CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 09 janvier 2008




SETLIST

Silent Screams (intro)
Abandoned World
Take It Easy
Mr. Landlord
The Diary
A Wound That Won't Heal
Cat Eyes
Out Of Ideas
No Longer Touching Ground
Dance Of Mr. Gumble
Tinnitus
Torn By A Phrase
Call In Dead
Useless Argument
She/Male
Svetlana
Emelie
The Effect
Into The Unknown
Waltz With Mother Nature
Wailings From A Building

Rappels:

Manipulator
Welcome

AFFILIÉ

ACT
Versailles - Centre Culturel Porchefontaine
(17 juillet 2006)
Pratteln - Z7
(20 mars 2003)

ACT
19 mars 2007 - Paris - Scène Bastille


ACT_Paris_-_Scene_Bastille_20070319

« Hey Cosmic, tu viens voir Conscience jouer lundi soir? On pourrait y aller ensemble...
-Je vais bien à ce concert, mais j’y vais pour A.C.T, pas pour Conscience!! C’est qui Conscience?
-Un groupe de métal prog français qui a ouvert pour Nightwish... c’est qui A.C.T?
-Ben le meilleur groupe de prog du monde...
»


Conscience ouvre le bal, et le groupe dispose d’une fan-base conséquente et d’un chanteur-guitariste impayable. Un peu limite au niveau du chant car manquant de coffre, l’homme compense par son réel talent guitaristique et un charisme tout à fait assumé : sa technique de clin d’oeil aux premiers rangs sans s’arrêter de chanter et de jouer est visiblement très rodée. Trève de sarcasme : Conscience bénéficie d’un bon son et les compos du groupe sont très en place, merci à un niveau technique franchement supérieur qui rend le groupe instantanément crédible (en particulier le bassiste au jeu monstrueux). Par contre un malaise s’installe assez vite : comme leurs petits camarades de Spheric Universe Experience, les Conscience souffrent du syndrome dit « du clone de Dream Theater » et c’est embêtant. Tout le concert durant on attend un plan qui sonne vraiment original et pas repiqué à gauche ou à droite... mais malgré une efficacité indéniable et un plaisir de jeu évident (ces jeunes gens s’éclatent et ça se voit), Conscience échoue à se créer une véritable identité. Les seuls moments où le groupe se détache de la masse est quand le chanteur balance quelques growls et d’un seul coup ça change tout... espérons qu’ils persévèreront dans cette voie.

Mes craintes de voir la salle se vider après le set de Conscience se révèlent heureusement fausses : la salle est blindée au final quand A.C.T débarque... et met instantanément le feu. Incroyable! Quelques secondes suffisent à la bande de Sanning pour se mettre le public dans la poche, et le très long set de ce soir (servi par un son absolument parfait) est monstrueux à tous points de vue. Le seul bémol est la voix d’Herman qui est légèrement fausse sur quelques parties, mais sorti de ça c’est la méta-claque. Le chanteur est toujours aussi culte dans sa gestuelle et son rapport au public : mimant les chansons, dansant le twist ou la valse selon les tempos, moshant comme un damné pendant les parties métal, Herman Sanning est un des meilleurs frontmen de l’histoire. Et que dire de ses petits camarades : Peter bastonne à la basse et Jerry comme Ula assurent autant dans leurs instruments respectifs que dans leurs parties de chant. Il faut dire qu’Herman leur laisse prendre le chant lead à plusieurs reprises, et leur complémentarité sur "Useless Argument" laisse pantois. Quant à Lejon il cogne comme une brute et malmène son pauvre kit, tout en se révélant capable d’un groove affolant sur le très complexe rythmiquement "Out Of Ideas". C’est une dream-team...

Compter les moments d’anthologie de ce concert est impossible. Combien de musiciens ont voulu raccrocher les gants face à l’interprétation sans faille aucune de l’instrumental génial "Dance Of Mr Gumble?" Quelle a été l’intensité en décibels de l’ovation accompagnant le début de "Mr Landlord", tube parmi les tubes? Qui a pu résister à la bonne humeur du groupe, au côté profondément ludique des chansons, à la complexité pourtant si accessible des arrangements et des thèmes joués? Combien de mes voisins ont-ils voulu me taper parce que je beuglais toutes les paroles de toutes les chansons? Pour ce dernier point on aura un élément de réponse : le public est effectivement venu pour A.C.T, et le nombre de personnes qui comme moi donnent de la voix sur chaque titre est conséquent. Il faut voir Herman rester comme deux ronds de flan quand la foule chante des chœurs présents sur l’album et que le groupe laisse de côté! A.C.T nous fait un show best-of, ne mettant pas particulièrement [i]Silence[/i] en avant mais piochant longuement dans tous ses albums... et ne refaisant pas le concert de Versailles qui plus est, la setlist reprenant les hits traditionnels du groupe mais allant explorer d’autres horizons.


Communicatif, surdoué, énergique, drôle, A.C.T en live est presque le groupe parfait. Ce concert très long a atomisé un public consentant qui n’a cessé d’en redemander, et on le comprend. Combien de groupes de prog peuvent faire passer un tel plaisir de jeu, une telle bonne humeur et un tel second degré tout en alignant titre de tueur sur titre de tueur? On me le reprochera sûrement mais je n’en démordrai pas : en live, A.C.T est le MEILLEUR GROUPE DE PROG DU MONDE, et je vous défie de le nier après les avoir vus. Seigneur, faites qu’ils reviennent vite...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6