CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 26 juin 2010




SETLIST

March Of The Crabs
666
School Love
This Is Thirteen
Mothra
White Rhino
Forged In Fire
Metal On Metal

AFFILIÉ

19 juin 2010 - Hellfest


Anvil_Hellfest_20100619

«Il aura fallu attendre 30 ans pour qu'Anvil vienne jouer en France !», clamera Lips au beau milieu de ce set de 45 minutes. Il aura surtout fallu attendre la sortie d'un documentaire, que dis-je, DU documentaire, pour qu'Anvil s'extirpe de la cohorte de groupes dont l'abnégation n'a d'égal que l'indifférence du public. Tant mieux pour eux, car si Anvil ne fera jamais partie de l'élite mondiale, cela n'empêche pas que les Canadiens ont largement de quoi nous faire passer un bon moment.

Plus que leurs compos, qui ne dépassent que trop rarement le stade du sympathique, c'est davantage au niveau de l'attitude scénique que se trouvent les principaux atouts d'Anvil. Evoluant désormais sous la forme d'un trio, la forme la plus épurée du rock n' roll, où il est impossible de se planquer derrière les autres, les Canadiens ne ménagent pas leurs efforts. Et Lips a beau vouloir mettre en avant son bassiste Glenn Five ou son camarade Robb Reiner en lui laissant le temps d'effectuer un solo de batterie (chose assez rare en festival où le temps est compté), c'est bien lui qui attire tous les regards. Le bonhomme ne cesse de sourire, semblant goûter chaque seconde de cette gloire arrivée si tardivement. Et aussi de multiplier les numéros pour épater la galerie : jeu avec les dents, solo avec un vibromasseur…

Côté setlist, c'est évidemment Metal On Metal qui se taille la part du lion avec carrément la moitié des morceaux joués. Le plus étonnant, c'est que pour un groupe connu pour avoir inspiré pas mal de groupes ayant officié dans le speed / thrash, Anvil a largement privilégié la facette heavy de sa discographie. Passé les deux premiers titres, l'excellent instrumental "March Of The Crabs" et l'agressif "666", le tempo général a franchement baissé d'un cran. L'antédiluvien "School Girl", premier titre du premier album d'Anvil, vient nous rappeler l'influence que le Priest a pu avoir sur Lips. Encore plus lent, le lourdingue "This Is Thirteen", le morceau titre de leur dernier album en date, à la limite du doom. Anvil a sans doute voulu prouver qu'il était encore dans le coup, mais ce morceau a tout de même bien fait tomber l'ambiance.


Anvil achève son set avec ses deux plus grands classiques, le très heavy "Forged In Fire" puis "Metal On Metal", qui n'a pas extrêmement bien vieilli. Pour cette première en France, Anvil s'est montré tel qu'on pouvait s'y attendre : d'une foi inébranlable, mais d'un niveau quand même assez limité. Pour être honnête, pas mal de personnes venues voir le phénomène sont parties voir ailleurs avant la fin. On dira que le groupe était à sa place en jouant à 15 heures. Sympa, sans plus.



Crédit photo: Sebrouxx
Cliquez ici pour visionner notre galerie photos HELLFEST 2010.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1