CHRONIQUE PAR ...

77
Sven
le 27 juillet 2014




SETLIST

This Momentary Bliss 
Like the Average Stalker 
Overload 
Nerve 
Spectrum of Eternity 
The Living Infinite I 
Bastard Chain 
Let This River Flow 
Tongue 
Follow the Hollow 
Stabbing the Drama



AFFILIÉ

Soilwork
Dunkerque - 4 Ecluses
(13 décembre 2015)
Paris - Le Divan Du Monde
(09 mars 2014)
Marseille - Espace Julien
(13 octobre 2007)
Wacken (wacken)
(01 août 2008)

22 juin 2014 - Hellfest


Soilwork_Hellfest_20140622

Après quelques albums en demi-teinte, les suédois de Soilwork sont revenus en forme courant 2013 avec un excellent double album, The Living Infinite. Forts d’une carrière déjà longue qui les a propulsés au cours des années 2000 aux sommets de la scène death metal mélodique, c’est normalement revigorés, sûrs d’eux et armés de beaux morceaux de melodeath que la bande à Speed devait venir concurrencer Black Sabbath en ce dernier soir de Hellfest 2014. 

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le public répond présent sous The Altar. Ça tombe bien, il va être servi. Dès les premières secondes de This Momentary Bliss, on sent que le groupe est en forme. Le géant Speed dégage une puissance et une maîtrise absolument incroyable, autant en growl qu’en chant clair. Il va haranguer la foule entre chaque morceau, avant de repartir de plus belle à chaque fois. Les musiciens ne sont pas en reste, notamment le duo de guitaristes qui livre un combat de leads et de soli qui plaît énormément à un public acquis à la cause dès le début du concert. Le son, une fois encore, est énorme, et l’on distingue parfaitement les instruments. La setlist va alterner entre les différentes périodes du groupe, faisant tout de même la part belle à The Living Infinite Et ceux qui ne le savaient pas s’en rendent vite compte, la musique de Soilwork est faite pour la scène. Overload avec son tempo rapide et son refrain catchy, Nerve, plus sautillante, les tueries Bastard Chain ou Follow The Hollow, ou encore Let This River Flow au cours duquel les fans du groupe s’époumonent sur le refrain. On pourra juste regretter l’absence de morceaux issus de The Chainheart Machine, tant le morceau éponyme aurait fini d’achever l’audience.
Le groupe se fera tout de même une frayeur sur l’intro de Spectrum Of Infinity, puisqu’un pan de la scène s’affaissera sous le bassiste, pourtant pas le plus gros de la bande. Plus de peur que de mal puisque le musicien s’en sortira sans bobo, mais tout de même une interruption de plus de dix minutes le temps de consolider la scène avant de poursuivre le show. Dix minutes qui auraient pu permettre au groupe d’offrir encore un peu plus de son énergie incroyable et communicative. Qu’à cela ne tienne, il reprendra de plus belle pour une prestation de plus d’une heure au total. Après notamment un Follow The Hollow  de folie attendu par beaucoup, ainsi que Tongue et Stabbing The Drama et leurs refrains en chant clair sur lesquels le chanteur ne montrera pas l’ombre d’une hésitation, viendra l’heure de conclure. Speed remercie  alors le public venu en nombre, et promet de revenir très vite dans l’hexagone
.

Un concert en forme de best-of pour le groupe qui aura fait preuve d’une pêche incroyable à l’image de son chanteur, en sueur du début à la fin du show, offrant une prestation d’une classe immense, chaleureuse et généreuse. Espérons les revoir en forme bientôt pour un concert plus long, aussi bon et sans incident technique.

Crédits photo : Elie Lahoud-Pinot Photography


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1