CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 08 juillet 2012




SETLIST

Ov Fire and the Void
Demigod
Moonspell Rites
Christians to the Lions
Alas, Lord Is Upon Me
Conquer All
At the Left Hand ov God
Slaves Shall Serve
Chant for Eschaton 2000

Rappels:
23 (The Youth Manifesto)
Lucifer

AFFILIÉ

Behemoth
Lille - Aéronef
(14 décembre 2014)
Hellfest (Clisson)
(22 juin 2014)
Clisson - Hellfest
(24 juin 2007)
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2010)
Strasbourg - La Laiterie
(30 octobre 2016)
Hellfest (Clisson)
(16 juin 2017)

16 juin 2012 - Hellfest


Behemoth_Hellfest_20120616

Espérer revoir Behemoth en live n'était pas vraiment à l'ordre du jour il y a seulement un an et demi de cela. Pourtant Nergal (atteint alors d'une leucémie pour ceux qui n'avaient pas suivi) a décidé que la Faucheuse pouvait encore se reposer, et depuis le début de l'année, les choses sérieuses ont définitivement repris leur cours. Programmé en tête d'affiche de la scène Le Temple, Nergal se félicitait en interview de ce créneau de nuit permettant au groupe de pouvoir mieux s'exprimer.

Visiblement les festivaliers étaient plus qu'enthousiastes à l'idée de retrouver les Polonais puisque même une demi-heure avant le début du show et alors qu'Entombed n'a pas encore terminé à côté, la scène est déjà pleine à craquer ! Jamais la scène Le Temple n'a eu une foule aussi compacte puisque les retardataires se retrouvent même dans l'incapacité de bousculer qui que ce soit. On peut donc rapidement oublier tout genre de pogos, on ne peut plus bouger ! Comme promis, le combo de Gdansk a mis les bouchées doubles sur les moyens techniques et visuels pour mettre en place son ambiance maléfique. Par exemple, chaque porte-micro est orné de son traditionnel heptagramme accompagné de deux cobras entrelacés en référence à l'étoile de Babylone vis-à-vis du thème développé sur le dernier album en date Evangelion. Des jets de fumigènes verticaux sont positionnés de même que des lances-flammes sur le devant la scène, et seront utilisés à de nombreuses reprises. Une surprise attend également le public pour le final "Lucifer", puisque ce seront des confettis noirs qui seront pulvérisés vers le sommet de la tente. Mais bien plus encore, ce sont de nombreux décors occultes qui se succédent pendant le set pour la plus grande joie du public qui assiste à la cérémonie.
S'il faut insister tant sur le caractère visuel du show, c'est pour deux raisons. La première c'est que le groupe remporte haut la main le prix de la mise en scène ce Hellfest 2012 (juste devant King Diamond pour votre serviteur), la seconde, c'est que niveau musique, c'est la grosse déception. Ou plus précisément niveau son. Tous les gens à la sortie de la tente seront unanimes, « On est sourd ! ». Behemoth a effectivement  joué à un volume totalement déraisonnable ce soir. Quand on souhaite ne pas endommager ses oreilles, on met des protections. Mais comme bien souvent dans ce cas, on perd le mix et en particulier les attaques des guitares. On se retrouve donc avec un concert de batterie (fort bien exécuté au demeurant) et avec un bruit de guitares par-dessus. Pas très plaisant… On parviendra toutefois à reconnaître les morceaux, mais sans réel plaisir d'écoute, surtout quand on a subi une journée de shows en amont. La setlist est quant à elle très classique avec un album Demigod très bien représenté : l'éponyme, "Conquer All", "Slaves Shall Serve". Le temps fut bien long à la fin et les tympans peuvent après une heure de décibels se reposer…


En demi-teinte. Rien que pour le spectacle visuel, il fallait être là, mais rien que pour maintenir ses oreilles en vie, on aurait aimé ne pas être là. Le groupe affichait néanmoins un plaisir non caché de refouler les planches et on ne peut que se réjouir de voir Nergal remonter la pente et reprendre du poids malgré sa maigreur et une voix pas forcément convaincante. Affaire à suivre.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2