CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 29 juin 2010




SETLIST

Death and the City
Rise or Die
Behind Enemy Lines
Sons of a Dying World
Scorched Earth
Reclaiming the Crown
State of Mind
The New Hate
Final Nail
Black Gold
Stop at Nothing

AFFILIÉ

Born From Pain
Paris - Elysée Montmartre
(16 juin 2009)

19 juin 2010 - Hellfest


Born_From_Pain_Hellfest_20100619

Avouons-le, chez les Eternels on n'est pas trop fans de Born From Pain. Trois chroniqueurs différents (dont votre serviteur) ont eu beau se pencher sur leur discographie, aucun d'entre eux n'a réussi à trouver la pépite qui rende le groupe digne d'intérêt. Mais voilà, sur scène c'est une toute autre histoire...

Un chapiteau surchauffé en fin d'après-midi, voilà très exactement les conditions parfaites pour que Born From Pain s'exprime. Le public est très compact, il s'est massé contre les barrières et attend sa dose de hardcore... et quand celle-ci déferle, c'est exactement ce qu'on espérait voire mieux. Le son déjà, d'une puissance et d'une limpidité confondantes. Les instrumentistes à fond dedans. Les lights parfaitement adaptées. Et surtout, surtout, un frontman hors pair. Che est un peu l'incarnation de ce qu'un chanteur hardcore est censé être : survolté, extrêmement mobile, il beugle sans cesse tout en ponctuant sa prestation de multiples interventions à l'ancienne. De l'appel à la prise de conscience aux dédicaces aux autres groupes, c'est presque un cours de présence scénique hardcore qu'il nous fait.

La limite de Born From Pain sur album (période War) était de proposer des titres HxC old-school systématiquement pénibles alors que les speederis thrash faisaient quant à elles plutôt mal. Une fois sur scène ce constat explose : si les morceaux rapides gardent toute leur puissance, les morceaux syncopés deviennent de redoutables déclencheurs de headbanging. Preuve en est sur "Scorched Earth", compo où les parties à la Slayer permettaient de rattraper des plans core ennuyeux... là, c'est juste génial de bout en bout La ferveur du groupe permet de faire tout passer : ces types sont avant tout des bêtes de scène, et on sent que le format disque est plus un carcan pour eux qu'autre chose. Le final sur "Stop at Nothing" est particulièrement jouissif : Born From Pain prouve que son côté métal passe tout autant le test de la scène que le reste. Et on finit groggy, mais heureux.


On aimerait vivre plus souvent ce genre de guerre. Les Born From Pain ont atomisé le public du Hellfest, l'ont noyé sous un déluge de rage et de groove. Et tout ça en restant fondamentalement positif dans le message, ce qui vaut la peine d'être souligné. S'ils passent près de chez vous, allez les voir !



Crédit photo : Cosmic Camel Pics
Cliquez ici pour la galerie complète !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6