The CNK

Entretien avec Heinrich Von B. (guitare) - le 19 juin 2010

2
Cosmic Camel Clash

Une interview de




The_CNK_20100619

3 avril 2010. De passage au Lab Studio de l'ami Zoé Von Herrschaft pour raisons personnelles, votre serviteur a l'insigne honneur d'y écouter un extrait du nouveau CNK en avant-première. Surprise : il s'agit d'une reprise. Deuxième surprise : c'est "Sabotage" des Beastie Boys. Troisième surprise : ça envoie grave du steak. Cerises sur le gâteau : tout l'album sera composé de covers, et Snowy Shaw (ex-Therion) est invité sur plusieurs chansons ! Diantre.

19 juin 2010. Votre serviteur repère Heinrich Von B. dans l'espace backstage du Hellfest. Son fidèle dictaphone en main, il s'abat sur le guitariste/compositeur pour lui soutirer des informations...



Cosmic Camel Clash : Selon mes sources internes, il paraît que le prochain album de The CNK sera constitué de reprises. Comment vous est venue cette idée ?

Heinrich Von B. : En fait c'est un truc qui nous traînait dans la tête depuis avant que nous enregistrions Ultraviolence Über Alles, ça date de très longtemps... je ne saurais pas te dire pourquoi. A chaque fois qu'on entendait un morceau qui nous marquait vraiment nous avions envie de le refaire à la sauce CNK. Il nous fallait acquérir de l'expérience pour le faire, et ben on l'a fait (rires). Nous étions plutôt content... après la liste des groupes à reprendre s'est étoffée en dix ans, ça a pas mal évolué et ça a été très difficile de faire le tri.

Cosmic Camel Clash : Tu dis « nous »... est-ce que ça signifie que dès le début, avec Hreidmarr (chant) vous aviez bloqué sur les mêmes titres ?

Heinrich Von B. : Non, car nous avons des goûts assez différents. Il a surtout envie de reprendre des trucs complètement en dehors de la scène métal, ça peut être...

Cosmic Camel Clash : ..."Sabotage"...

Heinrich Von B. : (rires)...oui, "Sabotage" ! Nous avions même bossé sur des truc des années 80 un peu disco, des trucs de rockabilly, ce genre de choses... lui c'était plus ça, et moi en revanche c'était plus des trucs très métal. C'est moi qui me chargeais de la re-composition, le réarrangement des titres, ce qui est un très gros travail, vraiment très compliqué. J'avais deux buts absolus dans ce travail de reprises : d'une part que le morceau ne soit pas du tout dénaturé. Conserver le...

Cosmic Camel Clash : ...le feeling ?

Heinrich Von B. : Non, ça c'est un truc qu'on ne peut pas conserver. Plutôt conserver les paroles à 100%, les mélodies, les progressions d'accords... que les gens se disent tout de suite en écoutant la reprise « Ah oui, c'est le morceau d'untel, je sais où je suis ». Il y a pas mal de groupes qui reprennent des morceaux à leur sauce, où tu ne reconnais rien du tout et ça n'a aucun intérêt.
Photo


Cosmic Camel Clash : Tu trouves vraiment ça sans intérêt ? Je pense à Tori Amos qui a repris "Raining Blood" en piano-voix, et on ne reconnaît que le texte...

Heinrich Von B. : C'est une démarche différente... nous, comme c'était des morceaux qui nous avaient énormément influencés, qui avaient eu énormément d'importance pour nous, nous voulions qu'ils soient reconnaissables. Et l'autre point absolument fondamental, c'est qu'il fallait que ça sonne comme du CNK. Et là pour le coup, le nombre de groupes qui reprennent des morceaux (souvent du Slayer), le font très très bien mais ne mettent pas leur touche... Dissection avait repris "Angel of Death" par exemple. Ben écoute, j'adore Dissection, j'adore Slayer, j'adore "Angel of Death", mais je ne retrouve pas Dissection dans leur reprise. J'entends juste un groupe qui reprend du Slayer. Donc aucun intérêt. Le challenge c'était de réunir les deux points de vue : garder un maximum de l'esprit original mais se l'approprier complètement, histoire que les fans de CNK y trouvent leur compte et que je reconnaisse le titre que j'avais envie de balancer.

