CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
le 19 juillet 2010




SETLIST

ZZ Top

Got Me Under Pressure
Waitin' For The Bus
Jesus Just Left Chicago
Pin Cushion
I'm Bad, I'm Nationwide
Future Blues (Willie Brown)
Rock Me Baby (B.B. King)
Cheap Sunglasses
My Head's in Mississippi
I Need You Tonight
Hey Joe (Jimi Hendrix)
Brown Sugar
Party On The Patio
Just Got Paid
Gimme All Your Lovin'
Sharp Dressed Man
Legs

Rappel:

Viva Las Vegas (Elvis Presley)
La Grange
Tush

AFFILIÉ

ZZ Top
Paris - Bercy
(10 juillet 2008)

05 juillet 2010 - Monaco - Salle du Canton


ZZ_Top_Monaco_-_Salle_du_Canton_20100705

Dans la série des lieux hautement improbables pour un concert de rock, ce soir nous sommes particulièrement bien servis. Le Festival Monaco Live Music 2010 réunit en ce soir de juillet les légendes Iggy and The Stooges et ZZ Top… sur la place du Palais Princier de la Principauté. Oui oui, au sommet du fameux rocher, sous les fenêtres du Palais depuis lesquels la famille princière salue régulièrement ses sujets. Pas vraiment rock n’ roll a priori mais au niveau originalité et dépaysement on peut difficilement faire mieux.

Il faut donc traverser les ruelles étroites et hautement touristiques de la vieille ville historique monégasque pour accéder au lieu des hostilités. Ceci ne sera pas sans provoquer des situations assez cocasses, lorsque des touristes de tout âge (déjà présent en nombre à cette époque de l’année), une glace à la main et absolument pas au courant de ce qui se trame se retrouvent nez à nez avec des hordes de rockers chez qui la bière remplace la glace en guise de rafraichissement. C’est une belle affluence de 6500 spectateurs qui prend place devant la scène dans ce cadre magnifique. Deux groupes locaux sont chargés d’ouvrir les débats. Si PPZ Rocket, groupe de reprises de pub, étonne un peu par sa présence (dommage de ne jouer que des reprises lorsqu’on a la chance de se produire dans de telles conditions…), le groupe Koma remporte un beau succès mérité avec son rock/pop atmosphérique qui n’est pas sans évoquer des combos comme Anathema ou Porcupine Tree. Mais la soirée démarre réellement quand le Niçois Marc Toesca monte sur scène en lançant son fameux «salut, les petits clous!» qui aura rappelé des souvenirs aux amateurs du Top 50, avant d’introduire «la personne sans qui cette soirée n’aurait jamais existé» : Son Altesse Sérénissime Le Prince Albert II de Monaco.

La seule tête couronnée qui a donné son nom à un piercing pénien monte à son tour sur scène pour présenter les têtes d’affiche de la soirée, avant de passer le concert debout dans la tribune Princière. Après un moment d’attente les Stooges débarquent, et tous les yeux se braquent instantanément sur Iggy Pop qui tombe immédiatement le gilet en cuir et passe le concert torse nu. Suite à une promesse faite au Prince, l’iguane n’ira pas plus loin dans le strip tease, le public devra se contenter de son torse malléable. La formation qui l’accompagne, avec James Williamson remplaçant Ron Asheton décédé l’an dernier, accuse plus que lui le poids des années, physiquement au moins. C’est un 'Raw Power' énergique qui ouvre les hostilités, avant que ne se succèdent la plupart des classiques du groupe de Detroit. Ici le maitre mot est l’énergie, beaucoup plus que la technique ou la précision instrumentale. Mais peu importe la maitrise des instruments car les musiciens ne s’économisent pas, surtout un Iggy charismatique qui interpelle le public, descend dans la fosse, fait monter des dizaines de fans sur scène… 'I Wanna Be Your Dog' sera logiquement le moment fort de ce set sympathique de proto punk/rock n’ roll.

Lorsque les lumières s’éteignent à nouveau et que ZZ Top débarque au son de 'Got Me Under Pressure', on réalise immédiatement que l’on est à un tout autre niveau de professionnalisme et de production. Ecran géant en fond de scène, lumières magnifiques, groupe redoutablement en place… et ce son ! Tout simplement l’un des tous meilleurs sons que votre serviteur aura entendu depuis qu’il se rend à des concerts. Parfaitement clair, puissant juste ce qu’il faut, permettant de distinguer facilement toutes les subtilités de chaque instrument (bon il n’y en a que trois), parfois très subtilement renforcé de samples de claviers discrets… un sans faute. Et la prestation des barbus sera du même niveau, Billy Gibbons notamment prouvera une fois de plus quel grand guitariste de blues il est. Sa voix et celle de son compère bassiste Dusty Hill feront mouche également, délicieusement éraillées et gorgées de feeling. Frank «the only one without a beard» Beard sera lui plus discret derrière son kit flashy en forme de moteur aux chromes rutilants. La setlist sera particulièrement porté sur le blues ce soir, le groupe reprenant plusieurs classiques, notamment un 'Hey Joe' pas si convenu que l’on pourrait croire avec ces magnifique photos du grand Jimi défilant sur l’écran géant. L’humour sera également au programme, Gibbons changeant de chapeau et distribuant des cartons jaunes à ses techniciens pas assez réactifs, ou incitant le public à boire de la bière par un message caché sous sa guitare. Les deux compères ne manqueront pas non plus de réaliser leurs fameuses chorégraphies si attendues. Un léger ventre mou se fera pourtant sentir au milieu du set, avant que le tube ultime 'Gimme All Your Lovin' ne lance une magnifique série de classiques qui réveillent le public monégasque jusque là très sage. 'Sharp Dressed Man' et 'Legs' (avec les fameuses guitares-moquette !) feront ainsi bouger tout le monde avant les rappels auquel tout le monde s’attend: la reprise du 'Viva Las Vegas' du King chantée par Hill suivie des indétrônables 'La Grange' et 'Tush'.


Une bien belle soirée monégasque en fin de compte. Un lieu absolument improbable mais magique, du soleil, de la bière bien fraiche (et bio !), et deux légendes du rock n’ roll pour le prix d’une. D’un côté Iggy et ses Stooges qui nous auront fait passer un bon moment en faisant preuve d’une belle énergie, mais dont on ressort en se disant surtout «bon, eux je peux dire que je les ai vu», et de l’autre un ZZ Top vainqueur par KO qui nous aura tout simplement mis une claque assez inattendue. Viva los Tres Hombres de Tejas!!!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1