CHRONIQUE PAR ...

57
Painlesslady
le 01 juillet 2011




SETLIST

 
Golden Cashmere, pt.I
Internal Conflicts
Masked Jackal
Status: Still Tinking
Metamorphosis
D.O.A.
Semtex Revolution
No Need to Be Human
Divine Step
Grin
Reborn Through Hate


AFFILIÉ

18 juin 2011 - Hellfest


Coroner_Hellfest_20110618

Après avoir salué comme il se doit notre député metalleux Patrick Roy (mais aussi Ronnie James Dio, Peter Steele, et Eric Ledroit, le chef de la sécu Hellfest tous partis trop tôt au Valhalla) à l’occasion du feu d’artifice-hommage, nous nous avançons encore tout émotionnés vers la Mainstage 2 pour le concert évènement de ce Hellfest. 15 ans après leur tournée européenne d’adieux, les Suisses de Coroner nous font l’honneur de revenir sur scène et la question plane forcément au-dessus de toutes les têtes des fans rassemblés : que va donner sur scène cette reformation tardive et inespérée ?
 
La réponse arrive très vite. Malgré de légers problèmes de son au début, le trio semble au mieux de sa forme et ravis d’être de retour. "Golden Cashmere Spleeper Pt2", dont j’apprendrais ensuite qu’il s’agit d’un inédit de la compilation Coroner de 1995, fait office d’opener un peu inattendu. En même temps, vu qu’on ne sait pas du tout à quoi s’attendre, ce n’est pas plus mal, autant partir dans un esprit de (re)découverte jusqu’au bout. Les jeux de lumières sont grandioses et contribuent l’atmosphère un peu hypnotique du show. Tout est impeccable, à sa place, on reconnaît bien la maîtrise technique de Coroner : soli cristallins et parfaits, jeu de batterie nickel et chant bien meilleur et plus puissant qu’à l’époque des enregistrements studio. C’est un plaisir d’entendre les classiques du groupe dépoussiérés voire même reliftés ("Masked Jackal") avec un son bien actuel et quasi-parfait, comparé à la production plutôt faible des albums au son très 80’s. Le groupe pioche dans les 5 albums de sa discographie pour nous offrir une set list assez variée, bien représentative de sa musique expérimentale, tantôt agressive, tantôt mélodique, voire planante. Ceux qui ne connaissaient pas le groupe et s’attendaient à du thrash classique et bourrin ont dû être surpris.
 
Mais le public a l’air composé de nombreux fans et connaisseurs. Je constate même avec étonnement que plusieurs personnes autour de moi chantent les paroles de tous les morceaux par cœur…. Ron « Royce » Broder, impressionné par la ferveur du public, nous complimentera plusieurs fois pendant le set d’être là pour eux à une heure aussi tardive et malgré la fatigue de la journée. A croire que les membres du groupe n’ont pas conscience du mythe qu’ils représentent pour beaucoup d’entre nous. Se rendent-ils compte que certains ont acheté leur pass Hellfest juste pour les voir ? Ce set hyper pro et carré servi par des musiciens savourant visiblement le plaisir de rejouer ensemble aura été à la hauteur des attentes et nous aura replongé avec délice dans l’univers complexe et sophistiqué de Coroner. J’avoue que je me serais bien mis sous la dent l’angoissant et sombre instrumental final de No More Color "Last Entertainement" et son solo d’anthologie, sans parler de leur sublimissime et lancinante reprise des Beatles "I Want You (She’s So Heavy)" clôturant l’album Mental Vortex.

 
Mais aucun regret, tous les titres joués l’ont été à la perfection, les Suisses ayant démontré ce soir-là qu’ils n’avaient rien perdu de leur finesse et précision après toutes ces années. On quitte donc l’enceinte du festival, le sourire aux lèvres, encore un peu ébloui par la chance d’avoir vu la légende Coroner en live. Cela restera un des meilleurs souvenirs de ce Hellfest 2011.
 




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4