CHRONIQUE PAR ...

57
Painlesslady
le 06 juillet 2011




SETLIST

Crazy Horse
Funeral Bell
Bleed for Me
Overlord
Parade of the Dead
Fire it Up
Guitar Solo
Godspeed Hell Bound
Suicide Messiah
Concrete Jungle
Stillborn

AFFILIÉ

Black Label Society
Luxembourg - Den Atelier
(30 mai 2005)
Paris - La Cigale
(25 février 2011)
Hellfest (Clisson)
(17 juin 2012)

18 juin 2011 - Hellfest


Black_Label_Society_Hellfest_20110618

Un dernier album (chronique ici) plus que bien accueilli par la critique et le public et un concert réussi à la Cigale en février dernier (live report ici), on peut dire que Zakk Wylde et son Black Label Society arrivent en terrain conquis même s’ils foulent les terres clissonnaises pour la première fois.

La foule est dense devant la Mainstage 1, décorée tout en finesse à la BLS : mur d’amplis Marshall et crânes servant de supports aux micros.  Zakk Wylde fait son apparition sur scène coiffé d’une parure de chef indien, sous les acclamations du public. Point de discours et de blabla : le gaillard balance la sauce direct. Ca tombe bien, on est tous là pour du gros son et de la déferlante d’harmoniques artificielles. Sans surprise, le dernier album Order of The Black est mis à l’honneur puisqu’il occupe un bon tiers du set. Le titre “Godspeed Hellbound” le fait particulièrement bien en live. Pour le reste, le choix s’est volontairement porté sur des titres bien metal et bien “burnés”. Exit donc les ballades, meme la traditionnelle “In This River” en hommage à Dimebag a dégagé. Décidément, Zakk fait encore moins dans la dentelle que d’habitude.

D’ailleurs si l’on peut regretter qu’il ne soit pas aussi communicatif avec le public que son pote Anselmo, on doit reconnaître qu’il assume son role de frontman et assure le show, lui et sa guitare. Ses guitares même plutôt puisque nous assistons à un vrai défilé. Certaines stars changent de costume entre les titres, Zakk Wylde lui change de Gibson et l’assortit au morceau. Il nous en sort meme une en forme de cercueil ! Son amour fusionnel avec son instrument va quand même un peu loin et ce solo masturbatoire et interminable, limite discordant, en milieu de set en refroidira plus d’un. Les guitar heros en herbe ou fans hardcore de shred ont peut-être été les seuls à suivre le sieur Wylde dans ce délire assez hermétique. Heureusement les 4 derniers titres qui suivent rallumeront vite les braises d’un public qui n’a pas eu le temps de s’éteindre complètement.


En une heure, le groupe nous a fait une démonstration d’une grande efficacité :  son parfait, musiciens très pros, set carré, exécution impeccable. Et pourtant, tout ça manque un peu de passion et de feeling avec le public. Cela se ressent d’autant plus en festival. Allez Zakk, la prochaine fois, refais-nous un truc de fou comme à l’Elysée Montmartre en 2006 ! Ou reste au moins jusqu'à dimanche pour interpréter ne serait-ce qu'un titre avec Ozzy : tu te souviens "No More Tears", tout ça...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3