Cosmic Camel Clash : Un des caractéristiques de CNK, c'est que quel que soit le morceau tu as l'impression qu'un dictateur s'adresse à une foule en furie...

Heinrich Von B. : (rires)... c'est un peu ça.

Cosmic Camel Clash : Donc cette approche vocale qui est propre à Hreidmarr, vous n'avez pas eu peur à un moment donné que ça ne le fasse pas ?

Heinrich Von B. : Si. Je reviendrai sur la partie chant, mais s'il y a eu des écueils c'était sur le plan musical. Nous avons essayé de reprendre "Because the Night", un truc des années 80. En l'écoutant je m'étais dit que je pouvais faire un truc dans le style, j'ai commencé à le retravailler à la sauce CNK... et là, typiquement, ça ne fonctionnait pas. Nous avions envisagé pas mal de Johnny Cash et pareil, pas moyen d'en faire un truc qui soit intéressant en gardant le feeling original et en y mettant du CNK.

PhotoCosmic Camel Clash : Il y avait incompatibilité ?

Heinrich Von B. : Incompatibilité ou je n'ai pas su le faire, je ne sais pas. C'était pas intéressant, quoi. Donc une fois que j'avais réussi à digérer l'instru on a envoyé le chant et c'est là qu'on a eu d'excellente surprises. Notamment sur "Sabotage" (ndCCC : je confirme), qui est totalement en dehors du groove de Hreidmarr. Tout le phrasé hip-hop hyper syncopé, tu lui parles de ça il comprend rien. Mais il connaissait tellement bien le morceau, il l'aimait tellement, qu'il l'a super bien ressenti... au niveau du type de voix, tu parlais du côté dictatorial, "Sabotage" c'est l'inverse, ça ne fonctionne pas du tout !! Du coup ça a produit un truc hyper agressif dans la voix, hyper hardcore qui est très nouveau pour nous. Bon, nous n'allons pas faire de circle-pit ni des bravehearts mais j'ai été surpris dans le très bon sens du terme par rapport aux voix de Hreidmarr là-dessus et ça m'a beaucoup influencé par rapport aux futures compos. J'aimerais beaucoup utiliser ce type de voix très agressive... pas groovy, parce que ce n'est pas notre truc de faire du groove, mais ce trip ultra-agressif, oui.


Cosmic Camel Clash : Je ne sais pas quelles autre reprises figurent sur l'album car Zoé ne m'a pas tout dévoilé... est-ce que "Sabotage" est le titre le plus éloigné de votre sphère ou êtes-vous allé encore plus loin ?

Heinrich Von B. : Alors attends, bonne question... il y a la reprise de Lenoard Cohen, qui est assez connue car nous l'avons maquettée il y a un petit moment, une reprise de Nick Cave, une de Kylie Minogue en duo avec Snowy Shaw... Ça c'est assez éloigné de notre sphère et ça marche toujours très bien. Il y a les Guns avec "You Could Be Mine", là c'est le titre mythique...

Cosmic Camel Clash : Je ne pense pas que les gens seront forcément surpris... quel que soit le groupe de métal qui le fait, reprendre les Guns ça fait partie de l'héritage...

Heinrich Von B. : Ouais, mais cite-moi des groupes de métal qui l'ont fait ?

Cosmic Camel Clash : Effectivement...

Heinrich Von B. : C'est parce que reprendre les Guns c'est un putain de calvaire !

Cosmic Camel Clash : C'est peut-être parce qu'ils sont sortis de la circulation pendant quinze ans, aussi.

Heinrich Von B. : Ça ne veut rien dire, ça... ah si, en pas mal éloigné y'avait Gary Glitter. On rend surtout en live, mais elle donne déjà pas mal sur album. Sinon y'a Mötley Crüe, "Too Fast For Love"... ah oui, j'ai quand même réussi à imposer un petit Slayer quand même, "Seasons in the Abyss".

Cosmic Camel Clash : Question au producteur-arrangeur-mastermind : toi qui a tellement l'habitude de travailler avec des voix hyper aggressives, comment t'en es-tu sorti avec une voix de Castafiore unique comme celle de Snowy Shaw ? Est-ce que tu as eu des difficultés à travailler avec, à construire autour ?

