CHRONIQUE PAR ...

98
Tabris
le 24 novembre 2014




SETLIST

Obsidian Kingdom

And Then It Was
The Last of the light
Genteel to Mention
Awake Until Dawn (Necro Deathmore remix)
Cinnamon Balls
Endless Wall
Fingers in Anguish
Ball-Room
And then It Was

Sahg

Slip of the Edge of the Universe
Firechild
Hollow mountain
Pyromancer
Ether
...

Sólstafir

Köld

AFFILIÉ

Sahg
LKA - Longhorn - Stuttgart
(11 novembre 2016)

Sólstafir
Maison folie Beaulieu Lomme
(19 novembre 2017)
Hellfest (Clisson)
(15 juin 2012)

Obsidian Kingdom
Paris - La Boule Noire
(26 septembre 2016)

04 novembre 2014 - Colmar - Le Grillen


Sahg_-_Sólstafir_-_Obsidian_Kingdom_Colmar_-_Le_Grillen_20141104

Colmar, le Grillen, une obscure petite salle, un obscur mardi soir ...

Rouge. Quelques volutes de fumée. L’attente. Puis, la lumière qui s'éteint. Le premier groupe qui entre en scène. Bleu alors. Comme le froid, comme les nappes poisseuses de clavier, les basses lourdes, les riffs saturés, le chant death. Rouge à nouveau, comme l’envie de mordre, de délirer, de se rouler sur les planches de la scène, de coller sa basse face aux amplis, de tomber à genoux, extatique. Blanc, comme un souffle, un brouillard, mais aussi... une respiration. Puis rouge encore et encore, comme l’énergie des musiciens, l’envie de montrer quelque chose, d’être passionné et violent. Mais noir, dominant, comme un silence, comme une salle qui ne suit pas et qui attend impassible autre chose et qui affiche son indifférence complète. Je hais cette humeur, mais le premier groupe ne laissera que cette seule sensation sur laquelle on ne s’appesantit pas, sur laquelle on reste sans passion, neutre. Déjà oublié. Obsidian Kingdom.

Pause cigarette.

La lumière s’éteint une seconde fois. Annonce vocale, manière cinématographique. Entrent alors en scène des visages attendus de trop longue date, car oui, ce sont eux que je suis venue écouter ce soir. La musique démarre : "Slip of The Edge of The Universe". Puissant Delusion of Grandeur. Frémissement qui remonte de mes talons jusqu’au sommet de mon crâne. Plus de foule autour de moi. Juste le son, la voix, les pulsations. "Fire Child" : les vibrations de l’ampli contre lequel je suis collée, les yeux rivés sur la scène, fascinée. Instinctivement, je décroche mes yeux un court instant de ce qui se joue devant moi et balaye la salle du regard, à la recherche de qu'un qui saurait … cette jeune femme à côté de moi, aux yeux grands ouverts ? Ce groupe remuant au centre ? Ou là, oui, ce visage, que je distingue, juste de l'autre côté de la salle ? …. Mais est-ce important ? Une nouvelle annonce vient traverser mes synapses et j'entends la frappe que je n'espérais pas entendre... "Hollow Montain". Arrêt sur image. Je suis ailleurs et ici en même temps. Plongée dans mon premier souvenir de ce groupe, dans un de ces moments qui m'ont tiré du silence et rappelé que la musique pouvait être quelque chose de tellement puissant et si simple en même temps. Les émotions liées se dessinant devant moi, mes genoux tremblants, ce plaisir indescriptible de juste « écouter » . Torpeur musicale délicieuse. Si étrange de se laisser porter par un simple déluge de notes, jusqu'à ce que la lumière se rallume pour la seconde fois et me laisse adossée au mur, perdue dans la résonance de l'instant. Sahg

Temps mot, effluves d'alcool autour du bar, bruit, mouvements ...

Dernière fois. Dernier groupe. Dernière obscurité. Une masse plus compacte autour de la scène. Des corps qui s’animent, des têtes qui remuent, des yeux qui pétillent ou se ferment pour savourer, des esprits qui se laissent porter, enfin... Faites simplement taire les pitoyables âmes du fond qui se gaussent pour tenter vainement de tout gâcher.... A chaque morceau qui s'égraine, je me laisse entrainer dans un univers noir et pur, et une fois encore, je me détache de cette salle. Je m'emplis de ces mélodies, de leur suave tristesse. A choisir un seul instant, si tant est que ce soit réellement parlant, ce serait alors simplement cet "ótta", dont l'interprétation magique, n'a eu pour moindre effet que de m'arracher des larmes. Serait-ce ces notes de banjo qui lui donnent cette mélancolie sublime ? Ce titre se pose sur moi comme une nappe de brume dans laquelle je me complais, froide et pourtant si belle à « contempler ». Finalement, saurais-je décrire ce concert ? Cette rythmique qui perturbe le palpitant dans ma poitrine ? Ces mélodies fantastiques qui me laissent dans un état éthéré? Cette voix qui semble si proche, presque comme une confidente, délivrant sa pleine passion ? Délivrer avec de simples mots cette musique qui se joue ici ?  En ai-je seulement l'envie ? Une autre personne parmi nous l'a déjà fait, sachant rendre toute l'émotion que l'on peut éprouver à son écoute, je ne saurai faire mieux. Par ici pour le (re)découvrir. Écouter cette musique est, à cette heure, et juste pour moi seule, comme arpenter une forêt enneigée le cœur lourd, où aucun chant d'oiseaux ne s'élève, aucune feuille ne frémit encore sous le souffle du vent, uniquement le crissement de mes pas dans la neige. Ici et maintenant, le « silence » se fait autour de moi, il n'y a pas d'autres voix ou mouvement perceptibles outre ce qui se déroule sur scène, rien que ce son magnifique que je choisi "d'entendre". Les émotions, seules, pleinement assourdissantes. Un délice froid et pur qui se savoure et ne se décrit pas. Sólstafir.

Lorsque la lumière sa rallume et nous intime le départ, je quitte rapidement cette salle redevenue « bruyante » et commune. Je la fuis, pour pouvoir laisser encore raisonner un instant la musique, l'émotion, sans que rien ne puisse venir entacher cette sensation coupée de tout ...

Absence ...




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4