CHRONIQUE PAR ...

29
Sebrouxx
le 23 juin 2012




SETLIST

Crazy Horse
Funeral Bell
Overlord
Parade of the Dead
Fire it Up
Zakk Wylde Guitar Solo
Godspeed Hellbound
Concrete


AFFILIÉ

Black Label Society
Luxembourg - Den Atelier
(30 mai 2005)
Paris - La Cigale
(25 février 2011)
Hellfest (Clisson)
(18 juin 2011)

17 juin 2012 - Hellfest


Black_Label_Society_Hellfest_20120617

« Depuis que je suis loin de toi, tu es comme loin de moi. C’est ça être là-bas. » Et c’est cela être programmé au Hellfest en 2012, mais chacun son tour et à ses journées plus ou distinctes. Ô oui, Axl aimait Slash, mais aucun des deux ne se parle depuis quinze longues années. Slash, lui, aime profondément Ozzy et le chanteur Myles Kennedy. Ozzy aime toujours Zakk, son fils spirituel des 90’s volant depuis tant d’années de ses propres ailes labellisés BLS. Amours, désamours, trahisons, réconciliations devant un mur d’amplis Marshall : ou comment transformer Clisson en petit un Santa Barbara en soixante-douze heures. Vous saurez tout sur ce Big 4 en Pays-de-Loire !

Episode 2. Black Label Society, dimanche 16 juin – Mainstage 01 – 15:05 / 15:50

Pas le moindre problème de retard avec Zakk Wylde et ses compères. Jamais. Juste un souci de droits à l'image, pas méchant en soi, mais qui va obliger bon nombre de photographes à ranger leur matériel pour de nébuleuses questions juridiques. Bref : cachez ce reflex que je ne saurai voir et God bless America. Et Dieu sait que tu es photogénique, mon Zakkounnet : nous t’avons tiré le portrait sous tous les angles à l’occasion de ta dernière venue en terre Hellfest lors de l’édition 2011. Focus, donc, sur le son, seulement le son et sans rancune. Faute avouée est souvent à moitié pardonnée… Une restriction qui tend à prouver l’intérêt croissant porté au Black Label au cours des trois dernières années. Leur merchandising lié au groupe pullule à travers le Hellfest, entre tee-shirts vintage, casquette, cut de motard en cuir ou veste en jean’s patchée. Bientôt une collection chez H&M ou Uniqlo. Vois cela avec Sharon Osbourne : elle doit encore avec quelques contacts dans le milieu de la mode.
Pour l’instant, Zakk va se chauffer tranquille avec SA formation. Car il rejoue ce soir, mais cette fois avec son père de cœur, Ozzy, comme au bon vieux temps. Et pour l’instant il fait encore beau, alors autant éviter les coups de soleil et rester quasiment tout le set en milieu de scène, un peu surélevé et protégé de toute luminosité néfaste. Le reste du dispositif comprend, sur son aile droite, John DeServio à la basse, et côté gauche son fidèle guitariste Nick Catanese, toujours aussi souriant (et énergique comme une pinte de Red Bull au réveil). Le plan de jeu est simple, efficace. Un milieu récupérateur et deux ailiers qui brouillent les cartes en changeant régulièrement de côté. Comme l'année dernière. D’ailleurs la setlist est simple, efficace. Comme celle de l'année dernière… puisqu’il s’agit de la même, amputée de deux titres ("Bleed for Me" et l’excellent "Suicide Messiah."). Ce n’est pas aux vieux singes qu’on apprend à faire (et surtout à renouveler) la grimace. Et force est d’admettre que le public est loin de la faire, la soupe à la grimace. Comme ce sont dans les meilleurs pots que l’on réalise les meilleures soupes, reprenons l’Eternel report de 2011. Avec, dans le texte, ma chère collaboratrice Painy que j’embrasse au passage.
La foule est dense devant la Mainstage 1, décorée tout en finesse à la BLS : mur d’amplis Marshall et crânes servant de supports aux micros. Zakk Wylde fait son apparition sur scène coiffé d’une parure de chef indien, sous les acclamations du public. Point de discours et de blabla : le gaillard balance la sauce direct (NDLA: vraiment un excellent opener que ce “Crazy Horse“, indubitablement). Ça tombe bien, on est tous là pour du gros son et de la déferlante d’harmoniques artificielles. Sans surprise, le dernier album Order of The Black (NDLA : et il n’y en à pas eu d’autre depuis d’ailleurs, abstraction faite d'un CD acoustique) est mis à l’honneur puisqu’il occupe un bon tiers du set. Le titre “Godspeed Hellbound” le fait particulièrement bien en live. Pour le reste, le choix s’est volontairement porté sur des titres bien metal et bien “burnés”. Exit donc les ballades, même la traditionnelle “In This River” en hommage à Dimebag a dégagé. Décidément, Zakk fait encore moins dans la dentelle que d’habitude (NDLA : pas vu de dentelle BLS à l’Extreme Market. Sharon ?)
D’ailleurs si l’on peut regretter qu’il ne soit pas aussi communicatif avec le public que son pote Anselmo, on doit reconnaître qu’il assume son rôle de frontman et assure le show, lui et sa guitare. Ses guitares même plutôt puisque nous assistons à un vrai défilé. Certaines stars changent de costume entre les titres, Zakk Wylde lui change de Gibson et l’assortit au morceau (NDLA: un peu moins cette année quand même). Il nous en sort même une en forme de cercueil ! Son amour fusionnel avec son instrument va quand même un peu loin et ce solo masturbatoire et interminable (NDLA : 4’47 en 2012), limite discordant, en milieu de set en refroidira plus d’un. Les guitar heros en herbe ou fans hardcore de shred ont peut-être été les seuls à suivre le sieur Wylde dans ce délire assez hermétique. Heureusement les quatre (NDLA: juste deux, cette fois) derniers titres qui suivent rallumeront vite les braises d’un public qui n’a pas eu le temps de s’éteindre complètement.


Merci, Miss Painy. Et comme le disait l’illustre penseur Snake Plissken, je cite, « Plus les choses avancent, plus elles restent les mêmes. » Sauf un changement de batteur, le dénommé Chad Szeliga remplaçant Mike Froedge depuis septembre dernier. Allez Zakk, sans rancune : tu nous a régalé. A ce soir pour accompagner Ozzy, et à l’année prochaine avec un peu de chance (voire avec un nouvel album). Et avec un salutaire et souhaité vent de changement. Car en France, mon Cher, le changement, c’est maintenant, paraît-il. Prochain épisode de notre saga avec Slash, lui, déjà venu au Hellfest en 2010. Aura-t-il l’audace de modifier la setlist de sa précédente visite ?


La suite en dessous avec Slash & Myles Kennedy:
http://www.leseternels.net/live_report.aspx?id=667

Crédit Photo: SnRx pour le Hellfest 2011


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2