Heinrich Von B. : Alors ça c'est vraiment super intéressant comme question, j'y avais pas du tout réfléchi. Attends... déjà il faut savoir que le projet d'intégrer Snowy Shaw s'est fait un peu au fur et à mesure de la composition des reprises. J'ai réarrangé les instrus avant que Snowy ne chante dessus, c'était complètement indépendant de son chant, nous lui avons envoyé ça... et ensuite nous avons travaillé le chant de Hreidmarr en fonction de celui de Snowy histoire de pouvoir les imbriquer correctement. Ça a été vraiment difficile car nous voulions éviter le simple question-réponse et faire un truc intéressant. Et effectivement ça m'a fait extrêmement bizarre, au début je n'avais l'impression d'écouter du CNK mais j'ai trouvé ça génial car ça donnait un truc extrêmement nouveau sur ma musique. C'était super intéressant.
Photo


Cosmic Camel Clash : Est-ce que vous vous êtes contenté de son registre lyrique, ou est-ce que sur certaines chansons il fait du Notre Dame (ndCCC : ex-groupe de black théâtral du sieur Shaw) ?

Heinrich Von B. : Alors je vois pas la différence en fait...

Cosmic Camel Clash : Dans Notre Dame il faisait du chant black alors que dans Therion il fait du chant lyrique...

Heinrich Von B. : En fait nous ne l'avons pas du tout managé par rapport à ça, c'est plutôt nous qui nous sommes adaptés selon ses plans. Je dirais que c'est plutôt du lyrique en fait, et quand j'ai fait écouter quelques reprises à un pote il m'a dit que ça ressemblait à du Therion. Moi j'ai plus d'affinités avec Notre Dame mais une fois mélangé avec la voix de Hreidmarr on est pas dans le grand-guignolesque. C'est complémentaire, ça donne la gouache, ça donne de bonnes envolées lyriques... ce n'est pas kitsch, sauf si ça l'est volontairement. Mais oui, ça a été délicat de jouer avec ça... pas par raport aux instrus, mais par rapport à la voix de Hreidmarr oui, car le but du jeu était clairement d’imbriquer les deux types de voix, de les mélanger au maximum. Et le résultat est très bon : pour caricaturer Snowy Shaw apporte un côté très mélodieux, très dynamique et Hreidmarr apporte beaucoup d’agressivité et de pêche. Étonnamment, ça marche !

Cosmic Camel Clash : Tu m'as dit tout à l'heure que même si l'idée vous travaillait depuis longtemps, vous aviez l'impression que vous deviez d'abord accumuler de l'expérience pour pouvoir le faire. Donc qu'est-ce qui s'est passé, vous avez décidé que 2010 était la bonne année ?

Heinrich Von B. : Rhâ, je ne saurais pas te dire... à l'époque d'Ultraviolence nous avions travaillé une reprise qui devait terminer sur l'album, "Serpents of the Light" de Deicide dont je suis un fan absolu. Je suis content de l'avoir enlevé de la setlist finale parce que je déteste qu'il y ait une reprise perdue au milieu d'un album. Je préfère le concept de l'album de reprises. Ce qui a déclenché clairement le fait de lancer l'album de reprises, c'était que je me sentais enfin prêt à reprendre "You Could Be Mine". C'est le morceau de métal qui m'a le plus marqué, pour moi il a une importance énorme. Et comme je me suis senti prêt... ah, il y a Emperor aussi, "I Am the Black Wizards". Donc voilà, je me suis dit « Okay, on est bons, c'est parti ». A l'origine je devais composer une nouvelle chanson entre chaque reprise, pour sortir les deux albums très proches l'un de l'autre... et ça n'a pas marché (rires). Les reprises m'ont pris énormément de temps et d'énergie, et je n'arrivais pas à me concentrer sur trop de trucs différents. Ce qui est sûr par contre c'est que ça m'a appris énormément de trucs, et je peux d'ores et déjà annoncer que le prochain album de compos ne va pas tomber dans... j'ai lu une chronique d'Hatebreed qui avait sorti un album de reprises, For The Lions et après ils ont sorti un autre album de compos qui est génial. Et la chronique démontait le disque, elle disait « ils ont révisé toutes leurs influences dans l'album de reprises, et là ils nous ressortent un version réchauffée de leurs influences ». C'était présenté de façon négative, alors que je trouve ça relativement positif et qu'en plus je ne trouve pas que c'était le cas sur l'album en question. En tous cas le prochain CNK ne sera pas du tout influencé par les reprises, en revanche le fait de travailler sur ce genre de choses m'a un peu ouvert l'esprit, on comprend des trucs sur les arrangements... c'est hyper intéressant. Ça ne m'a pas influencé, ça m'a enrichi. Par contre nous avions une telle liste de titres à reprendre que nous avons pensé sortir deux albums, mais je t'avoue que ça m'a un peu séché : au début, trois-quatre reprises, t'es super motivé, tu t'attaques à des classiques...

