CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
le 05 août 2009




SETLIST

E5150
The Mob Rules
Children of the Sea
I
Bible Black
Time Machine
Solo de batterie
Fear
Falling Off the Edge of the World
Follow the Tears
Die Young
Heaven and Hell

Rappel :

Country Girl (début)
Neon Knights

AFFILIÉ

Heaven & Hell
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2009)

30 juillet 2009 - Wacken Open Air


Heaven_&_Hell_Wacken_Open_Air_20090730

Ce premier véritable jour de fest ne fut, en fonction des goûts bien sûr, pas des plus riches pour tout le monde. Et pourtant, après s'être farci plusieurs groupes finalement assez moyens, on se rend compte que l'attente en valait la peine. On voit donc sur les grands écrans un "2 Minutes to Midnight" joué en live par Iron Maiden l'an dernier au même endroit. Puis on enchaîne sur Dio qui salue le public. Mais... mais attendez, lui, il est vraiment là, c'est du direct. 22h45, ces monstres sacrés du heavy metal sont entrés en scène. Sur la mauvaise scène d'ailleurs, pour ceux qui n'ont pas mis à jour leur Running Order.

On commence brièvement et sobrement sur les titres "E5150" et "The Mob Rules" sans baratin inutile, puis arrivent les véritables salutations. Dio remercie l'audience de les avoir attendus par ce froid, et pour ce faire la bande lui joue un de ses meilleurs morceaux, que le chanteur présente comme le premier morceau écrit par le line-up façon 1980, "Children of the Sea", avec son intro en arpèges légèrement saturés et ces riffs rappelant la période de gloire de Black Sabbath dans les années 70... le mroceau est ici agrémenté d'un petit solo de scie musicale (sans doute pour saluer leurs amis philosophes ?) et nous rappelle à quel point le guitariste, fondateur parmi les fondateurs, est en forme et a su conserver voire améliorer son charisme, à 61 balais. Il maîtrise son sujet à perfection, et ses solos, comme celui qui servira à introduire le titre plus qu'énorme "Die Young", seront exécutés avec brio.

Le chant de Dio est quant à lui plus expressif que celui de n'importe quel autre chanteur, ce qui se vérifie particulièrement en live. Sa manière de chanter, d'articuler, correspond toujours aux émotions véhiculées par les morceaux et par leurs paroles. C'est un vrai chanteur. Il ne se contente pas de recracher ses lignes vocales pour les poser sur les autres instruments, mais leur insuffle un véritable souffle de vie. Par moments, cette manière de faire déconcerte quelque peu, mais l'auditeur averti saura s'y retrouver. Non satisfait d'avoir uniquement un organe exceptionnel, Dio sait s'en servir, et c'est ça qui, associé à son talent de frontman, fait de sa prestation quelque chose dont on se souvient, instaurant une atmosphère spéciale, et n'ayant aucune peine à faire participer le public pendant le fameux titre éponyme "Heaven and Hell".

Peu avant le milieu du set, Vinnie Appice, l'Homme aux Mille Toms, créé un break en nous servant un petit solo de batterie avant d'enchaîner sur la deuxième partie du concert. Ceux qui parmis vous ont apprécié la récente sortie du groupe, The Devil You Know, se régaleront avec les titres comme "Bible Black" ou "Follow the Tears", entre autres. Ce dernier opus, bien accueilli par les critiques, n'est donc pas délaissé, même si le Sabbat Noir devenu Cieux & Enfers n'oublie pas que le public d'un festival veut dans un tel concert avant tout entendre des morceaux qu'il connaît. Et pour les gens chez qui la simple pensée de l'album Heaven & Hell provoque une irrigation, ils seront là aussi servis par les titres cités précédemment, ainsi que par un bon vieux "Neon Knights" en rappel, le fameux titre d'ouverture de l'album éponyme...


...ce qui ne sera pas sans nous rappeler la promotion faite sur les écrans géants de l'édition 2007 du festival, lors de la reformation de Black Sabbath version 1980 sur le nouveau nom. Deux ans plus tard, le rêve devient réalité. Un souvenir ineffaçable.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2