CHRONIQUE PAR ...

77
Sven
le 22 juillet 2014




SETLIST

X2Y
Noise
Let the Blood Spill Between My Broken Teeth
Experience Your Flesh
Fritzl
Collection Of Dead Portrait
Carnivore Sublime
Slut

AFFILIÉ

Benighted
Dunkerque - 4 Ecluses
(24 janvier 2016)
Paris - Le Divan Du Monde
(12 mars 2014)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2008)
Paris - Scène Bastille
(25 octobre 2009)

21 juin 2014 - Hellfest


Benighted_Hellfest_20140621

« Tu vas voir, Benighted en concert, c’est la guerre ! »  C’est par ces quelques mots, ô combien rassurants, que j’avais convaincu ma chère et tendre d’aller assister au show des français. La pauvre... C’est armés de nos fidèles bouchons d’oreilles pour éviter que ce soit trop la guerre dans nos tympans que nous nous dirigions vers The Altar à 12h15 pour prendre, en guise d’apéro, une bonne dose de brutal death par l’un de ses plus fiers représentants hexagonaux.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le public a répondu à l’appel, comme en témoigne le monde amassé sous la tente de la mort. Il faut dire que l’idée même d’envoyer du moshpit, du wall of death ou du circle pit attire pas mal, dans ce genre de manifestations. Dès les premières notes du concert, on y est, en plein dedans même ! Blast beat et double grosse caisse à foison, riffs destructeurs, chant tiraillé entre le braillement de goret et l’infrason de catacombe, c’est sûr, c’est du brutal death ! Le chanteur et ses acolytes déploient une énergie qui se répand instantanément dans une audience déjà conquise !
Après les deux premiers titres, c’est l’heure de tester la réactivité du public.  « Let the blood spill ... »  lâche un chanteur joueur, « ... between my broken teeth  » répond la foule, toujours désireuse d’en découdre. Et c’est reparti ! Devant la scène, ça semble être la folie furieuse, derrière, c’est à peine plus tranquille, mais la ferveur est la même. Et le pire, c’est que le groupe a l’air (et est sûrement) super sympa ! Souriants et sautillants, ils se donnent comme jamais. Et le hurleur n’arrête de beugler des paroles inintelligibles, mais sans doute terrifiantes, que pour remercier le public et l’encourager à donner le meilleur de lui même. Il va même exhorter la fosse à se séparer en deux avant de déclencher un wall of death qui remuera bien comme il faut : les furieux circel pit ne semblant visiblement pas suffire.
Le plus marquant dans le concert, en dehors de l’enthousiasme partagé sur et devant la scène, à une heure si précoce du jour (que l’on oublie très bien après une pinte et sous la pénombre relative du Altar), sera le déclenchement, de temps en temps, au hasard d’un break, d’un infrason de l’enfer triggé sur la batterie de Kevin Foley, qui fera l’effet d’une implosion terrifiante jusque dans le tripou ! Avec un effet fabuleux sur l’auditeur qui en prend plein la gueule alors qu’il n’en demandait pas tant et qu’il avait sa dose... Et comme pour boucler la boucle de la dernière tournée en ouverture de Loudblast qui jouait un peu plus tôt, le père Buriez vient s'égosiller la trachée le temps d'un refrain growlé comme à ses vingt ans. Benighted atomise tout en trente minutes chrono, terminant sur un "slut" décapant légèrement hué par le public, tout simplement car le set prend déjà fin. 


Au final, une prestation agressive à souhait pleine de professionnalisme, de bonne humeur, de satisfaction d’être là, malgré l’heure peu avancée et la faible durée du set (30 minutes à peine). Benighted est, et reste, le fer de lance du brutal death français, et il l’a prouvé une fois de plus sur scène à l’occasion du Hellfest 2014. Que demande le peuple ?!

  

Galerie photo:Das Silverfofo (https://www.flickr.com/photos/120935864@N07/sets/)

  


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7