Cosmic Camel Clash : ...t'as des étoiles dans les yeux, tu redeviens un enfant...

Heinrich Von B. : C'est un peu ça. Quand j'ai réussi à pondre le réarrangement de "You Could Be Mine" j'étais super heureux. Mais vers la fin ça m'a séché.

Cosmic Camel Clash : Tu as commencé à saturer ?

Heinrich Von B. : Ouais, disons que j'avais hâte de terminer le truc pour pouvoir reprendre de la compo. Ce qui est génial car maintenant j'ai tout ce qu'il faut, j'ai la compo qui est là, j'en ai super envie... au début j'étais motivé pour sortir carrément deux albums de reprises, mais là je n'y crois plus trop.

Photo


Cosmic Camel Clash : La rencontre avec Snowy Shaw s'était faite comment en fait ?

Heinrich Von B. : Euh... via Hreidmarr, qui était fan de Notre Dame, ils étaient sur Osmose ensemble... je sais que Snowy Shaw l'a contacté en lui disant « Il faut absolument qu'on fasse un truc ensemble. », un peu à l'américaine. Ça c'était il y a quelques temps, et quand on a relancé le projet de reprises, Hreidmarr a trouvé que c'était idéal pour inviter un gros guest qui participe beaucoup. D'ailleurs je ne sais pas sous quel nom ça va sortir, peut-être The CNK & Friends ou The CNK featuring Snowy Shaw. Il y a aussi le chanteur de Black Rain qui chante sur la reprise de "Too Fast For Love".

Cosmic Camel Clash : Question sur le timing maintenant : même si Ultraviolence Über Alles a généré un gros buzz à l'époque, le nom de CNK a vraiment commencé à tourner avec L'Hymne à la Joie, avec la signature chez Season of Mist et...

Heinrich Von B. : (me coupant) Je ne suis pas d'accord.

Cosmic Camel Clash : Ah ben vas-y alors...

Heinrich Von B. : Ce qui s'est passé est plus compliqué que ça. Peut-être que je me trompe, mais pour moi nous avons sorti Ultraviolence qui a eu un bon impact (je précise qu'il n'est sorti qu'en France), puis après nous avons splitté, nous avons créé Crack Ov Dawn, nous avons fait un petit break... Mais le truc c'est que contre toute attente Ultraviolence a continué à vivre une fois que le label avait coulé et que le groupe avait splitté. Il a vraiment bien continué à vivre, même pour moi vu que c'est un des albums que j'écoutais le plus. Et quand j'ai commencé à en avoir un peu plein le cul de faire du Crack Ov Dawn, Hreidmarr est venu me voir alors qu'il venait de quitter Anorexia Nervosa et m'a demandé si je n'avais pas envie de refaire du CNK. Et voilà, on a lancé l'Hymne à la Joie, sur des chansons que j'avais commencé à composer il y a longtemps. Donc oui, ça a explosé parce que nous sommes revenus dans l'actualité et nous sommes super contents, mais pour moi ça avait commencé à évoluer indépendamment de notre volonté avec un gros buzz qui s'était formé.

PhotoCosmic Camel Clash : Donc je reprends : L'Hymne à la Joie sort, grosse exposition médiatique par rapport à Ultraviolence notamment à cause de l'artwork, l'histoire avec la Fnac, etc, c'est complètement stupide mais ça fait de la pub au passage. De plus l'album est très particulier, articulé autour de samples de classique et quand il sort vous annoncez déjà que le prochain ne sera pas sur le même mode. Et là, au moment où on vous attend au tournant, vous sortez une réédition et un album de reprises. C'est pour générer une attente ou bien ?

