CHRONIQUE PAR ...

108
Fromage Enrage
le 17 octobre 2016




SETLIST

Intro
Neighbor
Jesus Rode a Harley 
C.U.S.T.
Pandhallin' Price
She's Already Gone
No One Survives
Devil's Paradise
Cat's in the Cradle
I'm Alright 
Milkman's Son 
Goddman Devil
So Damn Cool
Under the Bottom
Come Tomorrow
Cloudy Skies
Mr. Recordman
Ace Of Spades
V.I.P. 
Tomorrow's World
Everything About You

AFFILIÉ

15 octobre 2016 - Paris - Elysée Montmartre


Ugly_Kid_Joe_Paris_-_Elysee_Montmartre_20161015

Il y avait toutes les raisons d'être à Paris ce Samedi 15 octobre. Déjà, parce qu'il faisait beau, et que les beaux jours en plein automne dans la capitale se font rares. Mais ça, on s'en fout un peu. S'il fallait être là, c'était pour aller voir Ugly Kid Joe ! Oui, oui, les interprètes du tube "Everything About You", il y a plus de vingt-cinq ans, sont toujours là, et sont de passage en France dans le cadre de leur tournée. Le tout dans un Élysée-Montmartre fraîchement ré ouvert qui plus est ! « L'est pas belle, la vie »?

Et pour une fois, avant que de commencer à vous parler du concert, je vais m'accorder quelques lignes sur la renaissance de cette belle salle parisienne. Hé oui, souvenez-vous : en Mars 2011, un incendie se déclarait et notre cher Élysée-Montmartre fermait pour cinq ans. Après de coûteux travaux, la salle ouvre enfin le 15 septembre à l'occasion d'un concert de -M-. Un mois plus tard, j'ai la chance d'y pénétrer à mon tour. Et croyez-moi, ça de vraiment de la gueule ! L'escalier dans l'entrée dégage une classe certaine, la salle est spacieuse, accueillante, et qui plus est fort bien aménagée : le bar est facilement accessible et le stand de merchandising un peu à l'écart, évitant ainsi les bousculades excessives. Un agencement intelligent, qui rappelle un peu celui du Trianon, à quelques rues de là. Et surtout : ENFIN des vestiaires à l'Élysée-Montmartre ! Bref, du beau travail et un vrai plaisir de retrouver cette salle riche en très bon souvenirs. En plus de ça, la foule n'est pas trop dense en cette soirée d'Octobre, voilà qui promet un concert sous les meilleurs auspices !
Je n'arrive pas assez tôt pour Black Rain, mais j'ai en revanche le temps de savourer la musique de Dallas Frasca et une petite mousse (ceci est un zeugma). Du hard-rock avec une bonne dose de glam. Il y a définitivement quelque chose de très « Motley Crüien »dans les compositions. La chanteuse et guitariste, pas timorée, parvient à mettre une bonne partie du public dans sa poche, ce qui n'est jamais facile pour une première partie. Dallas Frasca installe une bonne ambiance, c'est gagné. La salle est chauffée et prête à accueillir les vedettes de la soirée. Lesquelles ne tardent pas à venir, après un soundcheck de courte durée. Un drapeau géant orne le fond de la scène : on peut y admirer un drôle de mélange entre Snaggletooth (la mascotte de Motörhead) et le fameux Joe, le sale gamin qui donne son nom au groupe.
C'est au son de l'introduction de leur second album, Menace to Sobriety, que les garnements du heavy metal prennent place. Une bonne partie du line-up des débuts est encore là : le chanteur Whitefield Crane en premier lieu, mais aussi son complice guitariste Klaus Eichstadt ; et aussi le bassiste, Cordell Crockett. On notera un batteur pratiquement à poil, comme tous les bons batteurs. À n'en pas douter, ce concert est, pour une grande partie du public, la première rencontre live avec le groupe. Alors, bien sûr, en vingt-cinq ans, les visages se sont creusés, les cheveux ont été coupés aussi. Whitefield Crane a le crâne presque rasé désormais. Quant à Cordell Crockett, avec son style baggy et son physique imposant, on le croirait tout droit sorti de chez Suicidal Tendencies. Mais qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse ! Le groupe américain met tout le monde d'accord en balançant "Neighbor" d'emblée. L'assemblée ne s'en laisse pas conter et reprend les paroles mythiques de ce titre ensoleillé et impertinent.
Ugly Kid Joe va se montrer particulièrement généreux ce soir : vingt et un morceaux, dont sept issus de son fameux premier album, America's Least Wanted. Seulement deux titres du dernier opus seront joués ("She's Already Gone" et "Under the Bottom"). L'heure n'est pas à la promotion, mais bien à la nostalgie. Et ça marche ! Le public est conquis, et l'on sent que certains vieux briscards sont émus au moment de reprendre "So Damn Cool", "Goddamn Devil" ou encore la fameuse reprise de Harry Chaplin, "Cats in the Cradle". Les autres disques d'Ugly Kid Joe, moins connus, sont également de la partie : en particulier Menace to Sobriety, représentés entre autres par les très heavy "Milkman's Son" et "Jesus Rode a Harley". L'équilibre sonore du groupe est bon, à l'exception du chant de Whitefield Crane qui a vraiment du mal à se faire entendre correctement. Dommage pour un groupe qui mise autant sur ses refrains fédérateurs...
De son côté, le public se montre réactif mais pas surexcité : quelques pogos se déchaînent dans les tout premiers rangs, les mains se lèvent et battent le rythme. Mais surtout, de nombreux spectateurs enthousiastes investissent la scène pour slammer. Whitefield Crane semble assez contrarié par cette invasion de son espace personnel, mais finir par se détendre et se montrer un peu plus souriant. Malgré tout, il semble parfois chanter sans grande conviction, ce qui entache quelque peu la jovialité du show.
Après une reprise à fond la caisse du légendaire "Ace Of Spades" Motörhead et deux titres du second album, Ugly Kid Joe assène son ultime classique : l'insolent tube "Everything About You", que tout l'Élysée-Montmartre chante à tue-tête. Un grand moment de liesse qui vient clore un concert très sympathique. Il y a quelques années encore, personne n'aurait pensé avoir l'occasion de pouvoir applaudir Ugly Kid Joe sur scène, encore moins celle de l'Élysée-Montmartre... comme quoi, il y a toujours de l'espoir.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7