CHRONIQUE PAR ...

108
Fromage Enrage
le 17 juillet 2015




SETLIST

Setlist Minsk (incomplète) 

To The Initiate 
The Way Is Through

AFFILIÉ

20 avril 2015 - Paris - Espace B


Minsk_Paris_-_Espace_B_20150420

Petite devinette : qu'y a-t-il de mieux que d'aller à un concert ? Réponse : aller à un concert dans une salle que l'on ne connaît pas ! Et ce soir, c'est grâce aux Américains de Minsk que je vais découvrir l'Espace B. Malgré ses allures de bar crasseux, l'endroit est fort sympathique et abrite une salle de concert éminemment respectable. Les fans se sont déplacés en nombre ce lundi soir, et le taux de barbe, de tatouages et de piercings augmente au fur et à mesure que l'on se rapproche des 8 heures du soir...

Premier tour de chauffe avec Botanist, des Américains qui font du black metal sans guitare. Si, si, c'est possible. On a un synthé, un hammered dulcimer, une batterie, un chanteur, mais nulle trace de six-cordes ! Le résultat aurait pu être intéressant si le mixage n'était pas aussi abominable. Dommage, car le groupe insuffle une certaine conviction à ses morceaux. Tous les musiciens sont d'ailleurs vêtus de genres de... capuchons de moines, sans doute pour faire plus Ivole.
C'est ensuite au tour de Kayo Dot d'investir la scène. Ce second groupe de la soirée joue une musique plus personnelle et plus planante, bien que pas dénuée d'énergie. En témoigne le dernier morceau de leur set, qui s'achèvera dans un feu d'artifice de bruit et de fureur. Keith Abrams, batteur, en profite pour martyriser ses fûts un grand coup. La bonne découverte du soir !
A peine le temps de reprendre une bière, et de vidanger les précédentes, que voici les stars de la soirée : Minsk ! Prêts à défendre les couleurs de leur nouvel album, The Crash and the Draw. Le set démarre d'ailleurs par "To the Initiate", morceau d'ouverture de cette nouvelle cuvée. Un morceau massif, puissant, pourvu d'une accélération aussi inattendue que dévastatrice.
Chris Bennett, vocaliste du groupe, dont la carrure est aussi impressionnante que la barbe est longue, est très en voix et donne tout ce qu'il a. Ses rugissements sont titanesques et font vibrer toute la salle. Question son, ça pourrait être meilleur, mais le tout est plutôt bien équilibré. Le set de Minsk sera, fatalement, constituée de peu de morceaux. Quatre, en tout et pour tout. Mais quels morceaux ! Longs, denses, violents, faisant s'alterner montées en puissance, passages psychédéliques et explosions bien sludgesques.
Le groupe achève son set avec un "The Way Is Through", lui aussi issu de leur nouveau disque. Le morceau est parfaitement exécuté. Un fan acharné réclame un ultime rappel. Mais, intraitable, Chris Bennett tapote son poignet pour faire signe aux fans que l'heure, c'est l'heure.


C'est au tour de Floor de prendre possession des lieux. Mais, rassasié par les trois premiers groupe, je dois bien avouer que j'ai passé mon tour. En tous cas, la soirée fut bonne. On peut regretter que l'aspect mystique et rituel de la musique de Minsk passe un peu à la trappe en live, au profit de l'énergie et de la violence, et déplorer l'absence de morceaux issus de The Ritual Fires Of Abandonment, mais c'était malgré tout un vrai plaisir que d'enfin pouvoir applaudir Minsk sur scène ! On remet ça quand vous voulez, les gars !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7