'on a en face de nous, à la fois saisissant, même si pas toujours agréable pour le profane. Et ce en discontinu, ce qui fera fuir les plus réfractaires et sensibles. Une fois le set achevé, on se prépare pour Earth qui interprétera moins de dix de titres pour tout de même une heure et demie de jeu (je vous laisse faire le calcul...) et dont la setlist sera très majoritairement axée sur le dernier album Primitive And Deadly.
À peine les membres de Earth foulent les planches de la scène qu'une ambiance bien particulière se pose. Plus personne ne parle, plus personne ne bouge. Tout laisse place au doux grain des amplis à lampes, à la chaleur des spots, au son bien rond de la basse, au frémissement des cymbales. Lentement, très lentement, on navigue à présent dans un monde vaporeux assez loin d'ici. On ferme ses yeux, notre corps se libère de ses tensions. On respire, on écoute, on ressent, on vibre. Dans une ambiance de Far-West, on semble aux portes d'un saloon accablé par la chaleur, drogué par le bain de lumière, apaisé par le désert. Le même arpège défile, débordant de delay, inlassablement. Plus vient un riff, rampant, s'accrochant à la peau, à la fois suave et rocailleux à l'image de la voix du frontman. Bienvenue dans le monde de Earth, tantôt stoner, tantôt psychédélique, tantôt drone, tantôt les trois à la fois. Bienvenue dans ce monde parallèle où le temps et l'espace ne sont plus des dimensions quantifiables, où les couleurs changent du bout de la main, où la vue s'évanouit et laisse place au son comme guide. Mais de temps en temps, il peut être de bon goût de rouvrir légèrement les yeux pour profiter du jeu de scène. La charmante demoiselle derrière les futs en la personne d'Adrienne Davies, offre en cela un spectacle particulier, effectuant une sorte de danse avec un mouvement de balancier très maîtrisé venant frapper ses futs et cymbales avec grâce et précision.


Earth se découvre en live, Earth se vie en live, Earth se comprend en live, Earth s'apprécie en live. Cette expérience devrait être donnée en exemple à n'importe quel réfractaire des concerts. Bénéficiant d'un son excellent, fort juste ce qu'il faut pour pénétrer notre âme sans percer notre tympan, et offrant un jeu de scène des plus agréables avec des lumières magnifiques, toutes les conditions étaient réunies pour passer un moment merveilleux.

Album photo Black Spirituals + Don McGreevy & Rogier Smal : Das Silverfoto

Album photo Earth : Das Silverfoto



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5