CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 03 juillet 2010




SETLIST

Sign Of Fear
Chainbreaker
Killbound
Nuclear Fire
Six Times Dead (16.6)
Riding The Eagle
Final Embrace
Metal Is Forever

AFFILIÉ

Primal Fear
Paris - Elysée Montmartre
(11 décembre 2005)

19 juin 2010 - Hellfest


Primal_Fear_Hellfest_20100619

Vu le joli succès d'estime que s'est offert Sabaton, on aurait pu s'attendre à ce que Primal Fear bénéficie du même accueil à peine une heure et demie après, vu la proximité entre les styles de ces deux groupes. C'est pourtant devant un public peu fourni et apathique que les Allemands débutent leur set. Après un tel four sur le premier morceau, un jeune groupe aurait pu se vexer et bâcler le reste de son set ; mais Primal Fear a de la bouteille, alors pas de panique, on reprend à zéro et on va le chercher ce public. Attention, professionnels en action…

Il faut dire aussi que commencer par "Sign Of Fear" n'était sans doute pas la meilleure possibilité pour Primal Fear. Un refrain pas spécialement pas catchy, un riff loin d'être mémorable, il y a avait sans doute mieux à faire pour marquer les esprits d'entrée de jeu. Alors si on rajoute quelques problèmes au niveau de la basse, inaudible au début d'où une grosse impression de vide pendant l'harmonie à deux guitares… Autant dire qu'il valait mieux se reprendre rapidement, et c'est chose faite dès le morceau suivant. "Chainbreaker" est déjà un choix un peu plus judicieux : un morceau plus agressif dans la veine de Judas Priest (forcément, puisqu'on se replonge au tout début de la carrière du groupe, alors très influencé par la bande à Halford), un refrain plus immédiat, et surtout un Ralf Scheepers qui peut enfin commencer à lâcher les chevaux. Et là, on entre en territoire connu.

Très rapidement, Scheepers crève l'écran en affichant une excellente forme sur le plan vocal (sans parler de sa forme physique, avec cette musculature toujours aussi impressionnante). M. Propre nous régale avec son style à l'ancienne, mélange d'agressivité et de mélodie dans un registre qui n'hésite pas aller fureter dans les aigus. Et que dire des fameux screamings du bonhomme, art qu'il maîtrise à la perfection, sans en mettre partout comme on pouvait lui reprocher il y a encore quelques années. Rien à dire, avec le temps, Scheepers a vraiment progressé en exploitant mieux ses capacités. C'est également devenu un meilleur frontman, et c'est incontestablement lui qui a remis ce show sur les rails, en multipliant les poses (ça fait partie du jeu) et en poussant tout le public à chanter et taper des mains. Celui-ci a répondu présent, grossissant au fil des minutes : mission accomplie.

Coté setlist, pas de fantaisies à signaler, Primal Fear est resté dans la lignée de ce qu'il à proposé tout au long de la tournée promotionnelle de 16.6 (Before The Devil Knows You're Dead). Tous les titres interprétés au cours de ce set figurent sur le live récemment sorti par le groupe, Live In The USA (chronique ici, un petit peu d'autopromo n'ayant jamais fait de mal à personne). Du coup, je vais me répéter, mais "Killbound" et "Six Times Dead (16.6)" en live, c'est vraiment du solide. Cette dernière est l'occasion parfaite de faire une petite pause sur le break pour faire participer le public en lui faisant scander longuement «16.6». Après un "Riding The Eagle" plus convaincante que son pendant studio, deux classiques pour finir : "Final Embrace", avec un Scheepers impérial de bout en bout, et l'inénarrable "Metal Is Forever", histoire de rigoler un bon coup avec ce morceau hyper caricatural.


Ca s'annonçait pas terrible, mais Primal Fear a réussi à redresser brillamment la situation en la jouant à l'expérience. En usant avec efficacité de tous les artifices classiques d'un concert de heavy, mais aussi en faisant parler la poudre avec des titres puissants, les Allemands ont terminé leur set avec un public beaucoup plus conséquent et impliqué qu'au début. Généralement, c'est un signe qui ne trompe pas quant à la qualité d'un set en festival. Un show calibré s'appuyant sur une mécanique parfaitement huilée : Primal Fear en live, finalement, c'est un peu comme Primal Fear sur album…



Crédit photo : Cosmic Camel Pics
Cliquez ici pour la galerie complète !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7