Heinrich Von B. : Rien à voir. Clairement, nous nous sommes beaucoup demandés si nous devions sortir l'album de compos d'abord et l'album de reprises après, ce qui aurait été le processus logique que tout le monde attend... mais quand nous avons commencé à bosser les reprises nous étions motivés et ça que nous avions envie de faire. Après nous ne cherchons pas à suivre un processus, genre « On va faire trois albums studio, un album live... ». Ce n'est pas un truc que nous calculons du tout. Ce qui est sûr, vu que je commence à connaître un peu le public et les media, c'est que pour eux un album de reprises n'est pas un album. Pour moi ça m'a pris beaucoup plus d'énergie et d'investissement que pour un album classique, mais pour eux non. C'est pour ça que j'ai déjà attaqué la compo du nouvel album, qui (je l'espère) succèdera à l'album de reprises de manière assez serrée, genre moins d'un an.


Cosmic Camel Clash : Tout sort chez Season of Mist ?

Heinrich Von B. : Ah ben non, on vient de les quitter ! Ils ne nous travaillaient pas. Deux personnes nous travaillaient bien, c'était Rose Vignat et Sylvicious (forcément ndCCC : ancien batteur du groupe, employé chez Season of Mist)... mais bon, ça a été difficile de travailler et c'est pour ça que nous recherchons un nouveau label, probablement à l'étranger. Les labels français sont trop timides pour nous signer, ils ont peur. Le boss de Listenable est un bon ami de Hreidmarr et il nous a dit que The CNK n'est pas assez gentil.

Cosmic Camel Clash : Par rapport à quoi ? L'image sulfureuse ?

Heinrich Von B. : Ouais, bien sûr... on reste un groupe tendancieux, c'est le but du jeu, nous ne sommes pas un groupe de Bisounours. Ils sont un peu timorés, quoi.

Cosmic Camel Clash : Est-ce que sur le prochain album de CNK les lettres signifieront toujours « Cosa Nostra Klub » ou est-ce que vous allez encore trouver une nouvelle signification pour le sigle ?

Heinrich Von B. : Excellente question.

Cosmic Camel Clash : Ça fait trois fois maintenant.

Heinrich Von B. : Mais oui, tu es merveilleux.

Cosmic Camel Clash : Merci.

Heinrich Von B. : Pour l'instant rien n'est déterminé, ce sera selon l'inspiration. Le nom de travail de l'album de reprises est Anti, j'aime bien. Anti-tout, quoi. Pour les lettres, si « Cosa Nostra Klub » correspond au concept... nous n'avons pas non plus envie de dire que nous changeons d'acronyme à chaque album, parce que après ça fait concept à deux centimes...

Cosmic Camel Clash : Ça deviendrait un gimmick, et tu ne veux pas faire de gimmick.

Heinrich Von B. : Voilà, non. Si « Cosa Nostra Klub » colle bien au trip, tant mieux. Mais bon c'est plus comme KMFDM, pour moi CNK c'est CNK. Et si c'était quelque chose, ce serait « Count Nosferatu Kommando », le truc de 96, quand j'étais adolescent. Pour l'instant il n'y a rien de terminé, c'est Cosa Nostra Klub et nous verrons bien si ça colle une fois l'album terminé.

Cosmic Camel Clash : J'ai appris complètement par hasard quand j'ai fait une interview croisée Herrschaft / The OutBurst il y a un an et demi (interview ici) que tout ce petit monde formait une communauté et que c'est toi qui fais le lien. Et du coup j'étais au concert d'adieu de The OutBurst à la Scène Bastille (live-report ici) et je t'ai vu monter sur scène avec eux. Tu étais d'ailleurs la seule personne qui l'a fait sans être un ex-membre du groupe. Comment est-ce que ça s'était goupillé, et comment revis-tu ce concert aujourd'hui sachant que c'était le dernier pour eux ?

