CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 29 juin 2010




SETLIST

The Great Dividers
My Will Be Done
Zombie Autopilot
Crow Killer
This Lying World
Sanctity of Brothers
Endless
This Glorious Nightmare
We Are Not Anonymous

AFFILIÉ

Unearth
Wacken (wacken)
(01 août 2008)
Paris - La Locomotive
(06 octobre 2009)

19 juin 2010 - Hellfest


Unearth_Hellfest_20100619

Si vous êtes un minimum habitués à nous lire, vous devez déjà être au courant : Unearth est un des groupes de scène les plus fabuleux qui soit. La question n'est donc jamais de savoir si on va assister à un bon concert, mais plus de se demander à quel point on va s'en prendre plein la tronche. Le record de leur concert le plus fou était pour l'instant détenu par leur date au Wacken 2008 (ceux qui y étaient s'en souviennent encore), le Hellfest allait-il leur permettre de faire encore mieux ?

Autant le dire tout de suite : non, ce set au Hellfest n'a pas atteint le niveau de celui du Wacken. Pas de public de plus de trente mille personnes en train de pogoter dans la boue sous une pluie battante, pas d'attaque collective de crowd-surfing déclenchée par le chanteur, juste un chapiteau blindé jusqu'à la gueule qui hurle le nom du groupe car il n'en peut plus de l'attendre. Il faut dire que le groupe montera sur scène avec une bonne demi-heure de retard, visiblement pour un problème d'électricité coupée... mais quand ils finissent par arriver sur scène, attention les yeux ! "The Great Dividers" (tiré de Oncoming Storm) pose tout de suite l'ambiance, et "My Will Be Done" emporte le morceau juste après. L'opener de The March a clairement gagné son statut de classique, le refrain est beuglé par la foule en délire et Buz McGrath réaffirme ce qu'il prouve à chaque set, à savoir que c'est un tous meilleurs guitaristes lead de la nouvelle génération. Son touché, son aisance, sa fluidité, sa bonne bouille débonnaire... impossible de ne pas penser à une nouvelle incarnation de Dave Murray, en plus violent et plus technique. Y'a du niveau...

Le maître mot ici est l'enthousiasme. Enthousiasme de tous les instants de Ken Susi, guitariste intenable et poseur en diable qui n'a de cesse de courir partout à la recherche de la classe ultime. Enthousiasme de Trevor Phipps, énorme frontman qui hurle à n'en plus finir et harangue la foule sans lui laisser le temps de souffler. Enthousiasme du public qui prend un pied de malade à l'écoute du son du groupe, se laissant emporter par les plans heavy mélodiques, concasser par les accélérations thrash ("The Glorious Nightmare", aïe aïe aïe !!) et plier en deux par les innombrables beatdowns qui lui font se péter les cervicales en rythme. Le son est nickel, les compos envoient du pâté, le groupe est remonté comme une pendule, c'est une vériable déferlante. Et les membres d'Unearth parviennent à maintenir cette intensité sur la longueur : quarante minutes de show est un format parfait pour eux car il leur permet de se donner à 120% sans avoir à se poser de questions. Résultat logique : on ne touche pas le sol. La claque dure jusqu'à la dernière seconde de la dernière chanson.


Vlan, vous venez de voir Unearth en live. Vous êtes complètement sonné, votre nuque vous fait souffrir le martyre, vos pieds sont en sang... et vous êtes béat. Parce qu'aucun groupe étiqueté metalcore n'a ce niveau. Aucun n'est capable de vous emmener à ce point. Vous venez de voir Unearth pour la troisième fois en deux ans, et vous n'avez qu'un envie : y retourner. Vivement qu'ils reviennent...



Crédit photo : Cosmic Camel Pics
Cliquez ici pour la galerie complète !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7