CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
le 18 novembre 2007




SETLIST

Dirty Letter (Green Dollar Colour)
I See the Light
Heaven Again
Highway Dream
Ain’t No Love Song
Nobody’s Home (nouveau morceau)
High Voltage (AC/DC)
Lady Luck
Expectations (Green Dollar Colour)
Sick Again
Take a Long Line (The Angels / Angel City)
Starving Fast
Let It Go (Green Dollar Colour)
Red Light Joint
Under the Overpass
Monkey Business
Never say Goodbye
Time of my Life

Rappels :

Welcome to the Jungle (Guns N’ Roses)
You Could Be Mine (Guns N’ Roses)
Sweet Child O’ Mine (Guns N’ Roses)
Paradise City (Guns N’ Roses)

AFFILIÉ

Koritni
Paris - Nouveau Casino
(20 mars 2007)
Peymeinade - Salle des Fêtes
(29 mai 2009)
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2009)

25 octobre 2007 - Peymeinade - Salle des Fêtes


Koritni_Peymeinade_-_Salle_des_Fetes_20071025

Il y a des soirées comme ça où tout part mal. Des soirées où on se demande pourquoi on n’est pas resté tranquillement chez soi devant la télé alors qu’on est jeudi soir, qu’on sort du boulot, qu’il pleut, et qu’on se retrouve à chercher un village de l’arrière pays Grassois où l’on n’a jamais mis les pieds… Il y a des soirées comme ça où on ne s’attend à rien.

La salle des fêtes de Peymeinade, voila un endroit assez incongru pour un concert de hard rock australien. Sorte de salle polyvalente avec néons au plafond et un atroce rideau vert cachant la petite scène éclairée par trois spots multicolores, peuplée d’un public improbable composé de familles avec leurs enfants, de personnes âgées et de bikers portant tous des blousons en cuir à l’effigie de Mötley Crüe (!), on peut légitimement se demander ce qu’on fait là… Surtout que le groupe local chargé d’assurer la première partie est un véritable supplice, nous infligeant un immonde heavy thrash vieillot avec une chanteuse réussissant à crier de manière atrocement fausse (oui, un cri peut être faux).

Alors que tout espoir semble perdu et que l’on se demande ce qui doit se passer dans l’épisode de Prison Break que l’on est en train de rater, l’impensable se produit. Koritni monte sur scène et envoie la sauce. Le son est excellent, l’attitude du groupe est extrêmement rock n’ roll ce qui ne l’empêche pas d’envoyer du lourd, et Lex Koritni est un putain de frontman. Son jeu de scène est le même devant la petite centaine de spectateurs de la salle des fêtes de Peymeinade que s’il était dans un stade. Il court partout, enchaîne les poses et surtout chante comme un mélange de Steven Tyler et de Bon Scott! Sa voix aigue éraillée est bourrée de feeling et est parfaite pour ce style de rock. La grande classe.

Dés le premier morceau tous les problèmes de la journée sont oubliés, on sait qu’on va passer une bonne soirée. Et ça va durer comme ça pendant prés de deux heures. Le groupe alterne les compos de son unique album Lady Luck et celles de l’album éponyme de Green Dollar Colour (précédent groupe de Lex), entrecoupées de quelques reprises rappelant les origines australiennes du combo: un "High Voltage" d’AC/DC (enfin un groupe qui ne reprend pas "TNT" ou "Highway to Hell"!) repris en masse par le public et un excellent "Take a Long Line" du groupe culte The Angels. Les compos du groupe ne sont pas en reste: le tube "Heaven Again" met le feu avec son refrain énorme alors que l’ambiance se fait plus intime sur le bluesy "Ain’t No Love Song". Les excellents "Sick Again", "Under the Overpass" ou le très AC/DCien "Red Light Joint" feront partie des nombreux points forts du concert.

L’attitude du groupe fait plaisir à voir. Les mecs prennent leur pied et non seulement ça se voit mais c’est surtout communicatif. Lorsque le combo se retire tout le monde a la banane, du père de famille au biker en passant par le black métalleux égaré, et les Australiens ne se font pas prier bien longtemps avant de revenir. L’un des grateux taquine le public avec le début du riff de "Welcome to the Jungle" et tout le monde devine ce qui va se passer, Koritni étant connu pour reprendre de nombreux morceaux de Guns N’ Roses en concert. Ce classique débute comme prévu et c’est assez impressionnant, les Gunners eux-mêmes ne devaient pas le jouer aussi bien ! Lex Koritni n’a pas à rougir de la comparaison avec Axl Rose, au contraire, ce dernier n’étant pas réputé pour ses prestations live. Alors qu’on pouvait s’attendre à un autre morceau d’Appetite for Destruction, c’est "You Could Be Mine" qui suit… et qui est interrompu par une panne de courant !

N’importe quel groupe aurait quitté la scène ou en aurait même profité pour annoncer la fin du concert, mais Koritni nous donne une leçon d’attitude et d’esprit rock n’ roll en restant là. Le bassiste se met à la batterie, bientôt rejoint par son batteur et un membre du public, le guitariste nous fait chanter le riff de "Smoke on the Water"… Lex Koritni remercie le public d’être resté en hurlant pour se faire entendre au risque de se bousiller la voix en pleine tournée. Lorsque le courant revient enfin après dix bonnes minutes, le groupe reprend le morceau là où il s’était arrêté puis enchaîne avec rien de moins que "Sweet Child O’ Mine" et "Paradise City". C’est avec regret que le groupe quitte enfin la scène, laissant un public rassasié et comblé.


Ce concert aura donc été un pur moment de rock n’ roll, le genre de prestation rafraîchissante qui vous redonne la pêche pour les jours ou les semaines à venir grâce à un groupe excellent dans son registre qui s’éclate complètement sur scène et pour qui le mot généreux semble avoir été inventé. Il y a des soirées comme ça où on ne s’attend à rien et qui vous rappelle pourquoi on aime tellement cette musique.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7