CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 08 juin 2012




SETLIST

Only the Broken Hearts (Make You Beautiful) 
Black Sheep 
Losing My Insanity 
Broken 
The Last Amazing Grays 
I Have a Right 
Replica 
FullMoon 
Breathing 
Paid in Full 
Don't Say a Word

AFFILIÉ

Sonata Arctica
Paris - Bataclan
(23 avril 2014)
Wacken (wacken)
(01 août 2008)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2008)

07 avril 2012 - PPM Fest


Sonata_Arctica_PPM_Fest_20120407

Tristesse qu'était votre serviteur de n'avoir encore jamais eu l'occasion de voir Sonata Arctica en live. Les Finlandais sont programmés ce soir en sous-tête d'affiche, en dessous d'Accept, et jouissent donc d'une bonne heure de jeu. Alors que leur prochain album, intitulé Stones Grow Her Name, est annoncé pour le 18 mai, le suspense restait total quant à la setlist du soir.

Et s'il y avait une déception à pointer de ce show du quintet, ce serait assurément de ce côté. Après tout, plusieurs visions peuvent se défendre, mais de là à jouer jusqu'à trois titres encore totalement inconnus du public, n'est-ce pas un poil beaucoup Tony ? Surtout quand on y ajoute deux titres du dernier The Days Of Grays, pas vraiment taillés pour le live… Si on peut approuver ou pas la direction artistique choisie par Sonata Arctica de quitter le speed vers des morceaux plus mid-tempos ou des ballades, dans une optique de plus mainstream et plus symphonique, reste que le live demeure une discipline à part entière.

Si un groupe comme Blind Guardian semble avoir plutôt bien assimilé le concept, Sonata Arctica se plante en voulant faire des compromis dans sa discographie. Le nouveau "I Have a Right" a un refrain facilement mémorisable comme "The Last Amazing Grays", mais ces morceaux n'ont pas la force de la doublette "Replica"/"Fullmoon", certes pas très originale mais qui fait toujours du bien par où elle passe. "We played these ones a fucking thousand times" ironise Tony. Mais il faut savoir faire des choix dans la vie mon coco. La fin du concert est plus traditionnelle (et convaincante) avec un "Don't Say a Word" suivi d'un petit "Vodka (hava Nagila)" toujours apprécié. La présence de "Breathing" était quant à elle bien dispensable.

Avis mitigé, qui tire vers le bon côté tout de même. Mini-déception du fait de la setlist, mais force est de constater que les bonhommes transpirent une joie de vivre dans leurs morceaux plus que communicative. On a donc du mal à bouder son plaisir, même si on sait au fond de nous que l'on s'est fait à moitié arnaquer. C'est bien là la force des Finlandais!



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7