CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 23 juin 2011




SETLIST

Last Man Alive
War Monger
Spit On Your Grave
Stage Dive
Burning Of Atlanta
Power Thrashing Death
Walk The Plank

AFFILIÉ

18 juin 2011 - Hellfest


Whiplash_Hellfest_20110618

Whiplash, pour ceux qui ne connaissent pas, c'est un groupe de thrash new yorkais plus connu sous le nom de « groupe des 3 Tony ». On ne parle pas de Tony Montana, Tony Malt et Tony Glandyl, mais de Tony Portaro, Tony Bono et Tony Scaglione. Bon, aujourd'hui, Tony Bono a cassé sa pipe et Tony Scaglione a plus ou moins laissé tomber la musique, mais au moins il reste le leader Tony Portaro, le seul à n'avoir jamais quitté un navire qui a moult fois changé d'équipage (sans compter les années de cale sèche).

Autant le dire tout de suite, avec Whiplash, on n'a jamais eu affaire à des génies, mais les trois premiers albums étaient l'œuvre d'un groupe d'habiles faiseurs. Ca tombe bien, ce set d'une petite demi-heure était uniquement concentré sur Power And Pain (pas moins de cinq titres sur les sept interprétés) et Ticket To Mayhem (les deux autres). 7 titres en 30 minutes, vous devez vous dire que le groupe n'a pas chômé et a envoyé les titres les uns après les autres ; et bien même pas ! Au contraire, Tony Portaro était plutôt d'humour à causer, à raconter de vieux souvenirs liés à l'écriture des morceaux, à nous faire un petit laïus sur l'importance de la solidarité entre les brothers of metal qui prennent soin de se relever les uns les autres en cas de chute dans le moshpit ou qui vous raccompagnent chez vous quand vous êtes trop bourrés (véridique !)… Bref, l'ambiance était plutôt relax, Portaro ne se formalisant pas sur les problèmes techniques ayant retardé le début du show ou sur le fait de devoir réaccorder sa gratte tous les dix minutes.

Et si Whiplash a pu caser autant de titres en si peu de temps, c'est bien parce que sa musique ne s'embarrasse pas de fioritures. Ici, point de gesticulations techniques comme chez Mekong Delta un peu plus tard, on reste dans les fondamentaux du thrash : des riffs bourrins assénés à 200 à l'heure, le tout emballé en trois minutes et des poussières. Et en cette journée uniquement consacrée au genre sur la Mainstage 2, c'est carrément parfait pour lancer les hostilités ! D'autant que dans son arsenal, Whiplash dispose de quelques cartouches capables de faire de gros dégâts, comme "War Monger" ou "Spit On Your Grave". Et quand surgit une intro un peu plus calme comme sur "Stage Dive", c'est pour mieux bourriner dans la seconde suivante ! Dans cette collection de titres plus supersoniques les uns que les autres, et par conséquent pas très variés, Whiplash termine par un des rares titres dotés d'un refrain rapidement assimilable avec "Walk The Plank", même si le public n'est pas encore très chaud pour beugler alors que c'est à peine l'heure de l'apéro.


Dans un festival, il faut bien trouver des groupes pour jouer dans les créneaux pas très courus comme 11h45 – 12h15. L'un des points forts du Hellfest, c'est de parvenir à dénicher des groupes intéressants même pour jouer à cette heure-là. Whipash en est le parfait exemple, puisque les New Yorkais, plutôt rares de ce côté de l'Atlantique et visiblement très heureux d'être là, nous ont offert une bonne demi-heure de thrash old school, dans une ambiance très détendue flirtant mêmeavec l'amateurisme par moment. Une excellente mise en bouche pour commencer une journée chargée.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6