CHRONIQUE PAR ...

43
Gazus
le 03 août 2009




SETLIST

I'm Going In
Monkey Business
Suicide Machine
Dancing With The Dead
Nailed To The Ground
Zombie Slam
End Of The Line
Don't Care
On And On
Same Old Song
Bitch
Shut Your Mouth

AFFILIÉ

Pain
Strasbourg - La Laiterie
(17 février 2009)
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2009)

01 août 2009 - Wacken Open Air


Pain_Wacken_Open_Air_20090801

Ils nous avaient mis une bonne claque durant le Hellfest, les voilà de retour un peu plus d'un mois après, au W:O:A. Cette fois-ci, il n'y a pas de métaphore culinaire possible pour décrire ce set (malgré le fait que j'ai découvert des mets délicieux durant ce festival), car quel que soit le plat cuisiné, c'est avant tout celui derrière les fourneaux qui crée la magie gustative. Il s'agit en l'occurrence de Peter Tägtgren, leader compositeur chanteur du groupe, qui n'est autre que son bébé. Et quand Papa ne va pas bien, bébé va mal.

Tout s'annonce pourtant bien, lorsque l'introduction sur bandes résonne. Le groupe monte sur scène et dès la première note jouée, une surprise de taille s'offre aux yeux en comparaison avec le concert du Hellfest : la pyrotechnie. Une série de flammes jaillit en rythme et autant le dire, ça le fait très bien. Le son est globalement de bonne qualité assez près de la scène, mais passée une certaine distance, on entend un bourdonnement grave et désagréable qui vient couvrir la musique des Suédois. C'est In Extremo qui joue tout près de là, gâchant le plaisir d'écoute que l'on pourrait éprouver. Qu'importe, Pain joue et c'est l'occasion de passer un bon moment. Pour preuve, les musiciens sont calés au millimètre près sur les parties de synthé jouées en playback et les parties de batterie sont délicieuses de simplicité et d'efficacité, à base de charley en contretemps pour un résultat technoïde à souhait.

Mais les aspects positifs semblent s'arrêter là. Si Pain avait tout déchiré au Hellfest, c'est parce qu'à sa tête se trouvait un Peter Tägtgren dans une forme olympique. Ce qui est loin d'être le cas ici, et ce, principalement au niveau du chant, chose gênante pour un groupe comme Pain, où les lignes vocales sont d'une importance capitale lors des refrains. Ainsi, le chant n'est pas spécialement fantastique sur "Suicide Machine" et se trouve même carrément bancal sur le pourtant très bon "Dancing With the Dead", se trouvant carrément une octave en dessous sur "It's Only Them". Les cris sont cependant bons, bien que pas toujours justes, et il n'est pas rare que le frontman remplace des lignes en chant clair par des hurlements mélodiques, voire carrément par un growl death ramenant directement à Bloodbath ! Le niveau remonte avec "Same Old Song" dédicacé au père du Suédois et continue sa croissance avec "Shut Your Mouth".


Ce dernier titre relèvera l'impression générale de ce concert somme toute peu enthousiasmant, peut-être plus pour ses qualités en tant que morceau de musique que par l'interprétation donnée par le groupe. Qu'importe, il possède un refrain facilement assimilable (voire déjà assimilé pour beaucoup) et permet de passer un bon moment final. Ce qui n'empêche qu'on quitte la Party Stage assez déçu. Cela dit, beaucoup ont aimé le set. Comme quoi, le cuisinier n'est pas le seul à peser dans sa balance dans l'appréciation d'un plat : il reste toujours les goûts et la subjectivité gustative de celui qui dîne.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1