Angra

Entretien avec Rafael Bittencourt (guitare) - le 17 septembre 2008

2
Cosmic Camel Clash

Une interview de




Angra_20080917

« Bonjour Rafael, les Éternels ici, on voudrait une interview pour comprendre pourquoi Edu a dit qu'Angra était mort, puis en fait que non. Plus personne ne comprend quoi que ce soit. Tu as Skype ?» ...hé oui, être journaliste a du bon. Il fut un temps où quand un groupe connaissait des bouleversements internes je devais attendre fébrilement qu'un magazine publie une interview ou un communiqué pour en savoir plus. Aujourd'hui il m'a suffi d'un échange de mails pour que Rafael Bittencourt accepte de prendre une demi-heure pour clarifier la situation. On n'est jamais mieux servi...


Cosmic Camel Clash : Il y a eu pas mal de remous dernièrement concernant Angra : Blabbermouth a notamment publié coup sur coup deux articles. Un où Edu (Falaschi, chant) annonçait qu'Angra était « terminé » et un autre disant que ses propos avaient été déformés et qu'il ne s'agissait que d'un break... que se passe-t-il ?

Rafael Bittencourt : C'est dans ce genre de contexte que les mots peuvent poser problème : il s'agit effectivement d'une pause (« break ») et pas d'une rupture (« break-up »). Le problème vient de notre manager : il a déposé le nom "Angra" auprès d'une société spécialisée et vu qu'il doit de l'argent à plusieurs personnes en ce moment il essaye de vendre ce nom pour payer ses dettes. Nous sommes en train de nous opposer à lui car nous ne voulons pas qu'il utilise notre nom pour payer ses factures personnelles, même si le nom lui appartient. C'est une lutte qui est en cours au niveau légal et nous espérons que les choses seront résolues d'ici peu et que nous regagnerons le droit de vendre des billets de concerts sous notre nom dès que possible.

PhotoCosmic Camel Clash : Avant même que ces problèmes légaux ne fassent surface, le public a été assez surpris d'apprendre le départ d'Aquiles Priester (batterie). Que s'est-il passé ?

Rafael Bittencourt : En fait notre batteur a tenu des propos négatifs sur Angra dans des interviews, ce qui nous a beaucoup choqués et...

(à ce moment le téléphone portable de Rafael sonne et l'entretien s'interrompt le temps qu'il réponde)

Rafael Bittencourt : Reprenons. Il a dit en interview qu'Angra n'était pas un bon groupe, que contrairement aux apparences la situation était extrêmement stressante en coulisses, etc... et ça nous a tous beaucoup fâchés. Il ne s'est jamais adressé directement à nous, il ne s'est jamais excusé ou expliqué. L'ambiance entre lui et le groupe s'est beaucoup tendue suite à ça. Il n'a jamais exprimé le désir de rester dans le groupe, mais n'a jamais officialisé son départ non plus. Nous n'avons vraiment pas compris son attitude, nous avons juste eu l'impression qu'il était très bizarre et surtout qu'il voulait attirer l'attention sur son nouveau projet, Hangar. Ça nous a beaucoup peinés... peut-être se disait-il que nous ne nous en apercevrions jamais ?


Cosmic Camel Clash : Est-ce pour ça qu'il n'y a pas eu d'annonce officielle ? Comme la plupart des gens, j'ai juste constaté qu'il n'était plus listé comme membre du groupe sur votre page MySpace... Concrètement, avez-vous un batteur en ce moment ?

Rafael Bittencourt : Nous attendons toujours d'avoir des nouvelles de sa part, en particulier des excuses et des explications. Nous aimerions aussi qu'il s'explique auprès des fans, car nous devons rester respectueux en toutes circonstances. On ne peut pas juste se réveiller le matin de mauvaise humeur et se mettre à déblatérer sur sa vie, ce n'est pas la tâche d'un artiste. Nous devons respecter les fans et leur apporter de bonnes vibrations. Je pense qu'il devrait s'excuser auprès du groupe et du public, et une fois ceci fait il pourra revenir.

Cosmic Camel Clash : Avez-vous considéré l'éventualité qu'il ne le fasse pas, et que vous deviez trouver un nouveau batteur ?

Rafael Bittencourt : Oui. Nous l'avons évoqué entre nous et nous avons également commencé à considérer des options de remplacement que je ne peux pas divulguer pour l'instant.

Cosmic Camel Clash : Pour revenir à la situation d'Angra, arrête-moi si je me trompe mais lors du premier « split » en 2000, ne s'agissait-il pas déjà de problèmes de management ?

