CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 22 février 2010




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

AqME
Paris - Elysée Montmartre
(28 mars 2008)

18 février 2010 - Paris - Bataclan


AqME_Paris_-_Bataclan_20100218

Grosse soirée en perspective au Bataclan ! Le label At(h)ome a posé deux de ses plus gros calibres le même soir et le pari est réussi... car le concert est sold-out. Avant un set apocalyptique de Mass Hysteria (live-report ici), AqME est venu défendre son excellent En l'honneur de Jupiter (chronique ici) et en profiter pour présenter son nouveau guitariste. Un co-headlining en quelque sorte...

Il ne faut pas en douter : si AqME et Mass Hysteria ont les moyens de rassembler séparément pas mal de monde, c'est en unissant leurs forces qu'ils ont réussi à blinder la salle. Arrivé pendant la dernière chanson du groupe d'ouverture Bukowski, votre serviteur enquille direct avec AqME dont le début de set est immédiatement un succès. Le groupe attaque direct avec "Guillotine", tiré du dernier album, et on constate que non seulement le son est limite exceptionnel mais que Thomas a fait des progrès insolents au chant. Toujours aussi impressionnant dans son registre hurlé, il chante désormais juste dans les passages en clair, ce qui surprend et réjouit. L'autre attraction de la soirée c'est Julien : à la fois sobre et classieux dans son jeu de scène, il assure ses parties comme celles composées par Ben avec brio. Sur l'ancien répertoire il pousse le vice jusqu'à reproduire exactement le son et le toucher de son prédécesseur, ce qui peut s'interpréter comme une marque de respect et est donc bien agréable.

Le concert de ce soir s'appuiera énormément sur le dernier album, ce qui entraînera la suppression de pas mal de tubes attendus du groupe comme "A chaque seconde"... qu'importe après tout : il reste "Pornographie", "Ténèbres" et le final attendu sur "Superstar" pour jouer ce rôle. En ce qui concerne En l'honneur de Jupiter, la plus grosse claque reste "Le culte du rien", titre up-tempo hyper fédérateur où Thomas fait des merveilles sur le refrain. Ce même Thomas deviendra presque effrayant sur le break hurlé magnifique de "Macabre Moderne" : il se place à un mètre de son micro pour cracher son « Séchez vos larmes ! Brûlez ce qui reste de moi ! », et déploie un coffre et une puissance qui rendent l'instant légendaire. Le début incisif des "Matamores" fait l'effet d'une traînée de poudre, et colle l'auditeur au siège presque quant que le désormais "Casser détruire" tiré d'Hérésie, peut-être le titre le plus violent du groupe. Et au milieu de cette déferlante se sentent une humanité, une complicité et un profond bonheur d'être sur scène.

AqME ne le cache pas : ils sont ravis de jouer chez eux, ce qui permet à Thomas de balancer pas mal de vannes (« quand on joue ici il y a des têtes qu'on revoit très souvent... et d'autres qu'on revoit trop souvent ») et de cultiver un rapport au public goguenard et décontracté. Que ce soit à cause des autres groupes à l'affiche ou des réactions de la foule, l'ambiance est résolument familiale. Thomas chambre le public quand il manifeste trop mollement son soutien à Mass Hysteria (« ça, c'est une ovation à la parisienne »), mais est visiblement ravi de l'accueil enthousiaste que ce même public réserve à Julien. Charlotte quant à elle s'éclate de la première à la dernière note, et affiche en toutes circonstances un sourire très révélateur. C'est ce mélange de performance instrumentale, de professionalisme (Etienne, impérial, comme toujours) et de bonne humeur qui fait de ce concert un succès total. Et si certains membres du public venus pour Mass se font chier et manifestent leur énervement, ils sont extrêmement minoritaires.


Carton plein. AqME a donné un concert à la fois convivial, bon enfant et destructeur musicalement. Julien est définitivement l'homme qui leur fallait, et le dernier album confirme sur scène tout le potentiel qu'il laissait entrevoir sur disque. Ca fait plaisir...



Crédit photo : Cosmic Camel Pics

Cliquez ici pour la galerie complète !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7