CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 29 novembre 2009




SETLIST

L'Esprit Du Clan
La théorie des armures
Circus frénésie
L'enfer, c'est le nôtre
Phénix
Dans cette fournaise
Le temps assassiné
La nuit
Nouvelle drogue
Et caetera
On rase pas les murs
Talion
Compact
Révérence


Black Bomb A
To Reactivate
Get the Fuck Out
You Can't Save Me
Look at the Pain
Emergency
All the Way
Mary
Born to Die
Human Circus
Police Stopped Da Way
Uncivilisation
Make Your Choice
Tales from the Old School

Rappels :

Fucking Hate
Beds Are Burning

AFFILIÉ

Black Bomb A
Lille - Splendid
(29 mai 2008)
Paris - Trabendo
(25 novembre 2010)
Paris - La Maroquinerie
(29 mars 2009)

27 novembre 2009 - Paris - Trabendo


Black_Bomb_A_-_L'Esprit_Du_Clan_Paris_-_Trabendo_20091127

Huit mois après avoir défendu une première fois son petit dernier From Chaos (chronique ici) sur les terres parisiennes, Black Bomb A est de retour. Le Trabendo succède à la Maroquinerie, et cette fois-ci ce sont les très populaire Esprit du Clan qui les précèdent sur scène. Enfin, avant d'en arriver là, il fallait déjà se taper DJ Marco...

Le chanteur de Treponem Pal est en effet chargé de l'ambiance en ce début de soirée, et si le son qu'il balance est en général très bon (entre rock vintage, punk et electro) on peut tout de même s'interroger sur la pertinence de sa prestation. Car du coup le premier groupe ne montera sur scène qu'à 20h20 alors que l'ouverture des portes a eu lieu à 19h ! Et nous sommes en semaine... de plus le bonhomme ne mixe pas et se contente d'enchaîner des cds, méritant de fait plus le qualificatif de juke-box que celui de DJ. C'est donc face à une foule impatiente que l'Esprit Du Clan débarque sur scène, et la claque est instantanée. Le groupe parisien n'en est pas à leur coup d'essai, une bonne partie du public lui est acquise et la "Théorie des armures" tiré de leur fort bon dernier album L'Enfer, C'est Le Nôtre (chronique ici) se révèle une très bonne entrée en matière pour faire comprendre à la foule qu'elle va s'en prendre plein la face.

La musique du groupe s'étant de plus en plus tournée vers le thrash au fil des années, la formule est du genre qui fait mal. Les titres sont en général lancés par un riff ultrarapide à la guitare seule, puis l'enfer se déchaîne... Le groupe est carré à l'extrême et n'en met pas une à côté, au point d'assurer sans aucun souci quand un problème technique paralysera la guitare de Chamka. De plus il occupe l'espace avec brio : mis à part le guitariste Ben qui restera souvent vissé à sa place à droite de la scène, les membres de l'Esprit du Clan font tous le show et se révèlent complètement intenables. Arsène est évidemment sur tous les fronts, lâchant ses hurlements deathcore furieux sans coup férir, et comme Shiro chante beaucoup moins que lui il passe énormément de temps à arpenter la scène et faire le spectacle. La complicité avec le public est énorme, et les alternances agression / groove de la musique font un effet boeuf. Le groupe quittera la scène sous les vivats du public qui se retrouve donc surchauffé quand la tête d'affiche arrive.

L'intro annonçant "To Reactivate" résonne dans les hauts-parleurs, les membres apparaissent sous les acclamations de la foule, la tension monte... et vlan ! Black Bomb A lance son concert et le Trabendo devient fou. La tournée de promotion de From Chaos ayant sillonné les villes depuis le concert de mars à la Maroquinerie, le groupe est désormais rodé à 120% et le concert de ce soir en devient complètement hystérique. Poun a beau être visiblement bien attaqué (le regard hagard ne trompe pas) il dégage une énergie ahurissante et assure son chant clair comme ses hurlements de goret avec la classe qu'on lui connaît : impériale. Et si sa complicité avec Djag faisait déjà plaisir à voir en début de tournée, cette fois-ci elle confine au parfait. L'expérience aidant, les deux hommes occupent l'espace et se renvoient la balle encore mieux qu'à l'époque Human Bomb ! Votre serviteur a beau être très fan de l'époque Arno, la furie scénique qui se déchaîne ce soir au Trabendo explose complètement ce que le DVD Illicite Stuff Live avait montré il y a quelques années. C'est énorme.

Le concert de ce soir sera plus court que celui de la Maroquinerie, et délaissera en grande partie ladite période Arno : One Sound Bite To React ne sera représenté que par la reprise de Midnight Oil "Beds Are Burning" en rappel (où on appréciera la capacité de Djag à chanter correctement, lui) et seuls deux titres de Speech Of Freedom seront joués... mais quels titres ! "Look at the Pain" semble encore plus carré qu'auparavant et "Mary" reste à ce jour LE tube de Black Bomb, le titre que tout le monde attend et sur lequel le plus de fans débarquent sur scène. On note que le très groovy "Get the Fuck Out" reste une tuerie totale en live, que le coda sur les parties chantées clôturant "Emergency" passe beaucoup mieux sur scène que sur disque et que le chœur final de "Tales From the Old-School" est désormais repris par l'intégralité du public. Un public complètement déchaîné que Djag remerciera sans cesse, annonçant aux deux-tiers du concert qu'il a l'impression que celui-ci vient de commencer. Et c'est vrai : il y a quelque chose de magique ce soir.

Cette ambiance fabuleuse perdurera jusqu'à la fin, lors de ce bienheureux rappel ou Black Bomb gratifie le public de "Fucking Hate", meilleur titre du dernier album dont les refrains ultraviolents comme le final chanté collent le frisson. Et une fois les lumières rallumées, chacun rayonne de joie. Car même si le concert finit tard, on reste sur ce constat écrasant : Black Bomb A est un des meilleurs groupes de live du monde. Et rien que pour ça, ça vaut le coup d'avoir la gueule dans le cul le lendemain au boulot.


Crédits photo : Cosmic Camel Pics

Galerie photo L'Esprit Du Clan
Galerie photo Black Bomb A


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6