CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 06 avril 2014




SETLIST

Grand Magus :
I, the Jury
Sword of the Ocean
On Hooves of Gold
Ravens Guide Our Way
Like The Oar Strikes The Water
Steel Versus Steel
Valhalla Rising
Iron Will
Rappels:
Ymer
Triumph and Power
The Shadow Knows
Hammer of the North

Audrey Horne :
Redemption Blues
Bridges and Anchors
Youngblood
There Goes a Lady
High and Dry (nouvelle chanson)
Between the Devil and the Deep Blue Sea (nouvelle chanson)
Pretty Little Sunshine
Cards With the Devil
This Ends Here
Threshold
Blaze of Ashes
Straight Into Your Grave

AFFILIÉ

Grand Magus
Summer Breeze 2009 (Dinkelsbühl)
(13 août 2009)
Casino de Paris - Paris
(07 novembre 2016)

18 mars 2014 - Paris - Le Divan Du Monde


Grand_Magus_Paris_-_Le_Divan_Du_Monde_20140318

Grand Magus ! En voilà un groupe qui me tardait bien de voir en live ! Avec leurs trois excellents derniers albums, vastes usines à tubes heavy à l'ancienne sous couvert de refrains épiques et guerriers, l'exercice de la scène ne pouvait que confirmer tout le génie déjà présent sur album ! C'est donc au Divan du Monde que le groupe nous donne rendez-vous, accompagné de pas moins de 3 autres groupes…

Affiche bien garnie implique donc début de concert très tôt, qui empêchera votre serviteur de vous parler de The Vintage Caravan, jeune groupe déjà signé sur le géant Nuclear Blast ! De Zodiac, je ne peux vous raconter que la fin de set, ce qui est fort dommage car ça avait vraiment l'air très bon. Déjà entraperçu en première partie de Spiritual Beggars, le groupe évolue dans une mouvance proche, à savoir la résurrection du hard rock à tendance psyché en ressortant du placard poussiéreux le matos des années 70s. Le son était exceptionnel, les jeux de lumière très convaincants et la musique fort appréciable à défaut d'être fort originale.
Le temps de la pause permet de se repositionner dans la fosse car contre toute attente, le Divan du Monde est plein à craquer ce soir et dès la sous-tête d'affiche, à savoir Audrey Horne. Jouant également dans un registre revival (qui est finalement le fil rouge de la soirée, tout en balayant des styles assez variés), mais avec des accents très radiocalibrés et accessibles (et pas du tout old school pour le coup), on aurait pu penser que le combo norvégien ne soit pas du goût de tous… Et finalement, la réaction du public est unanimement positive ! Arrivant à insuffler une énergie hors du commun grâce au charismatique Toschie au micro, le groupe embrase la salle avec des refrains bien repris en cœur et un public qui bouge bien.
Aux détours de ces refrains faciles et tubesques, les Norvégiens assument sans complexe leur facette accessible et en jouent ostensiblement. A la manière d'Alter Bridge ou Volbeat, le groupe se plaît dans un double jeu entre une musique très lisse d'apparence mais qui cache néanmoins de gros riffs et de gros solos. Catalogué tant comme post-grunge qu'heavy metal, il faut cependant bien avouer que le groupe tend nettement plus musicalement vers Iron Maiden ou Deep Purple qu'Alice In Chains ou les Foo Fighters. Ainsi, le groupe propose une équation rafraîchissante et bien identifiable avec une setlist cohérente faisant la part belle aux derniers albums mais proposant des inédits comme des vieux morceaux.
C'est alors le temps de Grand Magus de fouler les planches de la scène pour l'installation du matos et les derniers réglages. Et ce qui choque de suite, c'est l'espace vide sur scène car certes nous avons affaire à un trio, mais le minimalisme est présent partout, tant au travers de la batterie réduite à son plus simple apparat, que des enceintes (un ampli et une baffle Marshall pour la guitare, pareil mais en Sunn pour la basse), ou des quelques rares pédales d'effets par terre. On joue façon garage, avec le minimum syndical, ça évite de se trimbaler tout un tour bus après tout... Autre surprise, les membres viennent eux-mêmes faire leurs réglages comme en salle de répet, laissant apparaître leur tenue là encore très old school, façon perfecto de cuir, jean slim et baskets aux pieds. Look détendu pour des mecs détendus, à l'image du leader JB qui sera très blagueur avec le public ce soir.
Mais ça y est, ça démarre avec "I, The Jury", morceau classique qui met bien dans le bain avec un mid-tempo qui permet au public s'échauffer les cordes vocales pour l'enchaînement avec "Sword of The Ocean", plus lent et épique, donc forcément plus tubesque ! Sur scène, ça joue pépère, JB ne force pas trop sur sa voix mais a suffisamment de coffre pour en imposer. La section rythmique est carrée mais globalement ça ne bouge pas sur scène tandis que dans le public, tout le monde headbangue joyeusement. La suite de la setlist n'est pas forcément heureuse entre un "On Hooves of Gold" du dernier album bien mollasson et un "Ravens Guide Our Way" certes beau, mais pas ce que le groupe a pu faire de plus direct…
Heureusement, tout le monde se réveille dès le début de "Like The Oar Strikes The Water" tiré d'Iron Will, replongeant dans des débuts plus stoner et tout aussi épique du groupe. On passe à l'hymne Manowar "Steel Versus Steel" à la structure simpliste mais qui permet à tout le monde de chanter et de headbanguer sans réfléchir. La chaleur commence à monter, le groupe commence à bouger plus sur scène lorsque retentit "Valhalla Rising", sûrement un des meilleurs morceaux du groupe et qui passe merveilleusement bien en live. Les rappels arrivent vite alors qu'il reste du temps au groupe, qui décide très professionnellement de jouer un bonus par rapport à la setlist prévue : "The Shadow Knows", heavy à souhait et offrant un dernier moment de secouage de nuque !


Car il est temps… De la fin ? Oui, mais avant de partir, les Suédois ont un must-play, je parle bien évidemment de "Hammer Of The North", l'hymne ultime qui voit tout le monde chanter à gorge déployée, particulièrement le « ooooooooooooh wooooooohooooooo wooohooooo ohooohoooo ooooh » repris ad lib par le public. Un moment de frisson saisit tout le monde, lorsque le groupe laisse chanter a cappella la salle entière, on se serait cru à un "Valhalla" de Blind Guardian. Et même une fois les lumières rallumées, des reprises se feront entendre jusqu'à dans la rue ! Un très bon concert qui aura fait l'unanimité des personnes présentes ce soir.

Galerie photo : Das Silverfoto


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1