CHRONIQUE PAR ...

122
Iokanaan
le 28 décembre 2014




SETLIST

Deviant Signal
Zerolution
Pull the Trigger
Cinderblock
Karcher
Defector (reprise de Misery Index)
Saturday Night Theory
Take your Slap

Hollo
Intro
Le Lègue de nos Pairs
Ether
L'Étau
Vagina
Ton Bonheur n'existe pas
L'Âtre de l'Ogre
Vide
Ta Main
L'Amour d'un Mur

My Answer
Rain
Nouveau Morceau
My Answer
A Place Called Home
Silence
Nouveau Morceau
Nouveau Morceau
Wasted Youth
Betrayer

Checkmate
Days Slip By
I.M.A
Fake Golden Kingdom
Despite the Years
Blank Page
Invictus
By Any Means Necessary

Trepalium
Moonshine Limbo
Guédé Juice
Sick Boogie Murder
Possessed By The Nightlife
Inner Hell
Prescription of Crisis
Fire on Skin
Insane Architect
Dambalah's Voodoo Doll
H.N.P
Vesania
Decayed Emotions
Usual Crap

AFFILIÉ

05 décembre 2014 - Le Ferrailleur / Nantes


Trepalium_-_Checkmate_-_My_Answer_-_Hollo_-_Deviant_Signal_Le_Ferrailleur__slash__Nantes_20141205

Début décembre... Nantes... Il commencerait presque à faire froid. Les gens sourient déjà moins dans le fond des ruelles ou au centre des boulevards. À moins qu’un village de tradition ne vienne vendre ses louanges, il n’y a pas excuse à se saluer dehors en ces instants. On marche, et ça nous suffit bien. Rien d’autre ne se passe, rentrez donc vous coucher dans vos catacombes mortes gueules. À moins d’un blizzard intéressant, nous ne sortirons pas cette semaine... Blizzard prévu, blizzard il y a eu, comme un coup de pied propre à nos fesses qui a déposé pas mal d’entre nous devant les portes du Ferrailleur. Bonne vieille boîte qui ce soir encore sera de conserve métallisée. Hôte... fais péter ton feu...

Vous vouliez une excuse.? Et vous n’en aurez pas : le blizzard m’a sympathiquement largué en pleine salle avec un retard hélas par trop conséquent pour pouvoir réellement parler de Deviant Signal, groupe ayant la lourde tâche de lancer la soirée. Le public qui n’est pas encore pleinement présent, se réchauffe doucement, et si la musique de la formation nantaise semble dégager une puissance plutôt intéressante, les musiciens paraissent assez statiques et la foule encore trop timide. Partie remise.
Le bois se met à grésiller...
Une clope... Le vent passe...
Deuxième groupe de la soirée matérialisé sous le nom de Hollo. C’est un peu death, un peu mélo, un brin core, avec des textes français, alternant screamo et voix claire, assez de points communs pour sonner comme Eths, mais en fait... non. Attirant quoi ! Balancée entre le lourd et l’aérien, portée par le charisme souriant du chanteur, l’ambiance du Ferrailleur grimpe, les veines ressortent, la chaleur monte... Les gars sont présents, s’amusent, se font de gentils méchants coups, comme offrir un faux-cul avec bouteille pénétrante au guitariste dont c’est le dernier concert, évidemment ça marche, bien sûr le public suit, le groupe accroche. Dommage que la voix claire du chanteur soit si vite écrasée par le reste, d’autant qu’elle se fausse ici et là.
Le feu est lancé...
Une clope... La roue tourne...
Pas le temps de finir. Ça vient d’hurler sévère à l’intérieur... À peine rentré dans la salle, je ne reconnais plus la foule. Encore sage quelques minutes plus tôt, là voilà dans les pogos définitivement lancés, d’entrée de jeu. Et qui sont les coupables de ces vibrations hardcore, qui sont les salauds qui ont détendus ce con qui renverse ma mousse sur mes panards, qui sont-ils? J’ai ma réponse... Ils sont ma réponse, ils sont My Answer. Ils sont la puissance statique de la soirée, la première terrible expulsion de rage de la nuit. Matraquage blindé de structures évidentes faisant se défier riffs et breaks simples qui s’entrechoquent, se mêlent sans même s’étouffer. Les notes sont aussi tenues que les vibrations sont claires, et le côté cosmiquo-scénique qui s’en dégage achève de nous dire : attention groupe à suivre !
Les flammes rasent le sol...
Une clope... Le temps dure...
Checkmate n’est pas du coin. Checkmate est parisien. Checkmate a levé la barre ici. Checkmate ne laisse pas le temps de respirer. C’est bon, c’est pas bon? Le temps de se poser la question, ta perruque est ailleurs. Checkmate ne demande pas à ce que le public se bouge les fesses, Checkmate ordonne et Checkmate a ! Je vous ai dis le nom de groupe? Chut, tais-toi. Écoute. Et regarde. Le chanteur se gratte la bougeotte, décharge un coup ses tripes, tape la bonne causette. Checkmate est un chauffeur de salle tout ce qu’il y a de plus direct, pointant son metalcore sur la tempe de l’audience et n’hésitant pas à presser sa gâchette à riffs. Checkmate, ce soir, a envoyé du bon, du propre. Et si vous aimez le trash esthétique, retournez-y.
L’Incendie est déclaré...
Une clope... Juste une, j’ai le Voodoo qui me gratte.
« Bienvenue au championnat du Monde de coup de pieds dans les couilles... » (dixit KK). Deux poupées blanches, robes déchirées, piquées par aiguilles, mortes têtes sur les rebords du drame, quelques gilets, casquettes d’autrefois, chemises blanches et pompes classieuses sur les conteurs de la soirée... la seconde est à Trepalium. Cinq dandys se déchirent la scène, à la fois concentrés et dans la recherche de la plus pure éclate du moment. Leurs ombres sur les murs reflètent un peu le côté Carpe Diem du projet, tant qu’on est là, on fait, on fait jusqu’au bout. Cabaret en apesanteur, passant du swing du dernier album au groove des précédents et toujours dans le death des deux. KK a l’allure qui lui pend sur le micro, hurlant son mixage de paroles sérieuses et de déconnades bien senties. Le public laisse aller sa furie dans la fosse, Trepalium en profite pour en récupérer quelques-uns sur scène, cette scène qui, de par son ambiance et, avouons-le, un bout de sa scénographie, change clairement l’univers de la salle. Genre d’espace-temps presque réussi, amenant les années 30 à découvrir le head-banging avant l’heure. C’est du vrai son, c’est du bon son. La set-list de Trepalium sera peut-être un brin dans la longueur, le public commençant ici et là à fatiguer. En même temps... plus d’énergie dans la caisse signifie soirée qui troue tes fesses. Finit dans l’apothéose de son bain de sang, le show tire le rideau sur les chiens déchainés de la nuit.


Ce deuxième soir du Nantes Metal Fest fut une sacrée montée en puissance, chaque formation s’amusant à mettre une barre plus haut que la précédente dans son énergie et dans sa performance. À tel point que Checkmate, énergie culminante de la soirée, fasse paraître Trepalium presque un brin en-dessous. Enfin, il est aussi à dire que Trepalium est un groupe à part et que son authenticité est éclatante et brûle quelques pupilles au passage. De bons groupes, des plus connus qui avancent droit, des moins connus très prometteurs. La scène metal française a encore prouvé de sa superbe ce soir. Une clope... Juste une... La fumée de la foule se dissipe à petits feux; la nuit, elle, continuera...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1