CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 13 juillet 2013




SETLIST

On the Shores 
Arrival 
The Paranoid 
Frozen Lakes on Mars 
A Grave Inversed 
The Grave 

AFFILIÉ

Ihsahn
Hellfest (Clisson)
(17 juin 2012)
Paris - Le Divan Du Monde
(22 novembre 2016)
Paris - La Machine
(05 novembre 2018)

23 juin 2013 - Hellfest


Ihsahn_Hellfest_20130623

Ihsahn fait partie des rares noms à apparaître consécutivement sur les affiches 2012 et 2013 du Hellfest. Il arrive fréquemment qu'un groupe joue à deux éditions consécutives, lorsque l'orga du festival galère à remplacer un gros groupe qui vient d'annuler (de ce côté là, la cuvée 2013 a été riche en rebondissements et modifications pas toujours heureuses). Mais là non. L'Empereur de l'Art Noir aime le festival de l'Enfer, il aime y passer quelques jours chaque année et il a bien raison. En plus, ses camarades Lépreux ont cette année la possibilité de faire un doublé le dimanche, ce qui fait plaisir à tout le monde.

On se souvient de la baffe de 2012, de la leçon de musique, de l'expérience de vie, de l'apparition divine. Ben cette année, c'était pareil. On pourrait s'arrêter là, vous renvoyer au lien figurant à gauche de votre écran et dire que tout y est dit. C'est vrai. On pourrait s'économiser un live-report en trafiquant le lien. C'est vrai aussi. Oui, mais chez les Eternels, au-delà de la conscience du travail bien fait et de la course au nombre de reports, on veut vous faire partager nos coups de coeur et soutenir les artistes qui le méritent. Avec 2 live-reports d'Ihsahn, la probabilité que vous en lisiez un augmente, la probabilité que vous alliez écouter ou réécouter les albums augmente aussi et surtout la probabilité que vous vous bougiez les fesses pour allez voir ce génie augmente ! C'est ça notre but : que vous ne passiez pas à côté de ce qui pourrait changer votre vie. A ce point-là, oui madame. 
Parlons un peu du set donc. Arrivée sur scène assez ubuesque puisque c'est le roadie (à moins que le manager ne soit roadie ?) qui annonce l'arrivée de la troupe sur scène façon chauffeur de salle, en faisant pointer la présence du pentagramme inversé au-dessus de la Temple. Ben oui, Ihsahn c'est quand même un des pères du black metal, proche de l'Inner Circle à ses débuts, sataniste convaincu pendant un bon moment et surtout LE mec de la scène qui est parvenu a développer une esthétique globale tant visuelle que musicale et métaphysico-philosophique. 2012 a ajouté une nouvelle pierre au bel édifice établi en solo par Ihsahn avec un Eremita impressionnant, véritable accomplissement artistique où l'on puise la quintessence de l'univers du génie. Le set s'ouvre sur un "On The Shores" qui fonctionne à merveille et en l'absence de saxophone (instrument très prisé par Ihsahn sur ses derniers albums), c'est Einar Solberg qui se charge avec brio d'utiliser en remplacement et habilement ses claviers et son organe vocal si particulier.
Enchaînement parfait entre le final d'After et le début d'Eremita, soit "Arrival" et "The Paranoid". Et de manière très surprenante, les titres du dernier album prennent réellement tout leur sens en live ! On revient à After avec le désormais classique "Frozen Lakes on Mars" puis la tuerie ultime qu'est "A Grave Inversed" invitant au headbang frénétique. De mémoire, le son était meilleur l'an dernier, si bien que l'impact est moins saisissant mais ne boudons pas notre plaisir pour autant. Non, la véritable surprise c'est "The Grave" qui clôt comme l'an dernier le set. La maîtrise du titre s'est énormément affinée avec le temps. Le son est désormais lourd et massif, le titre joué encore plus lentement que sur album, on est quelque part entre le djent dans les sonorités et le doom dans l'ambiance - constat ahurissant qui montre que le style Ihshan actuel est simplement unique.


Encore un show inhumain... Qui peut rivaliser avec ça ? Une maîtrise instrumentale hors pair, une charge émotionnelle incroyable, une présence scénique imposante... En plus de livrer des albums fantastiques, Ihsahn est une bête de scène. C'est bien simple, il n'y a absolument rien à redire. Si la perfection doit exister, ça ressmeblerait à ça. Le seul regret, c'est qu'il n'y ait pas eu de rab' alors que le set s'est fini en avance... Mais bon, il remettra ça l'an prochain, hein ?




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1