CHRONIQUE PAR ...

57
Painlesslady
le 04 juillet 2011




SETLIST

The Mob Goes Wild
Profits of Doom
50,000 Unstoppable Watts
Mice and Gods
Gravel Road
Struck Down
Freakonomics
Cypress Grove
Electric Worry

AFFILIÉ

Clutch
Paris - Nouveau Casino
(20 juin 2014)
Paris - Trianon
(13 décembre 2016)
Hellfest (Clisson)
(18 juin 2017)

17 juin 2011 - Hellfest


Clutch_Hellfest_20110617

Un peu en décalage par rapport à la programmation du festival et en même temps dans la continuité de cette journée stoner, Clutch faisait partie des groupes reconnus à ne pas rater. Les appréciant beaucoup sur album, c’est enfin l’occasion de découvrir s’ils sont à la hauteur de leur réputation sur scène. Direction la Terrorizer Tent déjà pleine à craquer.

Et ça démarre sur les chapeaux de roue ! Clutch allume le feu dans le public dès les premières notes de l’excellent "The Mob Goes Wild." Titre prémonitoire puisque la foule sera électrisée pendant les 50 minutes de set survolté qui suivent. Il faut dire ce stoner rock bluesy donne envie de danser et headbanguer à la fois. Quelle énergie ! C’est le festival du riff qui claque et qui swingue. On se demande à quoi ils carburent ces gars.

Mais celui qui m’a le plus scotchée, c’est Neil Fallon. Quel frontman, quelle voix ! Tout le monde semble captivé à juste titre par son charisme naturel. Et pourtant, c’est à peine s’il s’adresse au public. Au lieu de ça, il se donne à fond et met toutes ses tripes et sa puissance dans son chant, bien plus mis en avant qu’en studio.

Impossible évidemment de balayer leur discographie bien fournie en moins d’une heure mais la set list fera la part belle aux titres les plus groovy, dont de vrais hits des albums Blast Tyrant et From Beale Street To Oblivion. Le show se clôture sur un "Electric Worry" d’anthologie dont les "Bang, Bang, Bang, Bang!" sont hurlés à pleins poumons par un public visiblement réjoui.


Clutch ou comment prouver qu’on pouvait être un groupe atypique et enflammer le public du Hellfest comme beaucoup de groupes metal rêveraient de le faire. Les Américains nous ont livré là un des meilleurs shows de cette journée. De quoi espérer les voir revenir très vite dans nos contrées. En attendant, je n’écouterai plus leurs albums de la même façon.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7