CHRONIQUE PAR ...

85
JC
le 10 juillet 2013




SETLIST

samedi 22 juin :
Eyes of The South
Witchripper
Lifer
Lysergik Funeral Procession
Hail The Leaf
Ghosts Along The Mississippi
Pillars of Eternity
Losing All
Stone The Crow
Bury Me in Smoke


dimanche 23 juin :
Rehab
Swan Song
Sisterfucker part 1 (Eyehategod)
Blank (Eyehategod)
High Rate Extinction (Crowbar)
Conquering (Crowbar)
Clean My Wounds (Corrosion of Conformity)
Albatross (Corrosion of Conformity)
Pretty Maroon
Bridges of Sighs (Robin Trower)
Walk (kivousavé)

AFFILIÉ

Down
Paris - Bataclan
(06 avril 2008)
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2009)
Hellfest (Clisson)
(17 juin 2011)
Paris - Bataclan
(24 octobre 2012)

22 juin 2013 - Hellfest


Down_Hellfest_20130622

Voila un live report assez difficile de rédiger mine de rien. Non pas qu'il n'y ait rien à dire mais bon, chez les Eternels, on n'en est pas au premier « papier » rédigé sur le groupe pour narrer l'un de ses monstrueux concerts. Le truc, c'est que du coup, tout semble avoir déjà été dit et j'ai la désagréable sensation que tout ce que je pourrai écrire ici n'apportera rien de bien nouveau sur ce qu'est un concert de cette bête de scène venue de la Nouvelle-Orléans. 

Down, c'est un peu un des ces groupes qui joue au Hellfest comme à la maison. Depuis 2009, trois apparitions au compteur, une tous les deux ans en somme, rien que ça. Et autant dire que durant ce festival, Phil Anselmo aura vraiment donné l'impression d'être chez lui. Petite apparition pendant le concert de d'Accept le samedi, puis celui de Voivod le dimanche, double concert de Down (dont on reparlera un peu plus tard) bref, cette année c'était la fête à Anselmo et cette méga teuf aura commencé avec ce concert tout simplement extra du samedi après-midi. Pour ceux qui ce demandent ce que peut bien avoir ce groupe pour attiser à tel point l'engouement du public, la réponse est simple : une tripotée de riffs que tous les rockeurs et metalheads de notre pays ne seraient même pas capable de sortir de leur manche même si leur talent s'unissait. Vous voyez le genre ? Et que peut bien avoir ce Phil Anselmo dont la voix est à la ramasse depuis plusieurs années maintenant, n'ayons pas peur des mots ? La réponse est une fois de plus assez simple : un putain de charisme.
Et rien que cela suffit pour passer un pur moment de rock sudiste. A la simple arrivée de Phil sur scène, le public commence à être instable et les mouvements de foule commencent sans que le gus n'ait dit quoi que ce soit. Quelques signes à l'adresse du public du genre « J'vous entends pas ! » et cela suffit. Et quand la machine à riffs se met en marche... c'est du lourd. Si vous avez eu l'occasion de voir le groupe sur scène ces dernières années, ne vous attendez pas à un grand changement dans la setlist : les classiques restent les classiques et ils conserveront leur place aujourd'hui. Tant mieux ! Non, si vous vouliez voir Down dans une configuration un peu spéciale, il fallait se rendre sous la Valley le lendemain : Clutch ayant été contraint d'annuler sa venue à la dernière minute, c'est Down qui se charge de les remplacer  au pied levé avec un show spécial (cf setlist). Une sale nouvelle compensée par une excellente nouvelle, en quelque sorte. Mais revenons-en au principal, à savoir le concert classique du samedi.
L'ambiance aura été tout simplement excellente. Les mouvements de foule auront été compacts (à l'image de la musique) et c'est à une légion de slammeurs que les gus de la sécurité auront eu affaire. Anselmo n'aura eu de cesse de solliciter le public et force est de constater que celui-ci semble connaître les paroles de chaque titre sur le bout des doigts. Ajoutons à ça une prestation solidement menée par une horde de musiciens pour qui la scène n'a plus aucun secret et on obtient un truc qui dépote sec. Oui oui môssier ça dégomme ! Les titres comme "Lifer", "Eyes of The South", "Hail The Leaf", "Stone The Crow" et cie sont bien là, font leur effet et c'est bien évidemment sur un final ultra-classique que le groupe salut le public venu en masse. « What do you want to hear ? » (aussi classique que le This side are you ready de Lou Koller avant le wall of death). "Bury Me in Smoke" évidemment ! Mais s'il vous plaît garçon, rajoutez-nous quelques invités : rien de moins que Matt Pike, monté sur scène avec une demoiselle (apparemment Madame Anselmo) pour riffer sur ce final génialissime.


Opération réussie pour Down qui aura offert un excellent moment au public présent. Non franchement, ça aura eu de la gueule. Un groupe que je ne pouvais absolument pas rater après avoir manqué à deux jours près leur passage dans la capitale quelques mois auparavant. Un set génial donc mais attention, un autre grand moment se prépare sous la Valley : Karma to Burn. Il est encore trop tôt pour prendre une pause.


(crédits photos : www.OZIRITH.com - HELLFEST Productions)


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6