CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 03 mars 2012




SETLIST

GHOST BRIGADE:
Lost In A Loop 
Traces of Liberty 
Breakwater 
Deliberately 
My Heart Is A Tomb 
22:22 - Nihil 
Clawmaster 
Soulcarvers 

ENSLAVED:
Axioma 
Ethica Odini 
Raidho 
Fusion of Sense and Earth 
Ground 
Giants 
Ruun 
Return to Yggdrasil 
As Fire Swept Clean the Earth 
Allfaðr Oðinn
 
Rappels:

Drum Solo 
Immigrant Song (Led Zeppelin)
Isa

AFFILIÉ

Enslaved
Clisson - Hellfest
(02 juin 2007)
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2014)
Wacken
(03 août 2007)
Bergen - USF Verftet
(20 décembre 2008)
Wacken Open Air (wacken)
(01 août 2009)
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2009)
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2016)
Paris - Le Divan Du Monde
(04 novembre 2016)

Ghost Brigade
Hellfest (Clisson)
(22 juin 2008)
Hellfest (Clisson)
(18 juin 2010)

02 mars 2012 - Lyon - CCO


Enslaved_-_Ghost_Brigade_Lyon_-_CCO_20120302

Enslaved et Ghost Brigade, voilà une affiche plutôt sympathique et originale, puisque d'une part les deux groupes scandinaves n'évoluent pas vraiment dans le même univers, et d'autre part que pas moins de 15 années d'expérience séparent les deux formations. Attention tout de même, car malgré leur modeste discographie, les Finlandais n'ont toutefois pas à rougir à côté des vétérans vikings au vu de la qualité de leurs dernières réalisations.

Mais avant tout, place aux bien-chanceux Lyonnais Lodz qui se sont vu le privilège d'ouvrir la soirée. Au bout d'un titre seulement, le constat est flagrant: diantre, voici une musique qui ne m'est pas inconnue! Une bonne dose de sludge atmo à la Neurosis, Isis, Cult Of Luna, un peu de mélancolie doomesque à la Pardise Lost ou Swallow The Sun et quelques touches de prog', pour un tout qui fait assez penser à The Ocean, ou mieux encore… à Ghost Brigade! Oui, Lodz fait du Ghost Brigade, en reprenant tous les tics possibles: poses, tenues vestimentaires (le bonnet est de rigueur!), etc… Sauf que la copie montre tout de suite ses limites: on s'ennuie. Oui, les riffs sont cools, le jeu est très carré et les quelques samples sont sympas, mais tout est bien trop prévisible, tant les transitions accalmies/riffs bourrins que celles de chant clair/growl. Et surtout, le groupe semble incapable de proposer la moindre variation musicale, renforçant l'impression d'entendre n-fois le même morceau. Ainsi, les Lyonnais ne remportent visiblement pas l'adhésion du public qui reste très passif et se contente d'applaudir mollement.

Heureusement, le changement sera très rapide et voici arriver Ghost Brigade qui vient fouler les planches du CCO de Villeurbanne maintenant bien rempli. Et là c'est la claque! L'enchaînement ascensionnel en terme de headbanging sludgy "Lost In A Loop"/ "Traces of Liberty"/"Breakwater" réveille les esprits et le set précédent est déjà totalement oublié. On savait Ghost Brigade très bon sur album, mais voilà la confirmation que le groupe brille à merveille en live, avec en prime une présence indéniable et une énergie débordante. Ca bouge et ça headbangue sur scène, le chanteur Manne Ikonen passe au poil ses lignes vocales tant en  chant clair qu'en growl. La setlist a été très bien pensée en variant avec des morceaux plus mélancoliques comme "My Heart Is A Tomb" suivi de l'instrumental "22:22 – Nihil" avant d'achever par l'efficace "Clawmaster" et l'envoutante "Soulcarvers". On notera une sortie de scène originale où chaque membre quitte la scène tour à tour en laissant son instrument sur scène pendant que le reste du groupe continu de jouer. C'est carton plein pour les Finlandais qui ont défendu haut la main leur nouvel album et ont certainement convaincu du monde dans le public.

Public qui toutefois (ne nous leurrons pas) était venu pour Enslaved. Les Norvégiens font du rab après avoir déjà tourné en France automne dernier pour leur Circling Above and Within Tour faisant entre autre la promotion de leur dernier album Axioma Ethica Odini. Le fond de la scène se dégage pour laisser place à la batterie imposante et aux claviers montés sur une estrade. Grosse impression à l'arrivée des membres sur scène, accueillis par une marée de cornes sur fond de la synthétique "Axioma", tant un charisme surhumain se dégage des trois compères vikings Grutle Kjellson, Ivar Bjørnson et Cato Bekkevold (les deux autres membres passent pour de vils gringalets à côté!). Malheureusement, c'est départ en demi-teinte car le mix est vraiment mauvais (les guitares sont complètement noyés dans un fond sonore tandis que les cymbales sont bien trop en avant). Le souci technique, surement dû à des balances faites à l'arrache, se corrigera au fur et à mesure mais lentement. Du coup, la transition avec le sans faute de Ghost Brigade est rude, surtout qu'il faut se faire au total changement de style. "Ethica Odini" et "Raidho" passent difficilement alors qu'il faut se réacclimater au black metal progressif des Norvégiens.

Un constat s'opère qui demeurera tout au long du concert: les parties progressives ou planantes ont du mal à rendre aussi bien que sur album et ce qui fait incontestablement le charme du groupe se retrouve être une faiblesse pour le live. Le chant clair est approximatif et le groupe ne bénéficie d'aucune aide matérielle (pas de vidéos projetées, lumières de la salle très rudimentaires). Toutefois, les vikings parviennent à rendre le concert plus qu'intéressant par leur expérience avec un charisme et un jeu de scène impressionnants, une bonne humeur évidente et une dose de déconne assez incroyable. Grutle Kjellson abusent des grimaces "à la Immortal", glissent quelques petites blagues entre les morceaux et s'amuse à jouer le barman pour le premier rang tout en remerciant la France de son Cognac! Les morceaux black sans fioritures sont donc les plus efficaces tels "Fusion of Sense and Earth" ou le sommet "Allfaðr Oðinn". Les morceaux plus lents rendent assez bien également ("Ground" et "Giants"), tandis qu'on reste un poil sur sa faim des morceaux plus complexes comme "As Fire Swept Clean the Earth".

Petite déception donc qu'Enslaved n'aient pas brillé autant qu'on l'aurait aimé. Il faut toutefois relativiser, les Norvégiens ont livré une bonne prestation mais l'excellence de leurs albums studio fait qu'on aurait aimé plus encore. On peut également remarquer la difficulté de jouer sur tous les tableaux, lorsqu'on possède une discographie si variée. Les Finlandais de Ghost Brigade réalisent quand à eux une bonne opération, en ayant rendu la soirée plus éclectique et d'autant plus intéressante.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1