CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 29 juin 2010




SETLIST

God Save the Spleen
Porno Daddy
Speak When Spoken To
Teargas Jazz
Murder Groupie
Razor Flowers
Propaganda Pie

AFFILIÉ

Freak Kitchen
Paris - Le Divan Du Monde
(11 mars 2015)
Paris - La Maroquinerie
(08 janvier 2010)

19 juin 2010 - Hellfest


Freak_Kitchen_Hellfest_20100619

Dix minutes avant :
«Bon, depuis le temps que JLH dit du bien de ce groupe, autant aller les voir, on ne sait jamais...»

Une minute après :
«Cher JLH. Je t'aime. Je veux un enfant de toi. Rejoins-moi sous les cerisiers en fleurs. CCC.»


Difficile de mettre ce concert en mots tant il a été fabuleux. Freak Kitchen fait un genre de rock groovy et déjanté, porté par une bonne humeur et une autodérision contante autant que par un niveau technique affolant. Il y a déjà le frontman Mattias IA Eklundh, incroyablement expressif quand il joue et drôle au possible quand il s'adresse au public. Décrétant que les « yeah » et autres « what's up? » ont été vus et revus, le chanteur balance des incessants « GOODY GOODY ? » qu'il à la foule pour qu'elle lui réponde la même chose, et tout le monde s'exécute dans la joie. Autre trouvaille : plutôt qu'un bête hurlement métal, il demande à la foule de se manifester via des cris d'incompréhension. Et c'est totalement génial : « Alors la chanson qui suit enchaîne une partie 11/8 à un plan 7/8 avant de repartir en 3/4 sur la quatrième mesure et demie. Allez, donnez moi un "whoa ?..." » « WHOA ?!?!? ». Unique.

Mais il y aussi l'autre frontman. Christer Örtefors ne se contente pas d'avoir une tenue de scène hyper culte, c'est avant tout un showman absolument exceptionnel. Survolté, intenable, il passe son temps à faire l'imbécile tout en assurant un groove en béton armé et des parties de chant très maîtrisées. Sa seule présence dans le groupe suffirait à rendre le concert anthologique... mais il y a la musique. Et là c'est l'extase totale : les tubes de Freak Kitchen feraient headbanguer un mort, et les délires rythmiques, les breaks incongrus comme les solos complètement fous d'Eklundh submergent le public et le noient littéralement sous le talent pur. Mes collègues photographes, habituellement réservés et sobres, moshent avec moi dans le photopit. Örtefors ne laisse aucun répit au public et traverse la Main Stage à fond la caisse pour aller relancer la foule de tous les côtés. La folie est partout. C'est un orgasme collectif.


Trop court. Voilà le seul reproche à faire à ce concert, qui reste un de mes préférés de ce Hellfest 2010. Freak Kitchen est un groupe de scène hors normes. Un qui peut faire adhérer n'importe qui, y compris les gens n'ayant jamais entendu une note de leurs albums. C'était plus que bon. C'était légendaire.



Crédit photo : Cosmic Camel Pics
Cliquez ici pour la galerie complète !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4