CHRONIQUE PAR ...

59
Jal
le 02 septembre 2009




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

Amon Amarth
Paris - Olympia
(18 novembre 2013)
Marseille - Espace Julien
(06 octobre 2007)
Clisson - Hellfest
(23 juin 2007)
Paris - Trabendo
(10 mars 2009)
Bruguieres - le Bascala (Toulouse)
(29 octobre 2011)
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2016)
Casino de Paris - Paris
(07 novembre 2016)
Tournée
(07 avril 2017)

14 août 2009 - Summer Breeze 2009


Amon_Amarth_Summer_Breeze_2009_20090814

Ayant encore en mémoire l’énorme show du Summer Breeze 2007 (figurant en supplément DVD avec le dernier album Twillight Of The Thundergods) c’est un spectacle fabuleux que j’attendais de nos vikings. Gros visuel, gros son, grosses chaleurs … bref, quelque chose d’encore mieux que la dernière fois. Malheureusement, ça n’aura pas été le cas cette fois-ci.

Hop, lancement de l’intro avec un rideau noir qui cache la scène puis gros boom (oui, j’ai été effrayé, même si je m’y attendais, à croire que je ne pourrai jamais m’y faire). C’est parti, le pantalon commence à trembler, les basses sont assez puissantes en ce début de concert. Johann est toujours aussi impressionnant et en grande forme vocale, le contraire aurait tout de même été surprenant. Comme d’habitude avec Amon Amarth, le feu aura été acteur du show, nul doute que les premiers rangs auront senti la chaleur monter à chaque flamme crachée par la scène. Le décor est basique contrairement à la précédente prestation en ces lieux, pas de drakkar, pas de troupe viking pour se taper dessus … cette année, seule la musique sera importante.

En parlant de musique, les festivaliers auront eu tout loisir de s’habituer au death de nos Suédois via l’écran géant qui passait très régulièrement le dernier clip du groupe, à savoir « Guardians of Asgaard », morceaux qu’ils joueront durant leur set et qui aura un gros impact sur le public. Il est d’ailleurs taillé pour le live, un véritable hymne repris en cœur par l’assemblée, un véritable plaisir auditif. D’ailleurs niveau son, la qualité aura été au rendez-vous, mis à part le petit souci technique durant "Cry of the Blackbirds". En effet, la basse a disparu pendant quasiment tout le morceau, mais heureusement les autres musiciens ne se sont pas laissés démonter et ont parfaitement assuré. D’autre part, la batterie aura également souffert d’une petite panne de micro sur les grosses caisses.

Il est probable que le bassiste vérifie l’état de ses piles avant les concerts à présent. À part cela, la setlist regroupait un peu tous les morceaux phares du groupe, une sorte de best of live. Nous sommes forcément passés par les monuments "Pursuit of Vikings" et "Fate of Norns" extraits de Fate Of Norns. Tout est réuni pour faire passer un bon moment, c’est d’ailleurs le cas, mais quelque chose ne passe pas, ou plutôt, il manque quelque chose. Encore maintenant je ne sais pas ce que c’était mais une chose est sûre, la déception était assez grande. La communication de Johann reste excellente, même si souvent proche des autres concerts. On notera à nouveau son adoration pour la « deutsches Bier » qui, il faut le dire, n’est en effet pas mauvaise.


C’est ainsi que s’achève le set, sur un goût d’inachevé, une sensation de travail pas totalement fini. Mais à l’évidence la majorité du public aura apprécié le concert, à juste titre. Il ne reste maintenant plus qu’à attendre la prochaine.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6