CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 08 juin 2012




SETLIST

Sacred Worlds
Welcome To Dying
Nightfall
Turn The Page
A Voice In The Dark
Lost in The Twilight Hall
Valhalla
Lord Of The Rings
Bright Eyes
Somewhere Far Beyond
Into The Storm
The Bard's Song – In The Forest
Wheel Of Time
Mirror Mirror

AFFILIÉ

Blind Guardian
Wacken
(03 août 2007)
Paris - Bataclan
(14 avril 2015)
Paris - Elysée Montmartre
(01 octobre 2006)
Clisson - Hellfest
(24 juin 2007)

08 avril 2012 - PPM Fest


Blind_Guardian_PPM_Fest_20120408

Blind Guardian en live, c'est toujours un événement. C'est d'ailleurs pour ne pas manquer ce genre d'événement qu'on est prêt à parcourir plusieurs centaines de kilomètres. C'est aussi ce genre d'événement qui vous rentabilise votre billet de 3 jours en une heure et demie.

Blind Guardian est-il le meilleur groupe live de tous les temps, tous genres confondus ? A la sortie de ce show à Mons de clôture de festival, tout donne à penser que oui. Démonstration en trois actes. Tout d'abord, votre serviteur avait encore en travers de la gorge le dernier concert parisien de la tournée At The Edge Of Time, dernier album en date des Teutons. La faute à un son médiocre qui laissait la double pédale manger tout l'espace sonore. Heureusement ce soir, le groupe bénéficiera d'un son excellent. Et ce point seul marque une différence de taille, car parvenir à percevoir distinctement toute la finesse et la qualité de composition de Blind Guardian, c'est déjà la banane assurée pour tout le concert.
Ensuite, il a été maintes fois dit et répété que Blind Guardian avait l'avantage de comporter en son sein un membre supplémentaire pour chacune de ses prestations : le public. Public belge ce soir déchaîné, qui rien que sur "Valhalla" a tenu tête au groupe, ébahi,  un refrain a capella pendant plus de cinq minutes. D'abord surpris et amusé, le groupe a vite affiché sa gêne de ne plus pouvoir arrêter le public chantant à gorge déployée.  Hansi a même dû s'y reprendre à plusieurs fois pour faire taire les derniers dissidents qui essayaient encore de fredonner. Ce qui nous amène au dernier point de la démo, la setlist. Le groupe a sur ce point un avantage sur tous les autres groupes du monde, c'est qu'hormis les obligés "Valhalla", "The Bard's Song" et "Mirror Mirror", il est capable de créer des milliers de setlists différentes aussi géniales les unes que les autres.
On a donc eu le droit à quelques surprises discrètement dépoussiérées des tiroirs: l'épique "Somewhere Far Beyond" ou "Turn The Page" issue de l'avant-dernier album boudé, mais pourtant parfaitement taillée pour l'exercice. "Into The Storm" désormais abandonné du poste d'opener pour le nouveau classique "Sacred Worlds", ne démérite pourtant pas pour relancer les ardeurs en milieu de setlist. Imginations From The Other Side, souvent surreprésenté en live par son côté direct et frontal ne compte ici qu'un unique représentant "Bright Eyes", pas forcément plus catchy mais n'en demeurant pas moins génial. "Wheel Of Time" est finalement le seul moment de répit pour le public, qui peut reprendre son souffle et admirer cette pièce envoutante un peu hors du commun.
Un concert de Blind Guardian c'est intense mais c'est aussi court (une demi-heure de moins que les papys d'Accept tout de même!). Hansi préfère maintenir en santé sa voix : on peut ainsi le voir très concentré sur les pasages les plus ardus, grimacer quand ça tire un peu trop et beaucoup s'hydrater sur le côté de la scène. Que les rageux ragent de la durée, on ne peut que féliciter le professionnalisme du chanteur de préserver sa santé car des concerts comme ça, on a bien envie d'en revoir encore et encore. Tout le monde n'est pas Lemmy Kilmister et il est bon de savoir poser ses limites. Quand aux gratteux de service, ils sont peut-être un peu trop restés concentrés et en retrait ce soir bien que maniant leur instrument à la perfection. Hansi brille d'ailleurs toujours autant par son non-charisme et ses poses ridicules et il aurait sans doute été bon de plus le soutenir sur l'avant de la scène.


Qu'importe après tout, on aime Blind Guardian pour sa sincérité et sa bonne humeur. On réécouterait bien à l'infini tous les tubes du groupe en chantant à tue-tête avec les autres festivaliers, mais les bonnes choses ont une fin et il est temps de dire adieu au PPM Fest 2012. Alors adieux messieurs et chapeau bas!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7