CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
le 03 juillet 2011




SETLIST

Concubine 
Dark Horse 
Heartache 
Hellbound 
Lonewolves 
Runaway 
Bitter and Then Some 
The High Cost of Playing God 
Reap What You Sow 
Cutter 
Worms Will Feed/Rats Will Feast 
On My Shield 
Axe to Fall 
Wishing Well 
Damages 
First Light 
Eagles Become Vultures 
The Broken Vow 
Last Light

AFFILIÉ

Converge
Hellfest (Clisson)
(22 juin 2013)

18 juin 2011 - Hellfest


Converge_Hellfest_20110618

J'avoue que j'étais totalement emballé à l'idée de voir enfin le cultissime combo de Boston en live. Mais quelques questions me trottaient tout de même dans la tête : est-ce que ça ne va pas être un peu le bordel en live ? Est-ce que le batteur arrive à refaire les trucs absolument démentiels qu'il envoie sur album ? Jacob Bannon est-il aussi complètement allumé qu'on le dit ? Bref, un concert qui suscitait beaucoup d'attentes vu le taux de remplissage proche de l'implosion de la Terrorizer Tent.

Et après 1h de show et au sortir de la Terrorizer la nuque brisée, les oreilles sifflantes et le souffle court, la réponse à toute ces questions est « Fuck yeah ! ». Converge en live, c'est la messe, la folie pure et pourtant complètement maitrisée, l'énergie à l'état brut, la violence sans borne canalisée et renvoyée au public par un petit mec au crane rasé, tatoué de partout, pois sauteur complètement dingue de 65 kilos tout mouillé mais qui dégage une puissance et un charisme rarement vus sur scène par votre serviteur. Bannon vit pour le live, et ça se voit. Entre acrobaties avec son micro, courses effrénées et hurlements damnés, le mec trouve quand même le moyen d'être cool avec le public entre les morceaux et de remercier tout le monde pour l'accueil reçu, qui fut d'ailleurs excellent. Autre constat : Kurt Ballou est un tueur, et en plus ses backing vocaux sont eux aussi d'une puissance et d'une justesse rares. Et ne parlons finalement même pas de Ben Koller, ce mec est juste un poulpe avec un toucher hallucinant et ce qu'il a montré pendant 1 heure botte à mon humble avis tous les culs de batteurs hype de la scène brutal death, Tim Yeung et ses prestations robotiques au sein de Morbid Angel ou Divine Heresy (groupe moisi, soit dit en passant) en tête. Mais passons. Converge au Hellfest fut grand, comme bien souvent en live. 

Le groupe maitrise totalement son propos, pourtant des plus chaotiques et casse gueule, et arrive à faire passer ses compos sans que ce soit jamais le bordel, ce qui est déjà une assez belle perf' en soit. Mais quand en plus les mecs de Boston proposent une setlist aussi géniale que celle de ce concert, on ne peut être que totalement conquis par le résultat final. Déjà, commencer par ''Concubine'', c'est s'assurer la complète soumission de la salle devant ce monument du hardcore chaotique. Converge a ensuite proposé un set hyper varié, avec des morceaux issus de tous leurs albums (qui sont presque tous des tueries, ce qui rend les choses plus simples), alternant furieuses saillies chaos-core hystériques et morceaux beaucoup plus lourds et ambiancés comme eux seuls savent les pondre. Une petite déception tout de même, la grosse sous-représentation de Jane Doe, qui reste pour moi (et pour pas mal de fans de Converge, je pense) leur meilleur album en date, avec un seul petit titre joué... Dommage, mais pas de quoi hurler au scandale non plus. Après presque 20 ans de carrière, les mecs sont tout de même bien en droit se faire un peu plaisir et de jouer ce qui leur chante. Le public comme le groupe étant de toute façon au taquet, tout le monde sortit heureux et épuisé du Converge show.


Un groupe à voir live obligatoirement si vous n'êtes pas totalement allergique à la musique, bien particulière il faut le reconnaître, que les cultissimes Américains proposent depuis bientôt 20 piges. Durer à ce point à un tel niveau d'intensité, ça se putain de respecte, vois-tu. Bref, Converge tue, Converge poutre, et Converge reste un des groupes les plus passionnants de la scène extrême tous styles confondus, indéniablement. Vivement la prochaine fois.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5