CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
le 03 juillet 2011




SETLIST

A Shrine To Madness
Everything Went Black
A Vulgar Picture
Moonlight Equilibrium
Malenchantments of the Necrosphere
Statutory Ape
Necropolis
What A Horrible Night To Have A Curse
Miasma
I Will Return
Funeral Thirst
Blood in the Ink

AFFILIÉ

The Black Dahlia Murder
Dunkerque - 4 Ecluses
(24 janvier 2016)

19 juin 2011 - Hellfest


The_Black_Dahlia_Murder_Hellfest_20110619

Deuxième passage au Hellfest pour les Ricains, fers de lance de la scène death moderne US (et ouais, pour votre serviteur TDBM est clairement plus à classer dans la mouvance death ''classique'' que deathcore), et qui venaient à Clisson défendre leur dernier opus en date, le très convenable Ritual. Au passage un des concerts que j'attendais le plus, étant fan du groupe depuis le monstrueux enchainement Miasma - Nocturnal et que je n'avais jamais eu l'occasion de voir live. Et autant le dire d'entrée, je n'ai pas été déçu ! 

TDBM en live, c'est un peu la tornade, le bulldozer qui écrase tout sur son passage, grâce à des compos toutes plus violentes et techniques les unes que les autres. Le groupe avait convaincu pas mal de sceptiques lors de son dernier passage et acquis une notoriété non usurpée depuis le temps. La Terrorizer, blindée comme un œuf et chaude comme une baraque à frite, témoigne parfaitement de l'attente suscitée par le retour du combo en terre clissonnaise. Et après 50 minutes de furie entre death et mélodeath (très) burné, le verdict fut sans appel : TDBM a livré une grosse, très grosse performance. Le groupe était visiblement ravi d'être là, Trevor (dont les mimiques et les gesticulations valent le détour à elles seules!) passant le concert sourire aux lèvres, presque étonné de recevoir un tel accueil, congratulant et encourageant le public déchainé entre chaque morceau. Et les morceaux, parlons-en. Quelle grosse setlist de tueurs, m'sieurs dames ! En faisant la part belle à Miasma (avec 4 morceaux), qui reste à mon sens leur chef d'œuvre, et au non moins bon Nocturnal, les Ricains ont mis tout le monde d'accord, alternant parfaitement les tubes et les morceaux issus du plus récent Deflorate, émaillant bien évidemment le tout de quelques nouvelles pistes issues de leur dernier bébé sur le point de sortir lors de leur passage au Hellfest, Ritual

Après, tout ne fut pas non plus parfait. Le son un peu brouillon voire bordélique rendait parfois compliquée l'identification des morceaux joués, ce qui n'est qu'à moitié étonnant vu le tempo hyper élevé généralement infligé par les types sur leurs compos, le côté massif, bien hystérique et très cohérent de leur discographie rendant certains passages un peu ardus à différencier les uns des autres. Pour faire simple, TBDM bourrine grave, joue vite presque constamment, et c'est parfois un peu le souk malgré des musiciens tous ultra carrés et impliqués. Mais bon, il semble au vu de la réaction du public que cela n'ait pas dérangé grand monde (votre serviteur non plus, au demeurant !) : le nuage de poussière suffocant typique des fosses déchainées était bien dans la place et y est resté pendant la quasi-totalité des assauts des Yankees !


Bref, un putain de show, un peu fou et bordélique par instants, mais plein de patate, de vraie bonne humeur communicative et de spontanéité, et c'est finalement bien là l'essentiel ! Clairement un des concerts qu'il ne fallait pas manquer cette lors de cette édition, et un groupe qui devient, année après année, une des valeurs sûres de la scène death.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2