Rafael Bittencourt : Oui. Le fait est que notre manager a déposé le nom "Angra" sous son nom propre il y a très longtemps. Nous avons toujours su que pour nous séparer de ce manager le nom poserait d'énormes problèmes, comme en ce moment.

Cosmic Camel Clash : C'était déjà la même personne, donc.

Rafael Bittencourt : Oui. Le nom lui appartenait déjà à l'époque, et en plus nous avions ce problème de line-up à gérer en plus car Andre (Matos, ex-chanteur) voulait déjà quitter le groupe avant l'enregistrement de Fireworks. Nous avions consacré tous nos efforts pour convaincre Andre de rester dans le groupe, mais nous étions plus ou moins sûrs qu'il quitterait le groupe juste après la tournée. Nous avions des problèmes avec Andre et notre manager en même temps, et la conséquence de tout ça a été le split. Andre est donc parti en emmenant deux autres membres du groupe (Luis Mariutti - basse et Ricardo Confessori – batterie) qui n'avaient pas de problème particulier avec Kiko (Loureiro, guitare) ou moi à l'époque... mais ils avaient des problèmes avec le manager et sont donc partis. Kiko et moi nous sommes dit qu'il était très risqué d'abandonner le nom ou de changer de nom. Andre ne voulait plus du tout travailler avec nous dans un quelconque projet, que ce soit Shaman ou que ce soit d'autre... et je me suis dit que si je partais aussi j'allais me retrouver tout seul. Donc c'était mieux d'être Angra en ayant l'espoir de le reconstruire, mais aussi de nous débarrasser de notre manager un jour et d'acquérir les droits sur le nom.
Photo


Cosmic Camel Clash : Vous n'avez donc toujours pas réussi à vous débarrasser de lui...

Rafael Bittencourt : Voilà. La différence c'est qu'aujourd'hui nous avons décidé de ne plus rien faire tant qu'il fera partie du deal. Tout le problème est là : si nous acceptions de travailler de nouveau avec lui nous pourrions partir en tournée demain, mais nous avons décidé une bonne fois pour toutes que nous ne travaillerons plus avec lui. Et la seule manière d'y arriver est d'arrêter le groupe pour l'instant. C'est mauvais pour le groupe, nous n'avions jamais voulu le faire avant car cette situation nuit aux fans et nous nuit encore plus... mais tout ça doit cesser, et nous ne bougerons pas avant qu'il ait dégagé.

Cosmic Camel Clash : Je pense que tu es conscient de ce qui va suivre : lors de la première annonce récente de split, quand Edu a été cité de manière incorrecte... la réaction générale a été à peu près unanime. Les gens on dit en substance « Ah, dommage... mais bon, c'est cool après tout, rendez-vous dans quelques années pour la reformation du line-up originel ». Ça ne t'énerve pas ?

Rafael Bittencourt : (rires) Si, mais c'est un rêve qui pourrait très difficilement devenir réalité. Andre a quitté le groupe car il le voulait, il n'a jamais eu l'intention de revenir. Je ne pense pas qu'il le fera à un quelconque moment car il ne veut tout simplement pas faire partie du groupe. C'est plutôt logique... de plus même si nous décidions de faire un reunion tour je n'aurais pas confiance, j'aurais trop peur qu'il quitte le navire à la deuxième date. C'est très dur de compter sur lui car il peut se réveiller avec une tournure d'esprit totalement différente d'un jour sur l'autre. Il peut dire un jour à quel point il adore faire partie du groupe pour changer d'avis le jour d'après. C'est très difficile de gérer ce genre de choses, et c'est très difficile de le prendre au sérieux. Nous avons eu cette expérience dans le passé, le voir changer complètement d'avis jour après jour... et nous accordons une importance énorme au comportement professionnel, à la capacité d'engagement. Même si dans une situation totalement délirante il avait envie de revenir, il serait très improbable que l'idée lui reste plus d'une semaine. Il est une différente personne chaque jour, il est imprévisible, et je ne veux pas travailler avec des gens susceptibles de me laisser tomber et de partir sans explication.

Photo


Cosmic Camel Clash : J'ai été assez supris de voir qu'Angra figure dans le top amis du MySpace de Shaman (ndCCC : le groupe des ex-Angra qui compte désormais Confessori et trois nouveaux membres). Tu as gardé contact avec Ricardo ?

Rafael Bittencourt : Oui, oui. En fait je sors mon album solo là, Bittencourt Project, et je l'ai invité à enregistrer la batterie sur deux chansons. Nous ne sommes plus des amis proches car nous avons passé trop de temps loin l'un de l'autre mais nous avons gardé contact, nous nous parlons toujours. En plus les membres qu'il a engagés pour Shaman sont tous de bons amis à moi, ce qui a beaucoup contribué au fait que nous ayons renoué. Son chanteur Thiago Bianchi est un de mes meilleurs amis, et idem pour les autres en fait.