Heinrich Von B. : Bon alors, ça fait plusieurs questions. Pourquoi je suis monté sur scène ? Parce que The Outburst s'est formé quand j'ai rencontré Sky (guitare+chant), alors que j'étais en train de monter Ultraviolence. On est devenus potes et comme il montait un groupe j'ai pris plus ou moins le rôle de producteur. Je les ai suivis sur les deux premières démos, c'était un truc que je ne savais pas faire, j'ai expérimenté, c'était super sympa... Ensuite j'ai passé le flambeau à Britney Bitch, le chanteur de Crack Ov Dawn, qui a produit la démo Party Time. Après je suis revenu pour la prise de son de l'album Entertainment.

Photo


Cosmic Camel Clash : C'est pas Zoé qui avait fait la prise de son pour Entertainment ?

Heinrich Von B. : Attends... je ne sais plus, c'était peut-être pour un truc avant... bref, je sais plus. Et c'est vrai que je les ai souvent dépannés à la basse lors de petits concerts, c'était au début, pendant la période d'arrêt de CNK et que Crack n'avais pas encore commencé. Ça fait toujours plaisir de monter sur scène... Après ça fait toujours bizarre car ce sont des styles et des mentalités complètement à l'opposé de CNK, The OutBurst ce sont vraiment des Bisounours de folie !

Cosmic Camel Clash : Et ton feeling sur ce concert d'adieu ?

Heinrich Von B. : Pour moi ce n'était pas si particulier que ça vu que de toutes façons ils continueront à faire autre chose sans la chanteuse, donc ce n'est pas une conclusion... après monter sur scène m'a fait bizarre car je fais pas mal de scène avec CNK ces temps-ci et ce n'est pas le même public, pas la même réaction...

Cosmic Camel Clash : ...les gens ont l'air heureux...

Heinrich Von B. : Non non, ils ont l'air aussi heureux sur CNK, étonamment. Quand je monte sur scène, ce qui est super appréciable c'est que le public m'attend, attend le groupe. Même avant de monter sur scène tu entends des cris et j'adore ça au-delà de tout. Et là évidemment j'ai été présenté en tant que « Jean-Seb, le Bob Rock de The OutBurst », et tout le monde s'en foutait. Donc ça faisait bizarre, et j'ai constaté aussi que la réaction du public n'était pas la même. Pendant les shows de CNK il y a un lien entre le public et le groupe qui est super pêchu, super hargneux... je viens de voir Walls of Jericho jouer et c'était hyper pêchu, il y a cet esprit hardcore qui est complètement absent de CNK mais qui a cette pêche en commun, cette ambiance du public. Dans The OutBurst je n'avais pas ça, c'était plus posé, tranquille... ça m'a étonné. Bref, c'est des copains quoi.

Cosmic Camel Clash : Ca reste un bon souvenir quand même ?

Heinrich Von B. : Ouais ! C'était sympa, c'était marrant de monter sur scène à l'arrache. Une fois je les avais dépannés à la basse pour Emergenza et j'étais arrivé une minute avant de monter sur scène. Pas de balance, rien. J'étais allé picoler avec Sky et là « merde, on joue ! » (rires). C'était royal. Mais bon, c'est clair que ce n'est pas pareil, tu restes détaché du groupe quand tu joues... en plus là c'était une reprise de Machine Head (ndCCC : "Davidian", évidemment). Très détaché, c'est particulier, c'est difficilement descriptible. Je ne pouvais pas utiliser ma façon de bouger sur scène dans CNK qui est très agressive, ça aurait été complètement décalé.

Cosmic Camel Clash : Tu n'étais pas en costume de guerre des années 30...

Heinrich Von B. : Voilà (rires), je ne me tapais pas sur le torse, je ne gueulais pas... c'était étonnant d'avoir une expérience qui me faisait plus penser à Crack Ov Dawn.

Cosmic Camel Clash : Bon, ça fait plus d'une demi-heure qu'on cause donc on va arriver à la fin. Je finis toujours mes interviews pareil - ce que tu sais car tu es forcément un lecteur fidèle des Eternels – à savoir que si tu n'as plus rien à dire on s'arrête, mais que si tu veux ajouter quelque chose tu peux.

Heinrich Von B. : Ah putain merde. (pause) C'est le genre de truc qu'il faut préparer en fait. Je réfléchis. (pause) Ah oui, vive les mafieuses.



Crédit photo :
Metastazis
www.myspace.com/snowyshaw
www.myspace.com/theoutburstmusic


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1