CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
le 09 juillet 2012




SETLIST

Sabotage (Beastie Boys Cover)
R.A.T.S
Sleep This Away
Road Sick
Hail Destroyer

+ 4-5 autres

AFFILIÉ

Cancer Bats
Paris - La Cigale
(25 janvier 2013)

16 juin 2012 - Hellfest


Cancer_Bats_Hellfest_20120616

Je le reconnais sans peine, j'ai découvert Cancer Bats sur le tard. Mais bon dieu, j'ai adoré tout de suite ! Dès les premières notes de "Sleep This Away", puissant opener du non moins puissant Bears, Mayors, Scraps & Bones (avant-dernier opus en date), j'étais dedans. La suite donnée ne m'a pas déçu avec un Dead Set On Living bardé de tubes, et c'est donc avec un plaisir non dissimulé que me précipitais (encore) à la warzone pour assister à un show entre hardcore et sludge qui s'annonçait bien musclé.

Et de muscle, il a effectivement été question ! Déjà, premier énorme kiff / big up / t'as vu / bien / la classe, Cancer Bats débarque sur quoi donc ? Bim, rien de moins qu'une reprise ultra-testostéronée de "Sabotage" des Beastie Boys (présente sur un EP enregistré par le groupe en 2010). Ça pose sa culture musicale et surtout son gros hommage à Adam Yauch alias MCA, décédé peu de temps auparavant (RIP, Monsieur)... Bravo. Après ça, c'est l'enchaînement de violence, de groove, de fun aussi (les mecs étant canadiens, on aura droit à quelques échanges à fort accent québécois avec un Liam Cormier tout sourire et bien charismatique!). Un gros point noir viendra, malheureusement, quelque peu entacher la performance par ailleurs sans faille des Canadiens : le SON. Comme souvent ce week-end sur les mainstages et un peu moins souvent sous les tentes (ce fut hélas le cas en l'espèce), le son est un peu méga-pourrave, c'est un euphémisme. Sans bouchons d'oreilles, quasi impossible d'entendre ce que font les mecs tant la basse et la grosse caisse bouffent absolument tout le son. Ça amène presque à se demander si ce n'est pas un peu LE gros point faible des ingés-son métal / hardcore en concert. On n'a jamais entendu parler d'un show où l'on entendait beaucoup trop les guitares et le chant et pas assez la section rythmique, mais bien plus souvent du contraire. Bref, si il y a de valeureux ingés sons qui lisent ces lignes, merci de faire ce job déjà (mais du fond du cœur hein, que ferait-on sans vous !?), et par contre merci d'arrêter de nous ruiner les oreilles avec des basses si lourdes qu'elles font trembler la cage thoracique et qu'on en vient à se demander quel morceau peut bien être en train de jouer le groupe, la présente setlist en témoigne (et pourtant on connait relativement bien les compos, certaines sur le bout des doigts !).
Bref, avec des boules quiès, ça passait et on reconnaissait à peu près ce qui se jouait, mais sans, ça devait juste être insoutenable. Car Cancer Bats joue très fort, et surtout, car c'est inhérent à son style de bûcheron, LOURD. Très lourd.  Mais au-delà de ce problème de son, le show aura été grand. Un Liam Cormier au taquet et qu'on entendait très bien pour le coup, une section rythmique au diapason et bien mise en avant donc, et un gratteux un peu en retrait mais qui a assuré comme il fallait, semble-t-il. Heureusement que les riffs de Cancer Bats sont majoritairement simples et qu'on entendait un peu quand même. Quelques morceaux de bravoure absolument géniaux (des futurs piliers de ce genre crossover encore assez méconnu), avec notamment un "Sleep This Away" totalement écrasant qui dévasta le pit et la nuque du rédacteur de ces quelques lignes, un "R.A.T.S" aussi tubesque que sur album avec son refrain à l'énorme feeling Down / Pantera, un "Road Sick" d'anthologie ou encore un "Hail Destroyer" bien virulent sur la fin pour envoyer tout le monde ad patres. Pour le reste, il fut parfois impossible de reconnaître les morceaux. Pour ce qui est de kiffer, de sauter et de headbanguer comme un malade par contre, aucun souci. L'avantage d'un groupe comme Cancer Bats dans des conditions live un peu difficiles (par rapport à un All Shall Perish, par exemple), c'est que même avec un son de merde, les bases sont bien trop directes et accrocheuses pour ne pas se laisser emporter malgré tout. Après ça pourrait AUSSI être sympa de les voir dans des conditions correctes, mais bref, excellent concert tout de même !


Quel pied de voir ce genre de groupe, taillé pour le live, vivant pour la scène, sincères, et ça se sent. Un groupe entier, attachant, surpuissant (un poil trop même) et qui aura livré un set de qualité, seulement entaché par un son vraiment limite. Mais qui a déjà foutu les pieds à un festoche et a pu se vanter d'assister uniquement à des concerts au son cristallin ? Personne, et c'est bien normal, faut aller aux Folles Journées pour ça messieurs dames ! Cancer Bats était venu pour envoyer du gros bois de chauffe, et ce fut le cas. Merci, et All Hail Canada.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5