CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 29 juin 2010




SETLIST

n/a

AFFILIÉ

Brant Bjork and the Bros
Paris - Glaz'art
(19 novembre 2008)

19 juin 2010 - Hellfest


Brant_Bjork_and_the_Bros_Hellfest_20100619

La drogue, c'est mal. D'ailleurs, n'en prenez pas. Ou si vous en prenez, faites-le en ayant autant de classe qu'un musicien de stoner légendaire. Car Brant Bjork avait beau être complètement défoncé, lui et ses bros ont donné un concert absolument fantastique. Sweet leaf...

Rappel des faits : Brant Bjork est l'ex-batteur des Kyuss, qui a également sévi dans Fu Manchu avant de se concentrer sur sa carrière solo. Un grand monsieur en résumé, attendu comme le loup blanc par une foule visiblement toute acquise à sa cause. Un grand monsieur très très classe, capable d'asseoir une présence incroyable juste en se tenant là et en jouant les yeux mi-clos. Car l'intro de ce report est tout sauf une boutade : Bjork, comme à sa grande habitude, a visiblement pris une bonne dose de THC avant de rentrer sur scène et son attitude le trahit. Il ne s'adresse presque jamais au public, passe une bonne partie de son temps les yeux dans le vague, ne calcule pas grand-chose... mais il joue, et il chante. Et il explose tout.

Décrire ce show en détail est à la limite de l'impossible. Déjà parce que votre serviteur n'avait jamais jeté une oreille sur un quelconque album du Maître auparavant, et surtout parce qu'il ne s'agit pas de détails. Il s'agit d'un énorme bloc de rock fumeux, gras et fondamentalement hypnotique balancé par un groupe en transe. Car les Bros ne rigolent pas non plus : aussi possédés que leur leader, ils se donnent à fond et le résultat est phénoménal. Quarante minutes à voir un mec complètement stone faire de la zique avec ses potes et tuer un festival. Quarante minutes passées sans toucher terre, quarante minutes de groove éléphantesque. A voir un chevelu à bandana réinventer le concept même de classe. On ne lutte pas. On suit le courant.


Ok, la drogue c'est mal. Mais parfois on s'interroge quand même. Quand un concert est tellement intense qu'il en devient indescriptible (et pourtant, je vous assure que j'ai essayé), quand on sait que la musique créée et jouée pue les psychotropes à 500 bornes... on se dit que la drogue, ça peut être bien. Et que les connards qui affirment régulièrement que le rock est mort peuvent aller se pendre.



Crédit photo : Cosmic Camel Pics
Cliquez ici pour la galerie complète !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6