CHRONIQUE PAR ...

92
Carsten
le 19 juillet 2011




SETLIST

Caught In A Mosh
Got The Time
Madhouse
Antisocial
Indians
Fight'em Till You Can't
Only
Refuse / Resist (début)
I Am The Law

AFFILIÉ

Anthrax
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2009)

09 juillet 2011 - Sonisphere France


Anthrax_Sonisphere_France_20110709

Anthrax avec John Bush : check (concert bref mais intense au Trabendo en 2004, puis un autre du même calibre au Bang Your Head deux semaines plus tard). Anthrax avec Dan Nelson : check (date collector au Hellfest 2009). Finalement, il ne manquait plus à mon tableau de chasse que Anthrax avec Joey Belladonna. C'est désormais chose faite avec cette date au Sonisphere, même si elle ne fait que logiquement confirmer le déclin des New Yorkais (premiers à passer, en plein milieu d'après-midi, avec seulement 50 minutes au programme).

A la base du merdier dans lequel Anthrax s'est fourré il y a déjà 7 ans sans jamais véritablement en sortir (incroyable quand même…), la réunion du line-up d'Among The Living signifiant de facto l'éviction de John Bush. Depuis, avec le retour de Belladonna au micro, c'est machine arrière toute chez les rois du mosh. Contrairement à Dan Nelson, qui s'était frotté à l'ensemble de la carrière du groupe, Belladonna revisite uniquement sa propre période, qui concentre toutefois la plupart des classiques d'Anthrax. Cela peut se comprendre pour un set raccourci en festival, mais lorsque le groupe se produit en tête d'affiche pour un concert complet, c'est le même topo. On ne compte que deux exceptions à cette règle. D'abord, le nouveau titre (façon de parler, puisque les New Yorkais le jouent depuis déjà trois ans…) "Fight'Em Till You Can't", exception qui n'en est pas vraiment une tant ce titre nous ramène à l'époque de Persistence Of Time. Sans déconner, il n'y a que le groupe qui ne s'est pas aperçu que le riff principal est le même que celui de "Gridlock" ? Ensuite, il y a "Only", véritable hit et seul rescapé de la période Bush. Et là quand on voit que Belladonna s'en tire très convenablement, on se dit que c'est vraiment dommage de faire l'impasse sur quatre albums complets, soit presque la moitié de la discographie du groupe. Ceci dit, avec ses problèmes récurrents de puissance, l'ancien / nouveau chanteur galèrerait très probablement sur les titres de Stomp 442 ou We've Come For You All.

Après un premier intérim jugé peu convaincant par la plupart des fans en 2005/06, Belladonna a repris des couleurs. Aujourd'hui, il assure parfaitement sur le plan vocal, et difficile de bouder son plaisir à l'écoute des plus grands classiques interprétés par celui qui restera comme le chanteur historique d'Anthrax, celui de la grande époque. On regrettera simplement que le public, qui n'est pas vraiment celui du groupe, se soit montré si insensible au côté fou-fou de "Caught In A Mosh" ou à l'imparable refrain de "Madhouse". Evidemment, l'ambiance est énorme sur "Antisocial", mais cela reste un cas particulier. Si l'on s'en tient au strict répertoire des New Yorkais, il aura fallu attendre "Indians" pour avoir un peu d'activité dans la fosse, "I Am the Law" se défendant pas mal non plus. Pourtant, le groupe ne ménage pas sa peine, à l'image de Belladonna qui multiplie les aller-retours ou de Frank Bello, toujours aussi timbré sur scène Le malicieux Rob Caggiano se fait un peu plus discret, mais quelle agilité guitare en main ! Et Andreas Kisser alors ? Le remplaçant de luxe du jeune papa Scott Ian s'éclate à mort. On sent qu'il prend un max de plaisir à exécuter les rythmiques (Caggiano prenant en charge tous les solos), et le reste du groupe multiplie les gestes de sympathie à son égard, notamment Belladonna. Témoignage de reconnaissance ultime, Anthrax le laisse placer un speech avant de jouer le début de l'hymne "Refuse / Resist", jusqu'à la fin du premier couplet chanté par Kisser himself.


Même si c'est en grande partie de sa faute, Anthrax est un groupe aujourd'hui un peu trop sous-estimé. Dans cette tournée consacrée au Big 4, les New Yorkais sont presque considérés comme des membres au rabais, un boulet à traîner juste histoire d'avoir la légende au grand complet. Ils nous ont pourtant montré cet après-midi qu'ils avaient encore de beaux restes et qu'ils étaient tout à fait capables de nous livrer un show solide et jouissif, à défaut d'être très aventureux. Avec un album enfin sur le point de voir le jour (date de sortie prévue le 12 septembre), espérons qu'Anthrax soit enfin reparti sur de bons rails. Ils ont perdu assez de temps comme ça…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7