CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 03 juillet 2012




SETLIST

Bloodbath
Bleeding Holocaust
Reborn in Violence
Face of God
Chaos  (the Curse is Burning Inside)
Moshing Crew

AFFILIÉ

Suicidal Angels
Thrashfest (Elysée Montmartre)
(13 décembre 2010)

16 juin 2012 - Hellfest


Suicidal_Angels_Hellfest_20120616

Clisson, camping du Hellfest samedi 16 juin à 10h30 :
« - Ho putain les mecs, vite, remballez le saucisson et le Ricard !
- Quoi, tu déconnes ? Y a quoi de si pressé ?
- Vous entendez pas ? Ils ont programmé un surprise act cette année ! Ils ont foutu Slayer en ouverture !
- Oh le con, tu nous as foutu les jetons ! T'emballes pas vieux, c'est juste Suicidal Angels...
»


Cet horaire matinal, c'est quand même un peu la vex' pour les Grecs. C'est sûr, leur thrash, pâle copie de Slayer, n'apporte rien à la marmite ; pire encore, il n'y a aucun signe d'amélioration ni le moindre embryon d'identité qui ressort au bout de 4 albums. Sauf que voilà, sur scène, ils savent comment envoyer la purée. Comme d'habitude, ils nous proposent un voyage dans le temps, direction 1985 : jean moule-bite, baskets montantes, et même la traditionnelle veste à patches pour le guitariste Panos Spanos. Avec des morceaux aussi basiques, on a du mal à imaginer qu'ils puissent un jour tourner en tête d'affiche, mais pour assurer une première partie qui dépote, on peut compter sur eux. C'est d'ailleurs ce qu'ils font en ce moment puisque comme lors de la première édition du Thrashfest, ils ouvrent pour Exodus et Death Angel, dont le bassiste portera un t-shirt à l'effigie de Suicidal Angels. Bref, au moment où ils sont en train de faire doucement leur trou, c'est un peu la lose de se retrouver plus bas qu'un groupe nanard comme Gamma Bomb. Enfin bon, ça leur apprendra à maquiller leurs comptes publics…
Mais peu importe, car les Grecs ne semblent aucunement perturbés par le fait de jouer aussi tôt. Les fans les plus mordus sont déjà là, et le leader Nick Melissorgos finira d'ailleurs par les remercier sincèrement pour s'être levés de si bonne heure. Mieux encore, ils ont l'air d'adhérer au thrash basique et sans fioritures du groupe. Il est vrai qu'on retrouve chez eux tout ce que l'on aime dans le bon vieux thrash old school : des riffs à décoller la moquette, une batterie qui fait mal, des refrains simplistes qu'on peut facilement beugler pour peu qu'on soit d'humeur. Prenez un morceau comme "Bleeding Holocaust" par exemple : sur CD, c'est très limité, mais en live, c'est redoutablement efficace. En revanche, on pourra regretter que Suicidal Angels ait tant axé son set sur leur nouvel album Bloodbath, dont sont extraits quasiment tous les titres interprétés ce matin. Les Grecs ont ainsi choisi de quitter la scène sur l'insipide "Moshing Crew", alors que "Apokathilosis", le grand absent de ce set, avait déjà largement fait ses preuves dans cette position. Mauvaise gestion du timing peut-être ?


Suicidal Angels nous a offert un set conforme à ce qu'on attendait d'eux : sans génie, mais d'une solidité à toute épreuve. Les Grecs sont parfaits pour chauffer le public et de ce point de vue, ils ont pleinement rempli leur mission ; par contre, on a vraiment du mal à croire qu'un jour, ils puissent être programmés au-delà de 14 heures, à moins d'une affiche vraiment au rabais. Mais bon, ne soyons pas trop médisants car honnêtement, pour un concert matinal, c'était plutôt bonnard.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3