CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
le 03 juillet 2011




SETLIST

The Grand Conjuration
Face of Melinda
The Lotus Eater
In My Time Of Need
Master's Apprentices
The Drapery Falls
Hex Omega

AFFILIÉ

Opeth
LKA - Longhorn - Stuttgart
(11 novembre 2016)
Lyon - Transbordeur
(11 décembre 2005)
Cincinnati - Bogart's
(16 février 2004)
Lille - Splendid
(06 mars 2003)
Lille - Splendid
(06 mars 2003)
Paris - Bataclan
(05 novembre 2014)
Hellfest (Clisson)
(22 juin 2014)
Summer Breeze 2009 (Dinkelsbühl)
(15 août 2009)

19 juin 2011 - Hellfest


Opeth_Hellfest_20110619

Ne pas encore avoir vu Opeth en live restait, pour votre serviteur, un de ses plus gros échecs de metalhead. C'est désormais chose faite et putain, ça fait du bien. Alors de toute évidence, un concert de ''seulement'' une heure en toute fin de de festoche (les Suédois jouaient à 1h du mat' le dimanche, autant dire quand personne n'en pouvait plus !) n'était absolument pas le cadre idéal pour voir jouer le grand Mike Akerfeldt et ses potes, mais on s'en contentera pour une première, qui clairement en appellera d'autres, mais c'est une autre histoire. 

Opeth au Hellfest donc. Un show que je qualifierais de tout à fait honnête, parfaitement exécuté (mais quand on connait le niveau technique abusif de ce groupe, il eut été honteux qu'il en soit autrement) mais souffrant, encore une fois, d'un son assez moyen. Les basses ont eu une fois de plus tendance à manger un peu tout le reste, même si ce fut pour le coup beaucoup moins catastrophique que lors des prestations de Dagoba ou d'In Flames (damn you mainstage 02 !). Après, il y avait tout de même cette légère impression que le groupe était un peu saoulé de jouer aussi tard, son style progressif, complexe et racé ne se prêtant guère aux clôtures de festoches. Mais Opeth reste Opeth, et son statut de groupe culte lui assurait un public nombreux et réceptif, ce qui fut le cas malgré une set list assez faible à mon sens. En effet, jouer deux morceaux presque complètement acoustiques (''Face Of Melinda'' et ''In My Time Of Need'') sur une setlist n'en contenant que sept annonçait un peu la couleur : Opeth n'était pas là pour tout casser et finir le festival en fanfare, mais plutôt pour faire redescendre tout le monde et achever les derniers irréductibles ''en douceur''. 

En même temps, leur style pouvait-il se prêter à ce type d'exercice ? Tout ça pour dire que l'orga a peut-être, à mon sens, commis une légère erreur de programmation en faisant jouer les Suédois aussi tard, erreur au demeurant tout à fait pardonnable au vu de l'extrême qualité et de la diversité du reste du plateau proposé durant ces trois jours. Il n'en reste pas moins qu'Opeth a livré une prestation tout à fait correcte, Mike Akerfeldt se montrant comme souvent assez taquin et blagueur avec le public (avec notamment quelques vannes graveleuses certes assez réussies, mais surtout très éloignées de l'image de poète maudit torturé et pas trop enclin à la gaudriole qu'on pourrait se faire du Suédois au vu de ce qu'il compose depuis bientôt 20 ans !). Vraie nature du bonhomme ou masque pour sa frustration de jouer à cette heure tardive ? Toujours est-il que malgré un son assez moyen, le leader d'Opeth a parfaitement assuré ses parties de chant, death comme claires, avec un timbre toujours aussi kiffant et unique. Le reste du groupe était au diapason, ultra carré et précis, malgré encore une fois un son de basse vraiment trop prégnant sur les morceaux les plus bourrins.


En conclusion, deux visions du truc : pour votre serviteur, ce concert fut un véritable moment Nutella. Seulement voilà, votre serviteur est ultra fan d'Opeth et attendait depuis un moment de se faire botter le cul en live par ''Master's Apprentice'' ou ''The Lotus Eater''. Mais pour les nombreux Hellfesters présents et moins fans du groupe, je pense que ce concert a pu être considéré comme une clôture pas forcément des plus judicieuses, voire un peu molle du gland. Bref, excellent concert en ce qui me concerne mais, chère orga, pour le bien commun, achevez-nous l'an prochain avec un truc un peu plus frontal et groovy !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5