CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
le 19 octobre 2015




SETLIST

Leprous
The Flood 
Foe 
Third Law 
Chronic 
Rewind 
The Cloak 
Acquired Taste 
Red 
Slave 
The Price 
Moon 
Down 
The Valley 

Rappel
Forced Entry 

Sphere

Rendez-vous Point

AFFILIÉ

Leprous
Strasbourg - La Laiterie
(08 avril 2016)
Paris - Le Divan Du Monde
(20 octobre 2012)
Hellfest (Clisson)
(23 juin 2013)
Bordeaux - Rock School Barbey
(01 février 2017)

05 octobre 2015 - Paris - Le Divan Du Monde


Leprous_-_Sphere_-_Rendez-vous_Point_Paris_-_Le_Divan_Du_Monde_20151005

Deux jours avant à l’Euroblast, les Norvégiens de Leprous m’avaient bluffé : show carré, batteur et chanteur incroyable, véritable prestance scénique et surtout un Einar qui pouvait absolument tout chanter. Bref, un show incroyable mais un peu court (une heure). Je ne pouvais décemment pas louper leur venue à Paris et j’attendais avec impatience un show complet. Le Divan du Monde bruissait de toutes parts pour se show, progueux et metalleux se mélangeaient pour prendre leur leçon de l’année. Et il faut dire qu’encore une fois, les Norvégiens ne dérogèrent pas à leur réputation.

Avant cela, il fallait profiter des deux premières parties. Rendez-vous Point officiait dans un metal progressif vaguement djent plus proche d’un Haken ou d’un TesseracT. Leur prestation fut vraiment très bonne, accompagnée d’un son correct. Les différents instruments sonnaient et l’on pouvait profiter sans soucis des différentes digressions instrumentales. Le public regardait le spectacle intrigué voir même admiratif lorsqu'ils remarquèrent que derrière les fûts se cachait Baard Kolstad, le batteur de Leprous : ce sera double concert pour lui, ce que ne manque pas de souligner le chanteur sous des applaudissements nourris. Le show se finit ensuite sur un morceau au final instrumental aérien très agréable. Une bonne mise en bouche et un groupe à suivre donc.
S’ensuit le metal technique de Sphere. Si le nom vous semble cliché et que vous pensez avoir à faire à un groupe de djent lambda, vous n’avez qu’à moitié raison. En effet, Sphere avec son décor fait de néons bleus et rouges pour éclairer son nom, mélange des riffs bien bourrins, mais y ajoute des refrains souvent à la limite de la pop. Alors clairement ça joue, le chanteur se donne à fond et ses hurlements sont efficaces, les lumières rouges aident bien à donner une certaine lourdeur aux riffs joués et le public headbangue. Il faut dire que les gars de Sphere singent Meshuggah, mais le font avec assez de talent pour captiver la salle et changer complètement l’atmosphère après la musique progressive de Rendez-Vous Point. Une bonne baffe donc, pas encore très originale, mais efficace.
La salle frémit. C’est au tour des Norvégiens de jouer et de montrer une des meilleures facettes de la musique progressive de ces dernières années. Quatre écrans plats sont installés sur la scène afin de mettre en place les animations qui accompagneront les morceaux. Puis les premières notes de "The Flood" résonnent, la voix d’Einar Sodberg englobe la salle jusqu’à exploser lors du refrain. Le public est d’ores et déjà conquis. Il faut dire que la classe des musiciens en jette avec leur posture droite et leur tenue très sobre. Le morceau se finit par un passage instrumental d’une efficacité redoutable, encore une fois les guitares résonnent, on sent bien les coups de la batterie. Le son est très bon, bien que beaucoup trop fort.
Les morceaux s’enchaînent, d’une justesse et d’une précision quasi sans faille. Des craintes s'immiscent lorsqu’Einar a du mal à placer certaines notes aigues de "Rewind", mais nous sommes vite rassurés lorsque le Norvégien reprend sans problème la maîtrise de ses moyens. Plus le show avance, plus les gars semblent à l’aise et le public toujours à fond répète les différentes paroles, regarde Einar s’aplatir sur son piano tel un être possédé et la seconde d’après reprendre son air grave et froid. Les interprétations des anciens titres comme "The Cloak" ou "Acquired Taste" passent eux aussi très bien, mettant toujours en avant la voix du chanteur, créant une ambiance assez froide, presque grave. Et c’est le but des Norvégiens : un concert doit créer une certaine atmosphère.
Celle-ci s’approfondit d’ailleurs dès la mise en place de "Slave". Le rythme se veut plus lent, l’ambiance encore plus froide, plus désespérée. Les émotions transpercent la salle et on ne peut que rester impressionné devant la maîtrise technique, juste et sobre d’Einar sur l’enchaînement "Moon" et "Down", probablement le moment le plus intense de la soirée. Bien sûr les autres musiciens ne déméritent pas, la gratte de Tor restant bien incisive, les mouvements de Baard Kolstad toujours aussi précis et hallucinant (surtout aillant joué avec Rendez-vous Point juste avant). Bref, le groupe demeure très à l’aise. Et le concert se clôt comme il se doit le show avec l’incontournable "The Valley".


Et la folie dans tout ça ? Elle sera bien au rendez-vous lors du rappel avec un "Forced Entry" tout en frénésie instrumentale, agrémenté d’un break très sympa à la basse. Ce sera le seul moment où on sentira le groupe se lâcher complètement et déroger à l’ambiance mise en place. Un dernier contre-point bienvenu pour un concert véritablement réussi, prenant et cohérent de bout en bout. Bref, un concert de metal prog classieux comme on aimerait en entendre plus souvent !


Album photo Leprous : Das Silverfoto

Album photo Sphere : Das Silverfoto

Album photo Rendez-vous Point : Das Silverfoto


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2