CHRONIQUE PAR ...

48
Guiomzappa
le 02 juillet 2012




SETLIST

Pito Wilson
El Desmadre
Marcha de Odio
Colas de Rata
Cruza la Frontera
No Aceptan Imitaciones
Vayan Sin Miedo
Brujerizmo
La Migra
Anti-Castro
Hechando Chingazos
Angel de la Frontera
Division del Norte
La Ley del Plomo
Consejos Narcos
Matando Güeros
Macarena / Marijuana

AFFILIÉ

15 juin 2012 - Hellfest


Brujeria_Hellfest_20120615

Doit-on encore présenter Brujeria, ce groupe de terroristes mexicains au line-up mystérieux, dont la légende veut que des membres de Fear Factory, Napalm Death, Carcass ou encore Faith No More en soient à l'origine ? Proposant une sorte de grindcore aux textes du 3ème degré faisant l'apologie du satanisme, du terrorisme communiste et de substances stupéfiantes diverses, il en résulte un maëlstrom de hargne et d'humour.

Ils attaquent le concert avec un de leurs classiques, "Pito Wilson" (gouverneur de Californie dans les 90's), qui débute par un de ses discours dont la mise en scène suggère un attentat perpétré par nos chers chevelus à grand renfort de coups de mitraillette. Le ton est donné, les hostilités commencent avec leurs riffs assassins au son un peu crade en début de set, mais bon, c'est du grind, il faut savoir ce qu'on veut. Ils ne nous lâcheront pas une seconde du show, avec des gros riffs nerveux parfois groovy, une basse grondante, un batteur acharné comme s'il devait absolument achever de nous écraser la tronche à coups de (fusil à) pompe. Le duo de brailleurs masqués n'est apparemment pas venu là pour nous laisser reprendre notre souffle. Le public leur rendra bien en moshant quasi tout le long du concert. Ils voulaient que ça transpire et que ça saigne, ils ont fourni le sang, nous la sueur.
Les titres s'enchaînent à un rythme endiablé et la plupart des refrains sont scandés par l'assistance pour un résultat assez fun et enjoué, original pour du grindcore. Pour ceux que ça amuse, comme moi, de trouver qui se cache derrière chaque bandana, on remarquera facilement qui se charge de la guitare : avec sa silhouette de gentil bonhomme et sa touffe de cheveux improbable, on reconnaîtra aisément Shane Embury de Napalm Death. Celui-ci, comme les autres (le line-up actuel comprendrait notamment Jeff Walker de Carcass et Adrian Erlandsson, ex- At The Gates et Cradle of Filth), a de la bouteille niveau concert et ça se ressent : on voit bien qu'ils s'éclatent, qu'il n'y a pas de problème de mise en place et que l'énergie dépensée, elle l'est pour le public.


Au final, Brujeria a rempli sa mission : tout faire péter et lester chaque festivalier d'un bon litre de bière (euh de transpiration). Le seul moment de répit sera la reprise metal de la "Macarena", histoire de finir leur set avec bonne humeur et sourires des deux côtés.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5