CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 28 avril 2015




SETLIST

Der Weg Einer Freiheit

Repulsion
Der Stille Fluss
Lichtmensch
Einkehr
Ewigkeit
Nachtsam
Eiswanderer
Zeichen

Rappel:

Ruhe

Downfall Of Gaia

N/C

AFFILIÉ

Der Weg Einer Freiheit
Strasbourg - La Laiterie
(18 mars 2016)

Downfall Of Gaia
Colmar - Le Grillen
(18 mars 2019)

01 avril 2015 - Éragny - Covent Garden Studios


Der_Weg_Einer_Freiheit_-_Downfall_Of_Gaia_Éragny_-_Covent_Garden_Studios_20150401

Oh la belle affiche que voilà ! Ce soir deux groupes allemands, et pas des moindres, se partagent l'affiche du Covent Garden à Éragny. On aurait pu croire à une mauvaise blague au vu de la date (et du lieu), mais c'est bel et bien la réalité. Cette salle loin de tout pour le Parisien (NDLR : a fortiori pour le « Provincial »..) a toutefois l'avantage de bénéficier d'une scène et d'un son de bonne facture et c'est bien la principale chose qu'on lui demande.

Si Der Weg Einer Freiheit est une des énormes révélations de la scène black allemande de ces dernières années (pas étonnant que votre media préféré en parle autant...), Downfall Of Gaia est quelque part son équivalent en ce qui concerne la scène sludge. Et de fait, les deux groupes possèdent une popularité assez équivalente. D'où une affiche qui se veut un coheadline, les deux formations s'entendant très bien et échangeant sans problème leur ordre de passage depuis le début de la tournée. Pour cette date, ce sera ainsi Downfall Of Gaia qui se chargera d'ouvrir les hostilités, enfumant en l'espace d'un morceau la salle entière. L'intégralité du set se vivra donc sous un épais brouillard, cauchemar pour un photographe, mais dont on ne peut toutefois nier l'ambiance unique ainsi créée. Alternant un bleu profond et un stroboscope épileptique niveau lumières, on aura aussi vite fait de fermer les yeux une fois l'objectif rangé. Le sludge crustisant et blackisant des Allemands s'appréhende en live à l'image d'un show de Cult Of Luna et d'Altar Of Plagues, dans un rituel de communion où on ne fait plus qu'un avec les vibrations environnantes. Le groupe joue essentiellement des morceaux de ses deux derniers albums Suffocating in the Swarm Of Crans (2012) et Aeon Unveils the Trones of Decay (2014) (on a vu plus simple comme nom, je vous l'accorde...). Sans aucun blanc - les quelques transitions se font dans un fond de larsen - le groupe interprète avec justesse ses compositions, parvenant en outre à les sublimer avec l'ambiance précédemment décrite.
Place alors à Der Weg Einer Freiheit qui commence avec "Repulsion", opener de son dernier album Stellar. L'attente était énorme pour votre serviteur, sortant tout juste d'une écoute intensive de la discographie des Allemands. Musicalement c'est pourtant très bon, le chant est forcément un chouia moins impressionnant que sur album et les quelques arrangements additionnels sont forcément passés à la trappe pour laisser place au son brut des quatre instruments. Mais la semi-déception de la performance est assez frustrante car difficilement explicable de prime abord. Certes, il y a aura toujours quelques abrutis dans la salle pour gâcher des moments sacrés, mais généralement l'habitude permet d'en faire facilement abstraction. Ce ne sera qu'en réfléchissant dans les jours suivants que la réponse apparaîtra avec les images. Les musiciens se sont montrés assez statiques et très concentrés, le nez dans leur instruments. Il manque sans doute un rien de mise en scène et d'ambiance supplémentaires pour leur permettre de s'affranchir de la bête interprétation. Un peu plus de vie, de charme et de charisme en fait que les Allemands auront à parfaire pour que la communion marche aussi bien que celle de leurs camarades de Downfall Of Gaia. Il faudra en fait attendre les derniers titres, le brillant "Zeichen" de Unstille et le rappel inattendu de "Ruhe" pour que le groupe se lâche pour de bon... Dommage.

L'évolution sur scène de Der Weg Einer Freiheit sera donc à scruter de près, mais le talent du groupe saura sûrement prendre le dessus à l'avenir. Accompagné d'une excellente prestation de Downfall Of Gaia, voici une superbe soirée qu'on aurait aimé voir jouée dans un lieu un peu plus accessible. Mais une soirée qui aura ravi les quelques banlieusards du coin, pour un public ne dépassant peut-être pas la centaine de personnes, composé des quelques fans des groupes (encore trop rares !) et de traditionnels débiles comme on en retrouve malheureusement trop souvent...  

Album photo Downfall Of Gaia : Das Silverfoto
Album photo Der Weg Einer Freiheit : Das Silverfoto



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1