CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
le 12 juillet 2013




SETLIST

Sparks
Old Ghost / New Regrets
Sleepwalker
Karma
Wild Eyes
Idols and Anchors
Dark Days
Deliver Me
Home Is for the Heartless
Swing
Carrion

AFFILIÉ

Parkway Drive
Lille - Aéronef
(09 juin 2015)
Cabaret Sauvage
(18 décembre 2014)
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2009)

22 juin 2013 - Hellfest


Parkway_Drive_Hellfest_20130622

Il fut un temps où le fan de metalcore moyen avait pour références ultimes Killswitch Engage (Alive Of Just Breathing, mon dieu), Unearth et autres As I Lay Dying ou Heaven Shall Burn. Soyons partisans et tentons un coup, et disons qu'aujourd’hui, les groupes qui tiennent le haut du pavé en matière de metalcore se nomment Parkway Drive et August Burns Red. On avait vu ces derniers l'an passé, et cette année c'était au tour des premiers de revenir fouler les planches du Hellfest, eux qui ont pris une ampleur nettement supérieure aux seconds avec la sortie du très célébré Atlas.

Et, tout comme la renommée de Parwkay Drive a récemment explosé celle d'August Burns Red à l'aune de leurs derniers albums respectifs, la prestation scénique des Australiens démontera également celle des seconds nommés. Pourtant, cela ne partait pas forcément bien : pas de backdrop et un son assez médiocre : syndrome festoche encore une fois, dès que ça joue de la lead par dessus une rythmique un peu vénère, on entend plus rien de ladite lead. Et pas de bol, le metalcore c'est beaucoup de ça, notamment chez Parkway Drive. Mais qu'importe, les Aussies ont l'air vraiment très heureux d'être là. On comprend après quelques morceaux (et une tirade vindicative de Winston Mc Call) que les Australiens ont vu une merveilleuse compagnie aérienne française perdre la totalité de leur matos lors d'une escale, ce qui explique l'absence de backdrop et peut-être, pour partie, la triste qualité du son, les mecs ne jouant pas sur leur matos, mais sur du matos prêté par les très mauvais A Day To Remember (qu'on remercie quand même de leur gentillesse, du coup). Ce triste épisode semble avoir mis Parkway Drive en rage, mais une rage positive et qui transparaîtra tout au long du show : le groupe dans son ensemble est au taquet, Winston harangue la foule et apprécie grandement l'état de folie du public, qui connait de toute évidence très bien le groupe et ses compos, notamment celles du dernier monstre en date, Atlas (un des tous meilleurs albums de « vrai » metalcore depuis de longues années, au passage).
On enchaîne donc les wall of death, les circle pits (celui sur le final de "Swing", qui porte pour le coup salement bien son nom, restera surement comme l'un des plus massifs du festoche), on saute et on headbangue dans une vraie bonne ambiance.  Niveau setlist, pas grand chose à redire : la part belle est évidemment faite à Atlas avec quatre morceaux joués (en encore, on regrettera l'absence de l'excellente "Sleight Of Hand" ainsi que du fantastique morceau titre, qu'on imagine cependant très compliqué à mettre en musique en live au vu du nombre d'instrus). Et c'est tant mieux : "Dark Days" est un monstre, tout comme "Wild Eyes", complètement taillée pour le live, et la violence de "Swing" s'avérera parfaite pour achever tout le monde. Deep Blue, le précédent carton du groupe, n'est pas non plus en reste, avec son lot de tubes, au premier rang desquels "Deliver Me" et "Sleepwalker". Horizons sera aussi de la partie avec notamment un lourd final de concert sur "Carrion" notamment. Par contre on versera une petite larmiche sur l'absence de tout morceau issu du pourtant excellent Killing With A Smile, mais le groupe n'avait qu'une heure devant lui, il ne fallait donc pas espérer une rétrospective globale.


En résumé : un son pas fabuleux, un début de concert un peu poussif, et puis la machine à pits et à headbang s'est mise en marche et plus rien n'a arrêté sa course folle. Une superbe ambiance sous un beau soleil (même si la pluie s'invitera gentiment le temps d'un morceau, histoire de rappeler à tout le monde qu'on est au Hellfest et pas ailleurs), un groupe concerné et impliqué voire surpris et ravi de l'accueil qui lui sera réservé, bref ce set de Parwkay Drive fut une franche réussite et l'un des moments les plus cools du festoche pour votre serviteur.  


(crédits photos : Wasted de VS Webzine)


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3