CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
le 10 juillet 2016




SETLIST

Enslaved

Jotunblod
Fusion of Sense and Earth
Fenris
The Crossing
Return to Yggdrasil
Convoys to Nothingness
Allfǫðr Oðinn


AFFILIÉ

Enslaved
Clisson - Hellfest
(02 juin 2007)
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2014)
Wacken
(03 août 2007)
Bergen - USF Verftet
(20 décembre 2008)
Wacken Open Air (wacken)
(01 août 2009)
Lyon - CCO
(02 mars 2012)
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2009)
Paris - Le Divan Du Monde
(04 novembre 2016)

19 juin 2016 - Hellfest


Enslaved_Hellfest_20160619

Salut amateur du Enslaved des dernières années, celui qui allie très fortement le progressif avec ses éléments blacks. Sache-le, moi aussi j’apprécie très fortement cette période et j’attendais avec impatience ce concert pour me prendre des baffes sur les morceaux de Riitiir, Axioma Ethica Odini et dans une moindre mesure In Times. Mais il n’en fut rien. Pour leur tournée des 25 ans, le groupe a décidé de jouer de vieux morceaux  n’allant pas plus loin que Ruun datant de 2006. Tu penses que le concert était décevant ? Tu te trompes lourdement, c’était l’une des plus grosses baffes du Hellfest 2016.

D’entrée de jeu, les Norvégiens annoncent la couleur avec "Jotunblod" de leur deuxième album Frost. La lumière y est épileptique, les riffs pleuvent, Cato Bekkevold cogne comme un dingue et le chant de Grutle « Kjelllson » Kjetil est écorché comme jamais. Doté d’une forme olympique, le groupe met tout le monde d’accord et le public, assez nombreux, ne peut que headbanguer devant cette débauche de violence maîtrisée. Ce n’est qu’après cette introduction que Kjellson présente son groupe et explique à un public abasourdi que s’ils sont venus voir des morceaux des derniers albums, ils sont au mauvais endroit, car ici, il n’y aura de la place que pour les anciens titres. Cris de ferveur du public et les Norvégiens lancent "Fusion of Sense of Earth" sous un tonnerre de hurlements. Même topo : le morceau dégomme avec des riffs chaotiques et une rythmique bien enlevée obligeant une nouvelle fois le public à davantage se dévisser la nuque que de suivre la grande maîtrise technique du groupe sur scène.
Le reste du concert se déroule dans cette même ambiance mêlant chaos et lourdeur des riffs, chant black écorché transperçant la scène, lumière folle et metalleux qui headbanguent en masse. Les frissons viennent régulièrement entre l’enchaînement parfait de "Fusion Sense of Earth" et "Fenris" ou encore la complètement folle "Return to Yggdrasil". Les Norvégiens offrent véritablement un show carré, maîtrisé de bout en bout. D’ailleurs, pendant tout le concert, Kjellson prendra un malin plaisir à tourner en ridicule le public, expliquant qu’il boit du cognac et non de la bière, le forçant à chanter la Marseillaise et se moquant d’un type devant qui n’arrêtait pas d’agiter un énorme drapeau norvégien. Bref, l’ambiance est plus qu’excellente et Enslaved semble se régaler en concert tout comme le public. Vers la fin, "Convoys to Nothingness" calmera un peu le jeu, mais ce ne sera que pour mieux faire réagir une fosse bouillante sur l’inratable et impeccable "Allfǫðr Oðinn".


Après une petite heure de concert, le groupe se retire et le public est encore sonné par tant de violence et de savoir faire. Beaucoup étaient venus par curiosité voir ce qu’Enslaved pouvait encore proposer avec ses derniers albums et au final sont restés, subjugués et conquis par l’enchaînement de tous ces anciens titres. Les Norvégiens ont donc réussis en une heure à mettre tout le monde au diapason et à prouver qu’ils incarnent toujours l’un des grands groupes de black metal.


Crédit photo : Leonor Ananké pour Hard Force


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1