CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 03 novembre 2012




SETLIST

Figure It Out
Cornucopia
Feed Us
Sky Is Over
Baby
Butterfly
Harakiri
Elect the Dead
Occupied Tears
The Unthinking Majority
Honking Antelope
Ching Chime
Lie Lie Lie
Praise the Lord and Pass the Ammunition
Saving Us
Beethoven's Cunt
Empty Walls

Rappels :
Gate 21
Uneducated Democracy
Aerials (System Of A Down)

AFFILIÉ

19 octobre 2012 - Paris - Zénith


Tankian,_Serj_Paris_-_Zenith_20121019

Il est parfois malheureusement nécessaire de faire des centaines de kilomètres pour un artiste qu'on rêve particulièrement de voir… Ce fut le cas de votre serviteur qui n'hésita que peu de temps en voyant que Serj Tankian (le célèbre frontman de System Of  A Down pour ceux qui auraient oublié) passait faire la promo de son dernier album en date, Harakiri, au Zénith de Paris.

Et c'est après une journée particulièrement chargée entre exams et quatre heures de transports ferrés pour rejoindre la capitale qu'il fut enfin possible de pénétrer dans la mythique salle de la Villette. Arrivée 21h15 pour un début de set de l'Arméno-Américain programmé à 21h30, c'est ce qui s'appelle être synchro ! Pas la peine donc de trop s'étendre sur les premières parties qui furent assurées par The Hollywood Arson Project et Viza. Un quart d'heure à tuer donc, permettant  de faire l'état des lieux de la salle, quasi pleine niveau places assises mais plus réservée au niveau de la fosse, pleine aux 3/4 tout d'abord, plus vite repliée aux 2/3 une fois les festivités débutées. Concernant la composition du public, l'ami Serj ne laisse visiblement pas indifférent la gent féminine, puisque les filles ont fait le déplacement en masse ce soir et elles connaissent plutôt bien leurs classiques ! Une jolie mixité qu'on retrouve également dans l'âge des spectateurs, allant du collégien boutonneux tout émerveillé au cinquantenaire tout ému avec une majorité de trentenaires, autrefois fans de la première heure de Toxicity.
C'est en tenue très relax (T-shirt vierge, jeans) et sans mise en scène extravagante que notre vedette débarque tout sourire sur scène accompagné de ses musiciens, eux aussi très décontractés. Le set débute sur la doublette "Figure It Out" / "Cornucopia" (reprenant ainsi en ordre inversé le début du dernier-né Harakiri) assez particulière puisque beaucoup plus rock, sautillante et à la fois mesurée que les standards d'Elect The Dead. L'idée d'évacuer ces titres d'entrée n'est finalement pas une mauvaise idée a posteriori puisque le public a ainsi pu se chauffer tranquillement et le son s'adapter (un peu trop de basses au début). La machine étant lancée, c'est maintenant le moment de balancer les tubes anciens ("Feed Us" / "Sky Is Over" / "Baby") et récents ("Butterfly" / "Harikiri"). Les mouvements du frontman, comme ceux de ces musiciens, sont très sobres et limités ce qui n'empêche pas la fosse de gentiment pogoter. Au fur et à mesure des morceaux, la chaleur se fait dans la Zénith  tandis que le sieur Tankian ne cesse de prendre confiance avec un public est entièrement acquis à sa cause. Appliqué et passionné, son timbre chaleureux et sensible est aussi clair et précis que sur album et on ne peut s'empêcher de frissonner en reprenant en chœur les refrains.
Les points d'orgue vocalement seront atteints sur "Elect The Dead", bénéficiant d'une intro rallongée pour l'occasion, et "Gate 21", premier rappel où Serj est seul au piano sur scène alors que le public offre un silence religieux, un sourire béat aux lèvres. Des moments d'anthologie qui donnent encore des frissons ! Même si la setlist est assez attendue vu la discographie encore maigre de l'Arméno-Américain en solo, une petite surprise attend le public avec un ultime rappel "écrit pendant la tournée" comme ironise Serj : le classique "Aerials" de SOAD ! Même si le tube "Empty Walls" a déjà bien épuisé les plus vaillants de la fosse, le public se retrouve une dernière énergie pour bouger sur cet inédit ! Ainsi se finit ce concert qui ne fera regretter personne de s'être déplacé ce soir. Au rang des petites déceptions, le son pas top sur les morceaux les plus rapides et les excentriques "Praise The Lord And Pass The Ammunition " et "Uneducated Democracy" qui auraient pu être gommés de la setlist. Enfin, malgré toute la sympathie qu'inspire le frontman, les discours politiques démagos et faussement subversifs prononcés entre les morceaux n'étaient pas indispensables.


Serj Tankian ne vole pas sa réputation de vedette et mérite réellement d'être vu une fois dans sa vie en live. Il ne reste plus qu'à espérer que la tournée de reformation de SOAD l'an dernier est vouée à se poursuivre et qui sait, redonner peut-être envie aux quatre amis de composer de nouveau ensemble ?  


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5