Cosmic Camel Clash : En parlant de ton nouveau projet, parlons-en un petit peu en attendant de lui dédier une réelle interview quand il sera sorti chez nous. Peux-tu nous donner quelques détails ? S'agira-t-il encore de métal mélodique ?

Rafael Bittencourt : Non, principalement parce que je garde les chansons de métal mélodique que j'écris pour Angra en général, et parce que je ne pense pas que mon side-project doive sonner comme Angra. Bien sûr il y a beaucoup d'influences Angra dedans, car c'est toujours la même personne qui écrit les chansons ! Mais l'idée était de plus expérimenter et de m'orienter plus vers du rock progressif, pas du métal progressif. Quelque chose qui s'inspirerait plus des groupes progressifs des seventies et des eighties comme Gentle Giant, Pink Floyd... en plus des groupes de rock comme Black Sabbath ou Deep Purple. Il y beaucoup d'hommages aux années soixante-dix dans mon projet. L'idée était plus ou moins de recréer ce genre de son, de romantisme propre à l'époque, d'écrire de bonnes chansons un peu épiques où la chanson elle-même serait plus importante que les notes ou la technique. Je suis très content du résultat, des compos, du son... c'est moi qui chante donc j'ai dû trouver des tonalités pour poser ma voix... je suis très fier de mon album. C'est probablement un témoignage fidèle de toutes mes influences, les choses que j'ai traversées, mes expériences, ma vie y compris ma situation personnelle, là où j'en suis avec Angra, l'anxiété que je ressens. Tout y est.

Cosmic Camel Clash : C'est donc une manière pour toi d'immerger le public dans ton monde personnel ?

Rafael Bittencourt : Oui. Je pense que les gens qui vont acheter cet album sont ceux qui sont intéressés par mon univers propre. C'est comme si j'ouvrais mon journal et que je le faisais lire aux gens : « je me suis réveillé ce matin, blablabla ». Le contenu de l'album lui-même est parfois très autobiographique, et je pense que c'est pour un panel limité de gens qui aiment ma manière de composer et d'écrire. J'ai fait cet album sans but commercial, vraiment pas, je l'ai écrit pour les gens qui aiment la manière dont je fais les choses.

PhotoCosmic Camel Clash : Quand tu as commencé à jouer avec Angra, tu étais clairement cantonné au rôle de guitariste rythmique pendant que Kiko jouait les soli. Depuis tu t'es mis à jouer de plus en plus de guitare lead, est-ce qu'étendre ton registre te tenait à coeur ?

Rafael Bittencourt : Oh... quand nous avons commencé le groupe nous étions tous très jeunes, nous avions dans les 19 ans. A l'époque je n'étais pas un guitariste lead, j'étais surtout intéressé par l'écriture de chansons (ndCCC : Rafael a composé seul la quasi-totalité de l'album Angels Cry) et même jouer les rythmiques était difficile pour moi à l'époque. Il faut dire que Kiko était déjà un guitariste exceptionnel, il avait un niveau de professionnel très elevé à dix-sept ans. Dix-sept ans ont passé depuis cette époque, c'est long... et nous avons échangé beaucoup d'idées concernant la guitare et l'écriture de chansons. Avec tout ce temps, j'ai pu apprendre (rires) à jouer de la guitare. J'ai commencé à me sentir plus à l'aise pour jouer au niveau professionnel, ce qui ne veut pas toujours dire jouer vite : ça veut aussi dire avoir un bon son, jouer vite mais surtout sur le temps, être précis, développer son style et son phrasé propres... ça m'a pris beaucoup de temps pour devenir un guitariste professionnel en fait.


Cosmic Camel Clash : Bien. Comme d'habitude en fin d'interview, tu peux ajouter quelque chose maintenant ou nous pouvons arrêter là.

Rafael Bittencourt : Oui, je veux remercier les fans français car la France a toujours été extrêmement importante pour nous, et je ne dis pas ça seulement parce que je donne une interview à un site français. Depuis les tous débuts du groupe la France a été très importante dans nos vies et je suis très enthousiaste à l'idée de pouvoir vous apporter mon album d'ici deux mois. L'album est prêt, il est déjà sorti au Japon et en Amérique du Sud, mais j'espère pouvoir atteindre les fans français avec ma propre musique. Je n'ai pas encore de deal de distribution confirmé pour l'Europe, c'est en cours de négociation.



Crédit photos : www.starpulse.com


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7